Dernier tramway pour les Champs Elysées – James Lee Burke

Date de Publication originale : 2003 (Last Car to Elysian Fields)
Date de publication française : 2008 (Éditions Payot & Rivages) et 2011 (Rivages/Noir)
Genre : Policier / Roman noir
Personnage principal : Dave Robicheaux inspecteur des services du shérif de New Ibéria en Louisiane

Une des caractéristiques des bouquins de James Lee Burke c’est d’accorder une grande importance au cadre. Il y a beaucoup de descriptions de lieux, de l’environnement, du climat. La nature de la Louisiane est omniprésente tout le long du récit : les bayous, les champs de canne, les pacaniers, les chênes de Virginie, les odeurs des marécages … on sent que l’auteur est vraiment amoureux de la Louisiane.

Dans ce cadre, son héros Dave, est confronté à ses anciens démons qui sont l’alcoolisme et la violence. Il est maintenant sobre et il se contrôle la plupart du temps, mais c’est un homme désenchanté, écorché, marqué par la vie depuis qu’il a perdu son épouse. Il doit lutter pour ne pas retomber dans ses anciens travers mais c’est un obstiné qui ne lâche jamais le morceau même quand les difficultés sont nombreuses. Il déteste les racistes et les riches blancs arrogants imbus de leur supériorité sociale et raciale. Mais c’est un homme attachant plein d’humanisme sauf quand il pète les plombs et retombe dans la violence.

Ceux qui aiment les enquêtes méticuleuses, précises et linéaires risquent d’être un peu déstabilisés : c’est une des habitudes de James Lee Burke de nous proposer plusieurs tableaux de la vie quotidienne sans qu’on ne discerne de lien entre eux, ce sont des morceaux d’un puzzle dont on se demande s’ils ont pour objectif de s’assembler. Il faut avancer dans le roman pour que ces morceaux disparates s’emboîtent. Les avancées de l’enquête de Dave Robicheaux doivent davantage à ses intuitions fulgurantes qu’à la qualité des indices. D’autre part on ne comprend pas toujours la logique qui commande les actions du héros : ainsi on peut s’étonner que lorsque deux tueurs sont lancés à ses trousses, Robicheaux, lui, ne pense qu’à résoudre l’affaire du musicien disparu plus de 50 ans plus tôt. A la fin, tous les morceaux épars du scénario s’assemblent pour former une histoire à peu près cohérente mais ce n’est pas toujours évident en cours de lecture. Le personnage de Dave Robicheaux commence à être usé, dans tous les sens du terme, à force d’être utilisé (il apparaît dans 17 romans). C’est quand même une lecture agréable, empreinte d’un soupçon de poésie et j’ai particulièrement apprécié la façon dont l’auteur rend l’ambiance et les couleurs de la Louisiane.

Petite précision : Les Champs Élysées (Elysian Fields) dont il est question ne sont pas ceux de la célèbre avenue de Paris mais ceux de la Nouvelle Orléans en Louisiane.

Ma note : 3,5 / 5

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Américain, Enquête, Moyen, Roman noir, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*