Bombes – Dominique Delahaye

Par Raymond Pédoussaut

Date de publication originale : 2017 (La Manufacture de livres)
Genres : Roman noir, social
Personnages principaux : Greg, graffeur – Émilie, Zadiste – Salif, brancardier aux urgences – Annabelle, jeune fille de la bourgeoisie, catholique intégriste.

Greg est un graffeur qui fait parler de lui à Lyon. Ses compositions picturales ont provoqué l’émoi du côté de la mairie et de l’archevêché. Une nuit, alors qu’il réalisait une nouvelle œuvre sous un pont au-dessus de la Saône, en compagnie de son nouveau pote Choukri, ils sont bombardés de projectiles divers par une bande de jeunes. Choukri tombe sur le quai, il mourra aux urgences. Greg s’en tirera en plongeant dans la Saône, mais il continuera à représenter un danger pour ses assaillants qu’il peut reconnaître. Depuis Greg est traqué. Dans l’ambiance anxiogène de l’état d’urgence et de crainte des attentats terroristes, les événements vont s’enchaîner dramatiquement.

Bombes est un roman court et concentré. Une vraie tragédie moderne. Il respecte même la règle de la dramaturgie classique des trois unités :
– l’unité d’action : tous les événements sont reliés à l’intrigue principale et contribuent à expliquer le dénouement final qui a lieu sur la péniche Francine
– l’unité de temps : l’intrigue se déroule sur 24 heures, du 5 au 6 décembre
– l’unité de lieu : l’action se passe uniquement dans la ville de Lyon.
Pour Dominique Delahaye, c’est une gageure d’avoir réussi à écrire un roman très moderne en respectant les codes de la tragédie classique.

Côté personnages, nous avons d’un côté : – Greg qui exprime sa colère par des graffs anti-religieux – Salif, d’origine malienne, il habite une péniche, est brancardier aux urgences, joue de la batterie dans un groupe de jazz – Et enfin Émilie, zadiste de retour de Notre-Dame-des-Landes, est une fille solitaire, elle sait se débrouiller seule mais elle aime bien à l’occasion la compagnie qu’elle se choisit, surtout celle de Salif.
De l’autre côté : – Annabelle, est une jeune fille appartenant à une famille aisée. Elle est intransigeante, proche du mouvement La Manif pour tous, elle milite pour préserver les valeurs de la famille traditionnelle. Elle va s’acoquiner avec une brute fasciste qui ne sait résoudre les problèmes que par la violence.

Ces deux groupes d’individus, séparés par une barrière sociale, n’auraient jamais dû se rencontrer. Quand la rencontre a lieu, c’est pour le pire.

Le livre se termine par une critique virulente des politiques et des médias qui n’ont rien compris à ce qu’il s’est passé. Ce qui ne les empêche pas de vendre à la population un scénario purement imaginaire bâti autour d’engagements radicaux et de supposés actes terroristes, justifiant ainsi l’extrême brutalité des forces de l’ordre sur les nerfs, rendues paranoïaques par le climat de tension de l’état d’urgence.

Bombes est un roman noir militant. Il allie une vision humaine de la société, surtout dans la France d’en bas, et un regard désenchanté sur la politique et l’information.

Extrait :
– Ce sont les mêmes partout, tu peux me croire! Je ne suis pas un spécialiste en théologie. J’avoue avoir toujours suivi ça de loin. Ma spiritualité à moi, elle passerait plutôt par la musique, d’une certaine manière. Comment la machine s’emballe, comment l’aveuglement peut changer ces cinglés en meurtriers, j’avoue que c’est en partie un mystère pour moi. Tiens, prend le petit, le temps que je mette ses légumes à cuire.

Salif épluche deux carottes et des patates qu’il met dans la casserole. Jean s’est arrêté quelques secondes de sucer son biscuit. Il regarde de ses grands yeux noirs Greg qui finit par lui sourire. Rassuré, il se remet au boulot. Greg essuie le menton du gamin.
– Ça n’a tellement rien à voir avec ce que j’ai écrit sur les murs.

Nica’s tempo. Le thème commence par une longue intro de batterie solo. Trente-deux mesures portées par un groove terrible et cette façon inimitable de faire sonner les toms. Sophistiquée et tribale à la fois. Salif est à chaque fois bluffé par le talent de Blakey. Dans son toucher, il entend autant le swing du jazz le plus moderne de l’époque que les racines africaines profondes de cette musique.

Art Blakey – Nica’s tempo

Niveau de satisfaction : 
(4,3 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Français, Remarquable, Roman noir, Social, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*