Ces femmes aux yeux cernés – André Jacques

Par Michel Dufour

Date de publication originale : 2018 (Druide)
Genres : Enquête, Thriller
Personnage principal : Alexandre Jobin, antiquaire…

Ce n’est pas une bonne idée de vendre des tableaux qui se révèlent être des faux à Grigor Chukaliev, le violent caïd de la mafia russe. Pour son malheur, Alexandre Jobin est malgré lui impliqué dans cette affaire. Maintenant antiquaire, Jobin a travaillé longtemps pour les services de renseignements de l’armée canadienne, mais cette expérience est insuffisante pour affronter Chukaliev. Quand un cocktail Molotov est lancé dans sa boutique, qu’une de ses employés est blessée, et que le faussaire est tué, Jobin décide de partir à la recherche du peintre espagnol Jordi Carvalho pour lui acheter un tableau et le donner à son client frustré.

Tel est le thème de ce qui ressemble à un road movie à travers Barcelone et Paris. Comme Carvalho fuit un passé plutôt trouble, il n’est pas facile à repérer. Jobin est aidé par son amie Chrysanthy qu’il retrouve à Paris, où le peintre semble s’être réfugié. Mais, pisté par les Russes, Jobin est aussi recherché par la police française à la demande de l’inspecteur Latendresse de Montréal, qui ignore les intentions précises de Jobin mais le croit mêlé à la magouille russe. Au moment où Jobin rattrape le peintre et sa compagne, les Russes interviennent, menacent de kidnapper Carvalho et de tuer Jobin. Survient, cependant, un coup de théâtre qui permet à l’antiquaire blessé de rentrer au pays. Mais la partie est loin d’être finie.

On s’attache, les femmes surtout apparemment, à Jobin, entêté, fonceur, imprudent, curieux, amateur de scotch et de bières. Et qui aime faire la barbe à Latendresse, qui se méfiera toujours de lui avec raison. Ses aventures à Barcelone et à Paris sont intéressantes, surtout parce qu’André Jacques, avec la minutie d’un historien, se complaît dans la description des lieux, des odeurs, des modes de vie. Il ravive aisément les souvenirs des voyageurs qui ont connu ces villes et fait rêver les autres. On parle souvent de l’épaisseur des personnages; ici, il faut surtout remarquer l’authenticité des décors. Le personnage de Pavie qui, dans le roman précédent (La Bataille de Pavie), ressemblait à la fameuse Lisbeth Salander, apparaît aussi dans ce roman mais, malgré quelques égorgements, reste un peu sur la retenue, comme si Jacques voulait éviter que la dimension sociologique et esthétique de son roman soit occultée par la confusion et le brouhaha suscités par les romans d’action. On lit André Jacques comme on écoute l’andante d’une symphonie : plutôt modéré, parfois un peu lent, mais tellement plaisant qu’on souhaiterait que ça s’éternise.

Extrait :
Il marche. D’un pas un peu hésitant. Se redresse. Après tout, t’es un ancien militaire, non! Il se retrouve dans le lacis des rues étroites. À gauche d’abord, puis à droite, a-t-elle dit. Ou l’inverse ? Il parvient à un carrefour où convergent trois ruelles.
Soudain, il perçoit des pas derrière lui. Il s’arrête. Silence. Aussitôt, les douleurs à l’épaule et au côté, oubliées depuis une heure, reviennent (…) Il se tapit dans l’ombre d’un portique. Les pas résonnent de nouveau. Plus rapides. Plus proches. Les pas d’un homme. Il voit l’ombre sur les pavés.
Alors, il plonge sur l’inconnu, le saisit au bras, le retourne, lui plaque le visage contre un mur de pierre, lui remonte le bras vers le haut du dos (…)
Alors, la douleur à l’épaule devient intolérable. Et les images resurgissent Les images et les cris. Il relâche la pression. Et repousse l’autre qui trébuche et continue à hurler. À peine s’il aperçoit l’inconnu qui se relève et sort un couteau dont la lame luit un instant dans la semi-obscurité. À peine aussi voit-il cette autre ombre vêtue de noir qui arrive en courant, qui frappe du pied la main tenant le couteau, et qui assène un coup sec du tranchant de la main à la gorge de l’agresseur, qui s’écroule (…)
– Spèce de cave !

Rue Georges-Lardennois, Paris

Niveau de satisfaction :
4 out of 5 stars (4 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Enquête, Québécois, Remarquable, Thriller, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.