La Reine Noire – Pascal Martin

Par Raymond Pédoussaut

Date de publication originale : 2018 (Éditions Jigal)
Genre : Roman noir
Personnages principaux : Thomas Wotjeck, alias Mata, tueur professionnel – Michel Durand, policier d’Interpol  

Chanterelle-les-Bains, village de Lorraine, autrefois prospère quand la raffinerie de sucre fonctionnait, aujourd’hui citée ouvrière morte depuis que la Reine Noire, la raffinerie qui faisait vivre tout le village a été délocalisée en Indonésie. La morne vie des habitants va être chamboulée par l’arrivée d’un homme tout habillé de noir, portant des lunettes noires et se déplaçant dans une puissante voiture noire en écoutant des chants médiévaux à pleine puissance sonore. Les gens sont intrigués par ce personnage aussi impressionnant que mystérieux. Le même jour arrive Michel Durand, un enfant du pays, qui se dit psychiatre alors qu’en réalité c’est un policier d’Interpol. Coïncidant avec l’arrivée de ces deux hommes se déclenche une série d’événements aussi désagréables qu’inquiétants. Le village est en ébullition d’autant plus que l’homme en noir a maintenant été identifié. Serait-il venu assouvir une vengeance liée au passé ?

Un décor qui ressemble à celui d’un western : village mort et rues désertes, mais les affrontements ne sont pas du même style : pas de face-à-face frontal, pas de duel du bien contre le mal. En effet les personnages principaux baignent dans la plus grande ambiguïté. Ils évoluent tant au fil de l’histoire que finalement ils sont l’inverse de ce qu’ils paraissaient être au départ. Il ne faut pas se fier aux apparences, ni aux souvenirs. Ainsi le pire voyou que Chanterelle ait connu vaut mieux que le garçon d’une famille bourgeoise qui a reçu une bonne éducation. Il en est de même pour leurs intentions. Le motif de leur venue dans ce petit bled est tout autre que celui supposé au départ. Bref, l’auteur se plaît à brouiller les cartes et il balade le lecteur de surprise en surprise.

L’arrière plan de l’intrigue est ce village ravagé par le chômage dont le principal artisan de la délocalisation, un type sans scrupule et magouilleur, est parvenu à devenir maire, mais il s’est fait quelques ennemis qui ont de bonnes raisons de lui en vouloir. L’unique bistrot est le cœur de la commune. C’est là que les hommes jouent aux cartes en s’échangent des informations, des potins et toutes sortes de ragots. Ce sont de véritables pipelettes, lâches et médisantes. La patronne est bienveillante et compréhensive tandis que la jeune serveuse est rebelle et éprise de liberté. Tous les petits secrets, les trahisons, les lâchetés et les compromissions refont surface. Beaucoup sont coupables ou au moins complices de quelques saloperies. Même le curé est impliqué dans un scandale. C’est un tableau peu flatteur mais assez réaliste d’un village sinistré de la France profonde qui nous est montré.

La Reine Noire est un polar efficace, avec une intrigue astucieuse, des gens peu fréquentables mais dépeints de façon plaisante, bien caustique, dans un décor triste d’un village frappé par la crise économique. Un bon roman noir.

Extrait :
— Bon Dieu ! Trop c’est trop ! rugit le quincailler. Ça ne peut pas continuer comme ça. La série noire a commencé avec l’arrivée de Wotjeck. Ça suffît ! Il faut le chasser du village, qu’il aille semer la mort ailleurs.
Les joueurs de cartes approuvèrent. Ils étaient tous à cran, Alors qu’ils végétaient tranquillement dans leur cocon mortifère, le retour du « pire voyou que le village ait jamais connu » avait réveillé toutes leurs peurs, toutes leurs angoisses, toutes leurs hontes. Les événements tragiques qui venaient d’émailler la vie du bourg les avaient mis à vif. Pour eux, un seul coupable : Wotjeck en qui ils voyaient le diable en personne.
— C’est lui qui a saboté les engins, affirma Paufilet. C’est signé ! Il veut empêcher le maire de construire une nouvelle usine. Il veut se venger de lui, de nous, de tout le monde.

Niveau de satisfaction :
4.1 out of 5 stars (4,1 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Français, Remarquable, Roman noir, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.