Les Meurtres du Red Power – Thomas King

Par Michel Dufour

Date de publication originale : 2006 (The Red Power Murders)
Date de publication française : 2021 (Alire)
Traduction (anglais canadien) :
Lori Saint-Martin et Paul Gagné
Genre :
Enquête
Personnage principal :
Thumps DreadfulWater

C’est le deuxième roman (sur 5) de la série des Thumps. L’action se situe encore dans la petite ville de Chinook dans le Montana, adossée aux Rocheuses. Beaucoup d’agitation dans cette ville habituellement tranquille parce que l’activiste autochtone Noah Ridge, chef du Red Power Movement, vient faire la promotion de son plus récent essai. Dans leur jeune temps (il y a vingt-cinq ans), Thumps et lui ont milité ensemble à Salt Lake City, au moment où l’énergique et influente Lucy Kettle est mystérieusement disparue. Thumps s’est éloigné du Mouvement parce qu’il trouvait Noah à la fois égocentrique et jusqu’au-boutiste.

Des menaces de mort pèsent sur la tête du leader du Red Power. Déjà un ancien agent du FBI, qui avait enquêté dans l’Affaire Kettle, est retrouvé mort dans sa chambre de motel le jour même où Noah Ridge arrive en ville. Le shérif Hockney, qui se dévoue pour le calme  et l’ordre de sa ville, ne pouvant guère compter sur son nouvel adjoint, l’inepte Andy Hooper, propose à l’ex-policier Thumps de reprendre du service. Ce dernier manque clairement d’enthousiasme mais, en se rendant à l’hôtel pour rencontrer Noah, il tombe sur Dakota Miles, son ex-flamme et grande amie de Lucy Kettle. Elle semble maintenant très liée au Red Power et à Noah Ridge.

Policiers, journalistes, grand public, tous sont réunis pour la prestation de Ridge, qui se fait attendre. On s’inquiète; la veille, il a été rudoyé et s’est retrouvé à l’hôpital. Peut-être un coup de publicité, pense Thumps. Le temps s’étire. Hockney et Thumps foncent à son hôtel : meubles renversés, du sang partout, et Noah Ridge est disparu. On le cherche et on trouve le cadavre de Reuben Justice. Ce qui nous ramène vingt ans en arrière à Salt Lake City, où le coffre-fort de Morgan Energy est cambriolé; et Reuben Justice doit offrir l’hospitalité aux cambrioleurs, le soir même où Lucy Kettle disparaît. Qu’est-ce que Reuben venait faire à Chinook ? Quel est le rôle du FBI dans tout ça ? Et qui, au sein du Red Power, livrait des informations au FBI ?

Les problèmes, en réalité, sont beaucoup plus complexes. Thumps explique, en principe,  pourquoi: les personnes en jeu sont trop nombreuses et poursuivent toutes des objectifs différents. Jusqu’à la fin, Thumps n’y comprend pas grand-chose. En fin de compte, quelques hasards et quelques confidences lui permettent  de s’y retrouver, mais peu d’habitants de Chinook ont compris le brouillamini abracadabrant qui a ébranlé la communauté du shérif Hockney.

C’est un roman, et une série, dans lequel il faut aimer le personnage principal, le photographe et ex-policier Thumps DreadfulWater. Il essaie de vivre plus paisiblement dans la petite communauté de Chinook, mais le shérif Hockney a souvent recours à lui. Tenaillé entre le besoin de calme et la curiosité, Thumps se retrouve dans des enquêtes compliquées. Armé de patience et de sens de l’humour, embêté par sa chatte Freeway et par sa Volvo récalcitrante surtout l’hiver, il enquête tranquillement, se dispute avec le shérif qui l’asticote pour le stimuler, démissionne sans cesse mais continue d’essayer d’y voir clair. Dans cette enquête-ci, c’est très embrouillé, l’origine de la situation remonte à vingt-cinq ans en arrière, les personnages se multiplient, et il y en a trop pour qu’on puisse vraiment les comprendre. L’action se déroule lentement, sauf vers la fin où les rebondissements s’amplifient.

Pas mauvais, mais un peu trop mêlant pour qu’on s’y attache sérieusement.

Extrait :
Thumps et Hockney ne s’étaient jamais liés d’amitié. Entre un policier et un ex-policier, c’était peut-être inévitable. Peu après l’arrivée de Thumps à Chinook, le shérif était passé lui dire bonjour et lui parler de connaissances communes dans la police. Rien de plus. Pas de barbecues. Pas de parties de cartes. Pas de bières au bar du coin.
Une personne moins avisée aurait pu voir dans le shérif un type froid et distant, mais Thumps n’était pas dupe. La plupart des bons policiers qu’il avait connus étaient des solitaires, des hommes qui préféraient rester seuls et sortaient rarement de leur cercle familial. Peut-être à cause de leur travail. Peut-être par tempérament. Peut-être parce qu’ils étaient déprimés à l’idée des horreurs dont les humains sont capables.
Ce que savait Thumps, c’est que Hockney était un bon policier. Un bon policier qui ne savait pas faire la différence entre le café chaud et le goudron chaud.

Chinook

Niveau de satisfaction :
3.5 out of 5 stars (3,5 / 5)

 

 

Ce contenu a été publié dans Canadien, Enquête, Moyen. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.