Police – Jo Nesbo

Par Michel Dufour

policeDate de publication originale : 2013 (Politi) Nesbo
Date de publication française : 2014 (Gallimard, série noire)
Genre : thriller
Personnage principal : Harry Hole

Nesbo est un des meilleurs auteurs de thrillers. Un as pour créer plusieurs intrigues simultanées qui finissent par s’imbriquer et constituer un tout cohérent. Les rebondissements se multiplient et déséquilibrent à coup sûr le lecteur. Aussi, quand Nesbo a conclu le précédent Fantôme en abandonnant Harry Hole au seuil de la mort, ce fut un deuil cruel. D’autant plus que Mankell venait de tasser Wallander sur une voie de garage et que Rankin venait quasiment d’enterrer Rebus. On ne peut pas reprocher à un auteur d’espérer sortir d’un univers qu’il a créé, surtout si c’est pour en visiter d’autres. Nous avions donc hâte de plonger dans Police, ou bien pour assister à la résurrection de Harry, ou bien pour connaître qui lui succéderait.

À Oslo, plusieurs policiers sont sauvagement assassinés sur les lieux où des crimes non élucidés ont été commis dans le passé.
Dans un hôpital, sous haute sécurité, un homme est dans le coma; son réveil serait fatal pour plusieurs personnages au-dessus de tout soupçon.
Entre le directeur de la police Bellman et l’adjointe au maire Isabelle Skoyen, le torchon brûle; par ailleurs, Bellman a bien de la misère à contrôler son homme à tout faire, le violent Truls Berntsen.
Gunnar Hagen et son équipe cherchent à identifier le tueur de policiers, mais Bellman ne l’aide vraiment pas.
À l’École de police, un professeur qu’on aime bien est accusé de viol par une de ses élèves et un des avocats les plus brillants du pays.

Toutes ces histoires finiront par se télescoper après bien des heures de lecture et beaucoup de pages de notes pour s’y retrouver un peu parmi le nombre effarant de personnages. Le lecteur aurait intérêt aussi à avoir déjà lu le roman précédent, Fantôme, où se déploie l’équipe de Gunnar Hagen à laquelle appartenait Harry Hole : le thérapeute plus ou moins profileur Stäle Aune, l’audacieuse Katrine Bratt, la flic-mémoire Beate Lonn et le technicien roux Bjorn Holm.

L’enquête est particulièrement tarabiscotée et, pour soutenir l’intérêt, Nesbo a recours aux vieux trucs : les meurtres sont macabres (dépeçage), quelques jolies femmes ont faim de sexe, plusieurs notables sont corrompus, des personnages sympathiques sont tués mais notre héros échappe aux balles et aux bombes, un ultime rebondissement réjouissant et un finale inquiétant.

C’est long, c’est lent, c’est ardu, et pourtant ça en valait la peine. Le gothique flamboyant de Nesbo ne peut pas éblouir tout le monde, mais je ne peux pas bouder le plaisir que j’y ai pris. Formellement, la recette n’est pas neuve, mais le chef ne manque pas d’habileté.

Extrait :
« Putain, il est vieux. Et moche.
− Tu trouves?
− T’es aveugle ou quoi? » Elle désigna le tableau où le prof écrivait.
« Mobile? »
Le prof se retourna vers eux et répéta le mot qu’il venait d’écrire (…)
Katrine remarqua qu’en plus de la cicatrice qui partait comme une fente du coin de sa bouche à son oreille il en avait deux autres. La première ressemblait à un coup de couteau sur le cou, la deuxième paraissait avoir été causée par une balle, elle se trouvait sur le côté de la tête, à la hauteur des sourcils. Sinon, elle ne rappelait pas l’avoir vu en si bonne forme. La silhouette de cent quatre-vingt-treize centimètres avait l’air souple et bien droite, les cheveux blonds coupés en brosse ne présentaient pas de trace de gris. Elle voyait aussi qu’il s’entraînait, qu’il avait récupéré un peu de chair sur les os. Et, plus important, il y avait de la vie dans ses yeux.

Harry Hole aime bien le groupe de pop et rock Di Derre créé en 1992, dont le chanteur est Jo Nesbo.

Di Derre (Jo-Nesbø) – Syk

Ma note : (4 / 5) police-amb

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Norvégien, Remarquable, Thriller, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*