Patagonia Tchou-Tchou – Raúl Argemí

Date de publication originale : 2005
Date de publication française : 2010 (Rivages/Noir)
Genre : Aventures humoristiques
Personnages principaux : Haroldo Boccini alias Butch Cassidy et Genaro Manteiga alias Bairoletto

Haroldo Boccini, ancien marin, entraîne son ami d’enfance Genaro Manteiga, ancien conducteur de métro, dans un projet fort simple et « froidement calculé » : attaquer le train transportant son frère, Beto, qui a été incarcéré et qui doit être transféré, pour le libérer en profitant au passage pour faire main basse sur les sacs de billets qui se trouveront là. Pour cela ils ne doivent plus utiliser leurs vrais noms mais emprunter des noms de guerre : pour Haroldo ce sera Butch Cassidy dont il se prétend descendant et pour Genaro ce sera Bairoletto. Le train visé c’est la Trochita, un train à vapeur antique, à voie étroite, qui parcourt la Patagonie argentine à une allure paisible. Ça ne peut pas rater puisque Haroldo a son mode d’emploi, sa bible : un carnet où son ancêtre, Butch Cassidy, a noté ses aventures. Evidemment le projet bien que « froidement calculé » va présenter quelques imprévus dans sa réalisation. D’abord il y a des passagers : un groupe de touristes étrangers, des Allemands peut être, dont une jeune femme en short tyrolien en cuir, en dépit du froid, avec de longues jambes blanches qui troublent beaucoup Genaro, et aussi une petite jeune femme très attirante, un pur sourire. Mais ce n’est pas tout, il y a aussi une famille, un commissaire de police débonnaire et une femme sur le point d’accoucher. En cours de trajet arrive Beto, le frère, accompagné d’un policier. Beto a tant changé que son frère ne le reconnaît pas. Enfin un sénateur en campagne pour les élections présidentielles, accompagné de son staff, d’un hélicoptère et des caméras, monte à bord petit train, pour tourner des images qui le montreront proche du peuple. Nos deux bandits vont devoir prendre les passagers en otage mais ceux-ci au lieu d’être apeurés vont collaborer et même leur prêter main forte, le tout dans une ambiance de côtelettes de mouton grillées et de bouteilles de vin partagées. Il a même un match de football qui est organisé entre l’Argentine et le reste du monde. C’est vous dire à quel point les otages sont effrayés !

Ce n’est pas vraiment une histoire sérieuse, si vous voulez frissonner et avoir peur, ce n’est pas le bon livre par contre si vous voulez rire, c’est un bon choix. Raúl Argemí, comme beaucoup de ses compatriotes sud-américains utilise la dérision et la cocasserie pour dénoncer les travers de notre société. Contrairement aux polars nord-américains et nordiques où les personnages sont souvent alcooliques et en butte à des conflits familiaux, ici les acteurs de cette histoire ont quelque chose de tonique et joyeux. Ils ne prennent pas la vie au sérieux, ils ne se prennent pas au sérieux. C’est vraiment caractéristique des beaucoup d’auteurs sud-américains. Il est vrai que Raúl Argemí a connu les geôles de la dictature argentine, cela lui permet probablement de relativiser les choses.

Ma note :  4 / 5 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Argentin, Aventure, Humour, Remarquable, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*