Illusion tragique – Gilda Piersanti

Par Raymond Pédoussaut

Date de publication originale : 2017 (Le Passage)
Genres :
Roman noir, thriller
Personnages principaux : Mario Serini, garçon de 10 ans – Elisabetta, auteure célèbre

Dans un immeuble de Rome, le petit Mario a pris l’habitude de monter sur la terrasse de son immeuble pour observer à travers un vasistas l’étrange cérémonial auquel se livre son voisin du neuvième étage, monsieur Rupert. Celui-ci prend son bain avec une très belle femme qu’il cajole tendrement. Pourtant monsieur Rupert vit seul, on n’a jamais vu personne entrer ou sortir de chez lui, à part lui-même. Piqué par la curiosité, Mario parle de ce mystère à son copain Riccardo. Tous deux décident de s’introduire dans l’appartement du voisin en son absence. Pendant leur exploration, ils sont surpris par Rupert. Mario réussit à s’enfuir mais Riccardo reste coincé dans l’appartement. Il réussira à s’échapper, mais il est poursuivi par Rupert. Riccardo finira tragiquement, noyé dans le Tibre. Accident ou agression ? Cet événement sera déterminant pour l’avenir de Mario. Toute sa vie sera marquée par cela.
Parallèlement, Gilda Piersanti met en scène une auteure virtuelle, Elisabetta, qui serait la créatrice de l’histoire du petit Mario. La vie d’Elisabetta, sous les apparences du bonheur, de la richesse et du bon goût, recèle des zones d’ombre et de grandes fêlures soigneusement dissimulées.

Illusion tragique est un roman surprenant. Par sa forme d’abord : c’est deux histoires bien séparées qui nous sont présentées. Chacune de ces histoires pourrait faire l’objet d’un roman autonome. Serait-ce parce que ces romans seraient trop légers (en longueur) que l’auteur les a rassemblés en un seul volume ? Même ainsi constitué de ses deux parties, l’ouvrage reste relativement mince : 235 pages. Surprenant également par le fond : dans les deux intrigues les personnages principaux, Mario et Elisabetta, sont victimes de trahison et d’abandon. Leur vie en sera profondément affectée. Le meurtre sera le moyen le plus efficace pour vaincre leurs démons.

Personnellement je n’aime pas trop le nombrilisme des artistes, lorsque ceux-ci s’épanchent sur les difficultés de la création, sur la douleur de l’enfantement d’une œuvre. Cette façon façon, pour un écrivain, de mettre en scène un autre écrivain, comme c’est la cas ici, m’agace. C’est bien ce qui s’est passé au début de ma lecture. Ensuite j’ai été pris par la double intrigue.

L’intrigue est double mais chacune des intrigues constituant le roman est bien construite. Le suspense est toujours bien instillé. Les retournements sont nombreux et arrivent à point nommé.

Les personnages sont parfaitement bien définis. L’analyse psychologique est fine et nous montre comment un événement dans la vie d’un enfant influence son avenir. Comment les victimes peuvent aussi se transformer en bourreaux. Le final nous réserve une belle surprise que l’on ne voit pas du tout venir.

Mais ce qui se remarque d’abord c’est l’écriture parfaitement maîtrisée. C’est une écriture claire et élégante, toujours facile à lire mais aussi riche et sophistiquée.

En conclusion : Illusion tragique est un roman bien écrit, surprenant par sa forme et par son fond. C’est un polar de belle qualité littéraire.

Extrait :
Sa mère faisait confiance à monsieur Ruper, entre ce salaud et lui, son choix était déjà arrêté. Il était seul au monde, personne ne se souciait de ce qu’il allait devenir. Même Cinzia ne le croyait plus. S’ils voulaient qu’il arrête ses séances, il les arrêterait : sur ce point monsieur Ruper avait raison, ça ne servait plus à rien. Quand il avait essayé, par exemple, d’expliquer à Cinzia que le mec de sa mère était un malade mental, elle l’avait regardé d’une drôle de manière. Elle croyait elle aussi qu’il « inventait des choses ». Riccardo seul le comprenait, tout mort qu’il était.

Bords du Tibre

Niveau de satisfaction :
(4,1 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*