Les fauves – Ingrid Desjours

Par Raymond Pédoussaut

lesfauvesDate de publication originale : 2015 chez Robert Laffont Desjours
Genres : Thriller, roman noir
Personnages principaux : Haiko, directrice d’une fondation qui lutte contre les recrutements de jeunes par Daesh – Lars, garde du corps de Haiko.

Haiko Homoreanu est à la tête d’une ONG qu’elle a fondée dans le but de sortir des griffes de l’État Islamique les jeunes enrôlés pour faire le djihad. Une fatwa est lancée contre elle :
« Torturez-la, violez-la, tuez-la.
Que ce soit lent et douloureux. »
Quand son amie Nadia se fait tuer à coups de kalachnikov en pleine rue, sa mère Katia embauche Lars, un ancien combattant de l’Afghanistan, comme agent de protection. Mais les choses ne sont pas simples : Haiko est accusée d’envoyer les adolescents interceptés lors de leur départ pour la Syrie vers un réseau de prostitution. Lars est fasciné par la personnalité complexe de Haiko, mais il a des doutes sur l’honnêteté de la jeune femme. Sa conception de l’honneur lui impose de découvrir qui est vraiment celle qu’il doit protéger : une héroïne qui sauve des enfants ou une trafiquante sans scrupules qui enlève des gamins pour les vendre ? Pas facile de faire toute la lumière sur cette affaire pour un ancien militaire habitué à trancher entre le bien et le mal. Maintenant il doit évoluer dans un monde où se pratiquent les mensonges, les rumeurs, la manipulation et les faux-semblants. D’autant plus difficile que Lars a ses propres problèmes et pas des moindres.

L’intrigue est relativement complexe et conçue pour entretenir l’ambiguïté sur les vraies personnalités des protagonistes ainsi que sur les ressorts qui les poussent à agir. Pour cela l’auteure s’est servie de personnages ayant des fêlures profondes.
Ainsi Haiko est marquée par le traumatisme de sa naissance : lorsque sa mère était enceinte, elle a sauté par la fenêtre du deuxième étage pour échapper aux coups d’un mari violent. La mère s’était retrouvée en état de mort cérébrale mais le bébé était intact. La mère avait été maintenue en vie afin de permettre à Haiko de naître à terme, puis débranchée à sa naissance. Quant à Lars il a été fait prisonnier en Afghanistan, les Talibans l’ont torturé, il a dû subir un châtiment qu’il essaie d’oublier, vainement.

Ces deux personnages alternent force et faiblesse. Haiko est à la fois une femme pleineles fauves-amb d’assurance qui aime se trouver sous l’œil des caméras pour faire connaître son action humanitaire et une petite fille vulnérable qui a peur. Haiko est accro aux projecteurs et au sexe. Lars est un balèze dont la stature en impose, il émane de lui une force et une virilité brute. Il maîtrise son métier de protection des personnes mais il tremble comme une feuille quand il n’arrive plus à contrôler les séquelles du syndrome post-traumatique des soldats qui reviennent du front. Il a besoin de prier avec ferveur pour expier les atrocités de la guerre. Lui est accro aux amphétamines et aux combats de rue où il risque sa peau.

Aucun Manichéisme dans ce roman. Les deux principaux personnages, des écorchés vifs, sont confrontés aux problèmes de la société actuelle mais avant tout à leurs propres démons intérieurs. Un dernier rebondissement pimente un final sombre digne d’un véritable roman noir.

Un bon thriller dans l’air du temps.

Extrait :
Bien qu’il l’ait rejetée en bloc, cette conversation a bouleversé Lars. Non qu’il ait été ébranlé dans sa conviction que l’État islamique était un ennemi à combattre de toutes ses forces, mais parce que la description de la société actuelle et de sa déliquescence faisait écho à ses propres opinions. Lui aussi se sentait étranger dans son pays et ne se reconnaissait pas dans les valeurs qu’il lui proposait. Pire, il avait peut-être concouru à protéger un de ses acteurs malveillants en la personne de Haiko…

Ingrid Desjours parle des fauves

Ma note : (4 / 5)

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Français, Remarquable, Roman noir, Thriller, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*