Ciels de foudre – C.J. Box

Date de publication : 2006 sous le titre In plain Sight
Date édition française : avril 2009 aux Editions du Seuil et avril 2010 aux Editions Points Policier
Genres : Grands espaces, Roman noir
Personnages principaux :Joe Pickett garde chasse au Wyoming, John Wayne Keely ancien détenu

Joe Pickett, le garde-chasse d’un comté du Wyoming est le héros récurrent de C.J. Box. Ici Joe a bien des soucis avec son nouveau chef qui veut le faire entrer dans le rang en lui demandant de ne prendre aucune initiative sans le consulter et de rédiger des rapports quotidiens. Le shérif local, qui est un incompétent, n’est pas non plus son ami. Dans ce contexte professionnel hostile, il est impliqué dans les disputes entre les membres du clan Scarlett, propriétaires du plus grand ranch de la région. La disparition d’Opal Scarlett, la matrone du clan, provoque un affrontement entre ses fils qui se battent à coup de pelle et briguent la succession du ranch. Parallèlement John Wayne Keely, un dangereux psychopathe qui vient de purger une peine de prison, voue à Joe Pickett une haine incontrôlable. Il recherche Joe et après avoir semé quelques cadavres sur sa route, il aboutit finalement au ranch des Scarlett où il se fait embaucher. L’enquête sur la disparition d’Opal Scarlett et le vieux compte à régler entre Joe et Wayne Keely constituent les ingrédients d’un suspense qui va crescendo. Le dénouement final se passe dans des conditions météorologiques d’apocalypse : pluie diluvienne, inondations catastrophiques, ruisseaux se transformant en torrents.

C.J. Box prend le temps d’installer le décor et le contexte de l’histoire. Ensuite les évènements se précipitent et la tension devient de plus en plus grande pour aboutir à un final en apothéose. Les choses ne se sont pas arrangées pour Joe puisqu’il s’est fait virer de son boulot qu’il adore et que sa famille est obligée de vivre chez sa belle mère qui ne l’apprécie pas du tout. Mais pas de panique pour les supporters de Joe Pickett, nul doute que dans un prochain livre il sera réintégré. D’ailleurs on n’a pas de mal à imaginer que la fin de ce livre soit le point de départ d’un prochain tome. Cela devient quand même une mauvaise habitude qu’un polar ne soit pas complètement terminé et que la suite se trouve sur le prochain livre. Pour ma part je déteste ce procédé, le polar ne doit pas suivre les mêmes principes que le roman-feuilleton ! En dehors de cette réserve, je trouve que c’est très bien fait, avec maîtrise, et on se laisse happer facilement par le récit. A mon avis, la violence et la fin sombre placent le livre plus dans la catégorie roman noir que roman policier.

Ma note : 4 / 5  

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Américain, Grands espaces, Remarquable, Roman noir, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*