Même les araignées ont une maman – Alain Gagnol

Par Raymond Pédoussaut

Date de publication originale : 2020 – Éditions SYROS
Genres : Enquête, fantastique
Personnages principaux : Thomas, garçon de 16 ans – Emma, fille de 16 ans, télépathe

Thomas, garçon de seize ans, guette le retour de son chat qui a disparu depuis plusieurs jours. Il est d’autant plus inquiet qu’un détraqué a déjà zigouillé une bonne vingtaine de chats et de chiens. De sa fenêtre, ce n’est pas son chat que Thomas aperçoit, c’est une jeune fille assise au milieu du jardin, dans un sweat-shirt informe, un masque d’opéra chinois sur le visage. Il finit par reconnaître sa voisine, Emma, une fille classée dans la catégorie « Bizarre et à éviter ». Bizarre, elle l’est Emma. En effet, elle est télépathe : elle lit les pensées des gens. Grâce à ses facultés exceptionnelles, Emma estime qu’elle est la seule à pouvoir découvrir le tueur. Elle demande à Thomas de l’aider dans cette mission qui se révélera très périlleuse pour les deux jeunes gens.

Les personnages principaux de ce roman sont deux adolescents de seize ans. Les troubles de l’adolescence sont exacerbés par le fait que la fille est capable de lire dans l’esprit du garçon. Ce qu’elle y perçoit est à la fois choquant et troublant. Mais comme elle le trouve plus que sympathique, elle fait l’effort de ne le lire que le plus rarement possible. Elle met en œuvre un genre de bouclier anti-intrusions. D’ailleurs, pénétrer dans les pensées des gens n’est pas de tout repos pour Emma. Les mauvaises pensées des gens la rendent malade, particulièrement celles du tueur qui sont si fortes et répugnantes qu’elle peut perdre connaissance en les percevant. La télépathie d’Emma est à la fois un don et un handicap.

C’est avec malice que l’auteur mêle l’enquête des jeunes gens et le fantastique apporté par le talent particulier de la fille. Cela donne des situations cocasses et inattendues. Le côté amusant n’a pas empêché Alain Gagnol de ménager un bon suspense, avec de la tension et d’imprévisibles retournements de situation. L’humour et la fantaisie permanents rendent cette lecture très agréable.

Le titre Même les araignées ont une maman est intrigant, mais il ne doit pas décourager les arachnophobes, il n’y a pas d’araignées dans ce livre, à part peut-être dans la tête de certaines personnes.

Bien que je n’aie vu nulle part que cet ouvrage est destiné aux jeunes adultes, les personnages et l’intrigue me paraissent parfaitement appropriés pour eux. Mais si, dans un bon polar, vous ne trouvez pas indispensable qu’il y ait des horreurs, des atrocités ou des scènes de sexe crues et détaillées, alors vous pouvez vous plonger dans ce roman plein de fraîcheur qui satisfera aussi les plus âgés. C’est une bonne lecture, originale et distrayante.

Extrait :
Elle fait un petit mouvement de vague avec la main.
– Sa musique résonne comme un carillon entre les arbres.
– Ça doit être magique de pouvoir entendre un truc pareil.
– Il n’y a rien de magique, tu sais. C’est juste la vie normale.
Apparemment sa définition de la normalité n’a rien à voir avec la mienne. Ni avec celle de n’importe qui d’autre d’ailleurs. Ce qu’elle vit est effrayant et magnifique, constamment inconfortable. Pour le reste du monde, la normalité se définit par le doux ennui qui s’en dégage. Un ennui que l’on finit par trouver insupportable, et qui révèle toute sa valeur quand un accident ou un drame nous en prive brusquement.

Niveau de satisfaction :
4.2 out of 5 stars (4,2 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Enquête, Fantastique, Français, Remarquable. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.