Les quatre coins de la nuit – Craig Holden

Date de publication originale : 1999 (Four Corners of Night)
Date de publication française : 1999 (Payot & Rivages) et 2008 (Rivages/Noir)
Genres : Policier Psychologique
Personnages principaux : Bank Arbaugh et Mack Steiner partenaires policiers

Bank Arbaugh et Mack Steiner sont amis d’enfance et collègues dans la police d’une ville non précisée dans L’Ohio. Malgré leur amitié ils sont très dissemblables : Bank est un grand gaillard costaud, intrépide, qui passe son temps sur le terrain alors que Mack est plutôt fluet et introverti, lui préfère le travail de bureau. Un dimanche matin ils reçoivent un appel concernant un enlèvement d’enfant : une fillette de 12 ans a disparue, on n’a retrouvé que son vélo. Cet évènement fait ressurgir une autre affaire douloureuse : 7 ans auparavant, Jamie, la fille de Bank, a disparue et on ne l’a jamais revue depuis. Le déroulement de l’enquête actuelle permet au narrateur, le policier Mack, de faire de fréquents retours sur l’ancienne affaire et de mettre en évidence la similitude de ces deux disparitions. Un point commun va permettre la convergence des deux affaires : une même empreinte digitale a été relevée sur des objets appartenant aux disparues.

La première chose qui se remarque à la lecture de ce bouquin est la qualité de l’écriture de Holden que les deux traducteurs ont parfaitement su rendre en français : grandes fluidité et limpidité de l’expression tout en ayant une grande puissance d’évocation. La seconde caractéristique de l’ouvrage est la qualité des deux personnages principaux. L’auteur ne tombe pas dans l’opposition simpliste entre un grand balèze pas très futé et un gringalet vif et malin. Les deux flics sont complexes et leurs personnalités très différentes sont décrites avec subtilité. Leur amitié est forte mais ambiguë : pas de tendance homosexuelle mais des comportements équivoques vis-à-vis de l’épouse de Bank. On comprendra mieux par la suite où tout s’éclairera.

L’auteur prend le temps de bien décrire les lieux et les personnages. Nous ne sommes pas dans un thriller haletant, il y a une certaine lenteur, Holden préférant privilégier la description des atmosphères et la psychologie des personnages, à l’action débridée.

C’est avec talent, beaucoup d’intelligence et une grande sensibilité que Holden traite d’un sujet aussi délicat que la pédophilie. Ici, pas de bons d’un côté et des méchants de l’autre, on y trouve seulement des hommes marqués par les épreuves subies, qui peuvent être à la fois estimables et méprisables suivant les circonstances. Les quatre coins de la nuit est un excellent roman. Craig Holden est un auteur confirmé, cinq de ses livres ont été traduits en français, mais il reste curieusement assez méconnu dans le monde francophone malgré un talent évident.

Ma note :  4,5 / 5 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Américain, Enquête, Psychologique, Remarquable, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*