Little Bird – Craig Johnson

Date de l’édition originale : 2005 (The Cold Dish)
Date de l’édition française : 2009 aux Editions Gallmeister
Genres : Policier et polar des grands espaces
Personnages principaux : Walt Longmire shérif du comté d’Absaroka

Walt Longmire est le shérif du comté d’Absaroka dans le Wyoming. Sa routine quotidienne est perturbée quand un de ses administrés appelle son bureau pour annoncer qu’il a trouvé un cadavre. Dans un premier temps Longmire pense que le gars est bourré et que c’est seulement le corps d’un mouton qu’il a vu. Mais son adjointe Vic, envoyée sur place, confirme que c’est bien un homme qui est mort, un de ceux qui étaient impliqués dans le viol d’une jeune indienne Cheyenne, Little Bird, qui est déficiente, victime du syndrome d’alcoolisme fœtal (développement du fœtus perturbé par l’alcoolisme de la femme enceinte). Walt Longmire mène l’enquête en essayant d’exploiter les deux indices qu’il a : l’homme a été tué par un fusil Sharps de gros calibre et de longue portée. Une plume a été laissée sur le corps. Un peu plus tard un deuxième jeune homme est abattu de la même façon : tir à longue distance et plume sur le corps. Lui aussi faisait partie du groupe des quatre hommes qui ont violé Little Bird. Longmire fait tout son possible pour éviter que la liste des tués ne s’allonge. Le héros, le Shérif Walt Longmire, est un grand gaillard, débonnaire, impressionnant physiquement mais qui n’impose pas du tout une autorité machiste à ces dames: son adjointe Vic, le salue d’un cinglant « comment ça va gros cul », son assistante Ruby lui passe un savon et lui colle des post-its plein son bureau pour lui indiquer ce qu’il doit faire et il roucoule comme un tourtereau devant la belle Vonnie. Cependant il ne faut pas le mettre en rogne car il est capable de casser la gueule et d’envoyer à l’hosto un autre adjoint qui avait brutalisé un alcoolique sans défense. Il ne faut pas non plus descendre les gens à coup de fusil Sharps dans sa juridiction, il n’aime pas et il met alors beaucoup de compétence et de ténacité pour trouver le coupable. Il finira par le trouver, mais cela ne lui procurera aucune satisfaction, bien au contraire.

Le livre montre très bien la nature sauvage du Wyoming, avec ses hivers rigoureux et ses paysages d’une grande beauté. Il décrit également comment les blancs et les indiens Cheyennes vivent en bonne entente. Les relations entre les personnages sous un aspect un peu rude se révèlent d’une grande humanité. La culture et les croyances des Cheyennes sont souvent évoquées. L’humour est toujours présent et parfois la nostalgie aussi, surtout dans la dernière partie. Nous avons même droit à une scène érotique : Le shérif est avec la belle Vonnie et il lui caresse longuement … les pieds ! Voila la partie la plus torride du roman ! Les amateurs de sexe seront déçus mais pas ceux qui aiment les romans des grands espaces (nature writing). Sur la quatrième de couverture, il est précisé que Little Bird est le premier volet des aventures du shérif Walt Longmire, j’ai vraiment envie de lire les suivantes.
Ma note : 4,5 / 5 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Américain, Coup de Cœur, Enquête, Grands espaces, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Little Bird – Craig Johnson

  1. belette2911 dit :

    Coucou ^^

    Vu la date de publication du billet, je ne l’avais pas lu… et non, la scène de « caressage » des pieds ne s’est pas révélée érotique pour moi, bien que je sache que les pieds sont érotique et que j’aime qu’on me les masse, mais ça, c’est juste quand j’ai mal aux pieds après avoir marché longuement 😉

    • Ray dit :

      Je me doutais bien que la scène des caresses de pieds allait t’échapper comme scène érotique, c’est bien trop « soft ». Dans ma chronique, c’était juste pour faire un peu d’ironie : alors que certains auteurs se croient obligés de placer des scènes osées pour pimenter le bouquin, Johnson, lui, se contente d’un massage de pieds. Faut croire qu’il n’a pas besoin de ces artifices pour accrocher le lecteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*