Complot – Nicolas Beuglet

Par Raymond Pédoussaut

Date de publication originale : 2018 (XO éditions)
Genre : Thriller
Personnage principal : Sarah Geringën, inspectrice de police norvégienne

Sarah Geringën, inspectrice de police, est requise par le ministre de l’Intérieur de Norvège pour s’occuper d’une affaire importante. Elle doit se rendre de toute urgence sur l’île de Hornøya. Une femme a été tuée dans des conditions étranges, mais c’est surtout son identité qui rend l’enquête délicate. D’autant plus que le déroulé de l’exécution est très bizarre et laisse penser à un crime rituel. L’enquête de Sarah va prendre une ampleur considérable, elle va devoir remonter loin dans le passé et étendre ses investigations bien au delà de la Norvège : de l’antique cité de Byblos au Liban, jusqu’au Vatican, en passant par l’Allemagne. Elle va découvrir un complot mondial très ancien qui se perpétue au fil des siècles. Ses déductions l’amèneront à penser que la victime de l’île de Hornøya n’est que la première d’une série. Il lui faut identifier, puis sauver les prochaines cibles. Une tâche colossale rendue encore plus difficile par des trahisons qui apparaissent au sein même de la police.

Ce roman est d’abord un thriller avec toutes les caractéristiques du genre : du rythme, des retournements, du suspense. Mais il se distingue des autres ouvrages de ce genre par le sujet traité : l’origine de la domination masculine dans nos sociétés. Il y a une enquête dans l’enquête. L’enquête principale, du moins celle qui apparaît en premier, est la recherche du meurtrier. Mais quand les investigations de l’inspectrice l’amènent à se demander pourquoi on a tué cette femme, ses recherches vont s’ouvrir sur un champ d’une étendue considérable : à savoir comment les hommes, et les religieux en particulier, se sont organisés pour passer d’une société matriarcale, qui était celle de l’origine, à un patriarcat. Aujourd’hui trois femmes remettent en cause cette domination masculine, et pas n’importe lesquelles : ce sont des femmes qui ont atteint les plus hautes fonctions. Elles se sont taillé une place élevée parmi les hommes. Elles se sont mises d’accord pour faire trois révélations qui devraient changer la face du monde. Elles ont des ennemis qui ont décidé qu’elles doivent mourir. La première est déjà morte. Sarah veut sauver les deux autres, encore faut-il découvrir leur identité.

L’intérêt du roman est double : – le thriller et le suspense qu’il engendre et – l’argumentaire justifiant la remise en cause de la place dominante des hommes. Et les arguments sont forts, certains prêtent à sourire, pas par leur légèreté mais par leur originalité. Ainsi nous apprenons que Jésus Christ a choisi douze apôtres hommes pas parce qu’ils étaient plus aptes à comprendre son enseignement mais qu’au contraire c’était eux qui avaient le plus à apprendre. Ils partaient de plus loin en quelque sorte, alors que les femmes avaient tout compris tout de suite, eux, tels les mauvais élèves, avaient des difficultés, donc Jésus les gardait près de lui pour qu’ils finissent par assimiler ses leçons. En fait les apôtres étaient des cancres ! Il y a de quoi stupéfier les catholiques. Nous découvrons, sidérés, d’autres arguments du même calibre. Même si j’ironise, je dois reconnaître la pertinence du raisonnement, basé d’ailleurs sur des recherches approfondies et des sources historiques. De quoi apporter de l’eau au moulin des féministes.

Complot est un roman intéressant, tant par son aspect thriller captivant que par la question de l’égalité hommes-femmes traitée sous un angle original.

Extrait :
Comment fut-il possible qu’en cette période de libération universelle, de combat pour l’égalité absolue et d’explosion des intelligences les plus fines, la femme soit de nouveau traitée par le mépris et la soumission ?
La situation m’a longtemps semblé aberrante. Jusqu’à ce qu’une réponse inattendue se dégage de mes recherches. Elle tient en un mot : conditionnement. Ces penseurs des Lumières, comme leurs prédécesseurs et comme nous tous aujourd’hui, ont été victimes d’un redoutable plan d’endoctrinement de notre inconscient collectif, mis en place à l’époque de l’apparition de l’écriture, aux alentours de 3000 avant J.-C.
Car il fut un temps précédant cette époque où la femme occupait une place prédominante dans la société. Jusqu’au jour où des militants du patriarcat ont décidé que le pouvoir ne serait plus partagé avec les femmes, mais en leur possession, unique et exclusive jusqu’à la fin des temps.
Et si l’on doit reconnaître à ces usurpateurs un génie, c’est celui d’avoir choisi la meilleure des ruses pour aboutir à leurs fins : en réécrivant l’inconscient collectif. Cette mémoire collective de l’espèce humaine qui guide nos vies de génération en génération à travers les mythes, les traditions et la religion.
C’est ainsi que, depuis presque cinq mille ans, des millions d’hommes, de femmes, d’enfants sont nourris de récits religieux maquillés, de mythes réécrits, et d’une Histoire où la féminité est sans cesse rabaissée et diabolisée pour nous faire accepter l’inacceptable : la soumission de la femme à l’homme. »

Niveau de satisfaction :
4.1 out of 5 stars (4,1 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Français, Remarquable, Thriller, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.