Le maître de fengshui perd le nord – Nury Vittachi

Date de publication : 2002 sous le titre The Feng shui detective goes south
Date édition française : 2004 aux Editions Picquier et 2005 au Editions Picquier Poche
Genre : Polar humoristique
Personnages principaux : C.F Wong maître de fengshui; Joyce McQuinnie stagiaire

Précisons d’abord ce qu’est le fengshui : «Art d’adapter les résidences des vivants et des morts pour coopérer et s’harmoniser avec les courants locaux du souffle cosmique » (Encyclopedia Sinica). Le personnage principal de ce roman n’est un policier, un détective, un serial killer … c’est un maître de fengshui, C.F. Wong. Il est un peu cupide et pingre. C’est déjà très étonnant. Que ce maître soit secondé par une adolescente délurée, Joyce McQuinnie, qui pense surtout à ses nuits en boîtes branchées, c’est encore plus surprenant. Que cet attelage de la tradition ancestrale et de la modernité échevelée fonctionne et se révèle efficace, c’est carrément stupéfiant ! L’histoire est assez compliquée. Elle est composée de plusieurs affaires qui s’enchevêtrent et se superposent : quelqu’un met le feu à l’appartement de deux dentistes qui ont fait appel au maître C.F. Wong pendant que celui-ci fait son diagnostic fengshui. Dans ce même appartement des plaintes étranges sont entendues, elles seraient dues à un fantôme d’un client malheureux des dentistes. Puis arrive un bomoh malais (un shaman) qui affirme que sa fiancée n’a plus que quelques jours à vivre, d’après les signes. Cette même fiancée est poursuivie et enlevée par des membres des Triades chinoises. Il s’ensuit une recherche et une course poursuite dans Singapour puis en Australie à Sidney.

Tout cela est mené tambour battant et raconté avec humour, c’est souvent franchement hilarant. Le duo, on ne peut plus atypique, formé par l’ancien C.F. Wong et la jeune Joyce McQuinnie est irrésistible. Le décalage de leurs points de vue est désopilant. Un bon moment de lecture, joyeux avec dépaysement garanti. Un polar humoristique vraiment original.

Nury Vittachi est né au Sri Lanka, journaliste, chroniqueur et comédien, il vit à Hong Kong avec sa femme anglaise et ses trois enfants. Il excelle à dépeindre ce choc des cultures entre un Orient plutôt familier et un Occident parfois incompréhensible.

Ma note : 4 / 5 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Enquête, Humour, Remarquable, Sri Lankais, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*