En eaux dangereuses – Donna Leon

Par Michel Dufour

Date de publication originale :
2020 (Trace Elements)
Date de publication française :
2021 (Calmann-Lévy)
Traduction (américain) :
Gabriella Zimmermann
Genre :
Enquête
Personnage principal :
Brunetti, commissaire à Venise

Encore une fois, je m’ennuyais de Venise et du commissaire Brunetti. Je me suis donc lancé dans son dernier roman. Sur le point de mourir dans un hospice vénitien, Benedetta Toso veut parler à la police, d’où l’entrée en scène de Brunetti et de sa collègue de Naples Claudia Griffoni. La femme leur confie que son mari, Vittorio, a été assassiné et qu’il aurait touché, semble-t-il, à de l’argent sale.

Vittorio a officiellement été victime d’un accident quand sa moto a dérapé et qu’il s’est noyé dans un fossé rempli d’eau. Il travaillait pour une compagnie chargée de vérifier la qualité des eaux vénitiennes, auprès de laquelle Brunetti et Griffoni décident d’enquêter. On multiplie les entrevues. On en apprend beaucoup sur la technique des capteurs de pollution des eaux vénitiennes. En même temps, Brunetti est préoccupé par un événement qui risque de nuire au vice-questeur Patta : alors que Venise a la réputation d’échapper à la criminalité (un article flatteur doit d’ailleurs paraître à ce sujet dans un hebdo), l’épouse du maire a été impliquée dans une rixe avec de jeunes voleuses au lourd dossier sur un vaporetto et ses paroles ont sans doute dépassé sa pensée. Cet incident ne doit pas interférer avec le reportage élogieux, car Patta prévoit acheter un appartement et espère être bientôt promu; le maire ne doit donc pas être indisposé par la réputation de la ville ni par les frasques de son épouse.

Revenant sur son enquête principale, Brunetti finit pas coincer un suspect non pas du meurtre mais d’une certaine falsification des résultats des capteurs. Ce qui, par un étrange détour, le mènera à négocier une entente ambigüe qui lui permettra d’appréhender un meurtrier à condition d’oublier un crime.

J’ai bien aimé cette finale quelque peu tarabiscotée, révélatrice du caractère sensible et réaliste du commissaire. Cela dit, il m’a semblé que notre commissaire avait pris un coup de vieux. Peut-être à cause de la chaleur accablante de cet été. Il est affecté outre mesure par le cas de Benedetta Toso, ne trouve plus de plaisir à ses lectures des classiques grecs, parvient mal à sortir du lit le matin, ne profite plus vraiment de la vie de famille. Ses complices habituels, Elettra et Vianello, ne font que passer. Et l’intrigue elle-même est laborieuse. L’épisode intercalé des jeunes voleuses tente en vain de dissimuler la monotonie de l’enquête.

Extrait :
Brunetti se rapprocha du bureau de sa collègue, mais sans se préoccuper de consulter l’écran : elle lui annoncerait les résultats. Elle recula son fauteuil et se tourna pour le regarder en face.
 – Je crois que vous m’avez conduite à la ruine, commissario,
déclara-t-elle avec le plus grand sérieux.
Sans trop savoir s’il devait s’en inquiéter ou non, Brunetti demanda :
De quelle façon, signorina ?
J’ai perdu toute confiance dans l’humanité. Si je lis dans le journal qu’un homme a écrasé sa femme en sortant de son garage en marche arrière, je me demande tout de suite si son acte était prémédité; si je rentre dans une bijouterie, je commence à imaginer quelle serait la meilleure manière d’y commettre un vol; quand on interviewe une personne à la télévision, je m’attends à un mensonge, à un moment ou à un autre.
Elle leva les mains en signe de reddition et de désespoir
Je ne saisis pas bien si vous m’en voulez, signorina, ou si vous voulez au contraire m’en remercier.
Elle baissa la tête et observa l’état du pouce de sa main droite.
Je partage votre incertitude, commissario.

La Questure de Venise

Niveau de satisfaction :
3.5 out of 5 stars (3,5 / 5)

 

 

Ce contenu a été publié dans Américain, Enquête, Moyen. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.