Sa Majesté des ombres (La Trilogie des ombres -Tome 1) – Ghislain Gilberti

Par Raymond Pédoussaut ou Michel Dufour

Date de publication originale : 2018 – Éditions Ring
Genre :
Thriller
Personnages principaux :
Cécile Sanchez, commissaire à l’Office Central pour la Répression des Violences aux Personnes (OCRVP) – Les membres du réseau de trafiquants de drogue Borderline

Le Réseau Fantôme irrigue l’Alsace de drogues d’excellente qualité. À Mulhouse, la Villa Venezia est la plaque tournante du trafic de drogues. Le commissaire divisionnaire Frietblatt décide que ça a assez duré, il monte une intervention d’envergure mal préparée, pensant en finir avec le fameux Réseau Fantôme. L’opération tourne au fiasco, les policiers tombent dans un piège soigneusement préparé. De nombreux policiers sont tués. Le sergent Michel Grux, surnommé le Chacal à cause de ses méthodes violentes et souvent illégales, affronte Faust Netchaïev dit l’Hyène, un des organisateurs du réseau. Le combat est sauvage, les adversaires en sortent tous les deux gravement blessés. Le commissaire Frietblatt, lui, s’en sort sans dommages en réussissant à masquer son incompétence et sa légèreté.
Sept ans plus tard, devant le nombre de morts violentes en Alsace qui ne cesse d’augmenter, la commissaire Cécile Sanchez de L’Office
Central pour la Répression des Violences aux Personnes (OCRVP) est envoyée sur place, officiellement pour prêter main-forte au commissaire Frietblatt, officieusement pour enquêter et trouver le lien entre toutes les victimes. Elle ne sera pas reçue à bras ouverts par Frietblatt et son équipe bien décidés à ne pas lui faciliter la tâche. Mais Cécile n’est pas impressionnée, elle connaît son affaire et elle a le soutien de sa hiérarchie. Elle va s’attaquer au Réseau Fantôme malgré les obstacles que les policiers locaux vont ajouter à tous les autres.

Le Réseau Fantôme est ainsi surnommé parce qu’il est à la fois omniprésent et invisible. Leurs produits circulent dans toute la région sans qu’aucune interpellation ne débouche jamais sur rien de concret. C’est en fait une armée de l’ombre dont le fonctionnement et les méthodes échappent complètement aux investigations du Service des stupéfiants. Ses membres, les Borderline, vouent une fidélité sans borne au cartel. Jusqu’à la mort, qu’ils n’hésitent pas à donner dès que la police commence à s’intéresser à un de leurs revendeurs, coupant ainsi toute piste menant à l’organisation. Les Borderline ne sont pas qu’un réseau de vente de drogue, c’est une entreprise puissante, structurée, organisée militairement, lourdement armée.

Cécile Sanchez essaie de comprendre le fonctionnement au lieu de foncer tête baissée. Elle forme une équipe, met en place des surveillances, se montre discrète. Elle avance, lentement, mais efficacement. Mais des événements inattendus vont contrarier ses plans.

Ce roman vous prend complètement, vous happe, ne vous lâche plus. Le rythme ne faiblit jamais. L’intrigue, très bien élaborée, est soutenue par des personnages forts. Dans le camp des bons, nous trouvons notamment :
– Cécile Sanchez, elle a une formation de mentaliste ce qui la rend particulièrement efficace dans les interrogatoires. Elle arrive à faire craquer les plus endurcis des malfrats. On l’a surnommée Torquemada, du nom du moine dominicain de l’Inquisition espagnole. Mais c’est aussi une organisatrice brillante et intelligente avec une grande capacité d’analyse.
– Michel Grux, le Chacal, a d’autres méthodes. C’est un flic violent qui sait aussi mener efficacement les interrogatoires … à grands coups de baffes et de poings. Il est resté sergent à cause de ses méthodes radicales, mais personne ne nie son efficacité et d’autres s’attribuent ses nombreux succès.
Dans le camp des méchants, ils sont nombreux. On peut citer, entre autres :
Faust Netchaïev, l’Hyène, un type dont le regard fait peur, qui ne craint ni la douleur ni la souffrance. Il est un des organisateurs des Borderline.
– Pas plus rassurante est Lolita No, une grande cicatrice en travers du visage, borgne, un bandeau sur l’œil, tout son corps est en tension permanente. Elle commande l’escadron de la mort chargé d’éliminer les traces qui pourraient conduire au réseau.
Dans le camp des salauds, la palme revient au commissaire Jean-Marie Frietblatt, un type grossier, imbu de lui-même et prêt à tout pour conserver sa position.
Et puis il a un drôle d’agent double, un policier infiltré dans le réseau
Borderline qui est alternativement Zacharie Coscas le flic, ou Fabio Costes le narcotrafiquant. Le gars ne joue pas un rôle, il devient l’un ou l’autre suivant les circonstances. Il est doué et séducteur aussi : il ne laisse pas indifférente Cécile Sanchez ni même la terrible Lolita No.
On trouve aussi toute une galerie d’autres personnages secondaires tout aussi intéressants et souvent bien inquiétants.

Sa Majesté des ombres et le premier volume de la Trilogie des ombres. C’est un roman dense, prenant et haletant. La fin de ce tome 1 est un peu frustrante, car on sent bien que ce n’est que le premier round d’un combat sans merci. Cette fin provisoire n’est pas satisfaisante pour le lecteur qui a hâte de connaître la suite qui vient avec les Anges de Babylone.

Extrait :
« Ils sont déterminés, ils vont au bout de leurs menaces, poursuit-elle avec une flamme dans les yeux. Tuer ce gosse ne changeait rien pour eux : le mal était fait. Mais leur sens de l’honneur exacerbé et jusqu’au-boutiste les a poussés à trois longues semaines de recherches et de traque pour que leur justice soit appliquée. Nous savions déjà qu’ils travaillent selon une méthodologie rigoureuse, on peut aujourd’hui ajouter à cela qu’ils suivent une ligne de conduite stricte, sans doute appuyée par une réglementation intérieure précise et sévère. C’est un grand pas en avant. Comme je vous le répète depuis le début, notre but est de les comprendre et nous venons de faire une avancée majeure dans ce sens. »
Elle se tourne à nouveau vers ses hommes et note leur attention. Aussi, lâche-t-elle une dernière précision.

« Borderline n’est pas une simple bande de narcotrafiquants. Avec eux, le paysage criminel tout entier a changé. Il vous faudra oublier toutes vos idées reçues, tous vos préjugés. Il sera nécessaire de briser volontairement toutes vos habitudes et vos réflexes. Pour la première fois dans votre carrière, vous ne devez plus raisonner comme des flics, vous détacher totalement de vos rôles et de vos fonctions tout en continuant à respecter le code de procédure. Borderline n’est pas un simple gang : c’est une révolution criminelle. »

Niveau de satisfaction :
4.3 out of 5 stars (4,3 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Français, Remarquable, Thriller. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.