Deux femmes – Denis Soula

Par Raymond Pédoussaut

Date de publication originale : 2018 (Éditions Joëlle Losfeld)
Genre : Roman noir
Personnages principaux : Une femme éplorée par la perte de sa fille – Une autre femme tireur d’élite dans les Services

Une femme raconte sa douleur après le deuil d’une de ses filles. Son combat quotidien pour continuer à vivre. Combat moral. Une autre femme expose la nature de son travail dans Les Services. Elle aussi doit se battre pour préserver sa vie. Combat physique pour elle. Bien que leurs modes vies soient aussi éloignés que possible, leurs chemins vont se croiser de façon tragique. Elle vont lutter ensemble pour leur vie.

L’auteur retrace les parcours de deux femmes dont on ne connaît pas le nom. Deux femmes très différentes. La première est marquée est marquée par la disparition de sa fille la plus jeune. Elle s’accroche à la présence de celle qui lui reste. Son compagnon est parti depuis longtemps. Il ne lui reste que l’aînée et la moto. Elle a toujours aimé les motos. Cela l’aide à tenir debout et à avancer lentement hors du malheur. Dans l’épreuve elle reste libre et indépendante. Il y a beaucoup de nostalgie et de douleur dans la vie de cette première femme.

La deuxième est très différente. Jeune, après un baccalauréat obtenu avec la mention très bien et la mort de sa mère dans un accident de voiture, elle a collé une balle dans la tête d’un type en lui lançant : Salaud de riche. C’était son père. Il venait de lui présenter une nouvelle femme. Après ça, pour échapper à la prison, elle accepte d’entrer dans les Services secrets. En 1981 c’est l’élection d’un président de gauche, le nouveau gouvernement a besoin de jeunes déterminés, qui n’ont pas froid aux yeux et s’ennuient un peu dans la vie. Elle devient alors tireur d’élite, chargée d’éliminer des ennemis de la France. C’est justement en traquant un terroriste, bon père par ailleurs, qu’elle va faire une irruption aussi brutale autant que décisive dans la vie de l’autre femme.

Ce livre est court : à peine 110 pages. Il n’y a rien de superflu dans l’écriture, on a même l’impression que l’auteur a éliminé tout ce qui n’est pas strictement nécessaire à l’intrigue. De ce fait les passages d’une situation à une autre peuvent paraître brutaux. Il n’y a pas de transition, pas d’explication, juste l’action. Surtout dans la dernière partie. Pas de fioritures, pas d’enjolivure de style, pas de pathos. Cela donne un roman tendu, condensé et percutant. S’il existait un championnat du monde de la concision pour les écrivains nul doute que Denis Soula décrocherait la médaille d’or. Mais finalement c’est cette brièveté qui fait la force de ce roman.

Extrait :
Chez Hernu, d’emblée, j’ai posé problème. Pas parce que j’étais une criminelle, d’autres aussi avaient des dettes de sang qu’ils remboursaient chaque jour à la nation et aux colonels qui se transmettaient leurs dossiers. Non, j’étais un problème, car j’étais une femme. Même si à dix-huit ans, je ressemblais beaucoup à un garçon, j’étais la seule fille du régiment, fanfaronnait l’adjudant Filippi, j’aurais dû en toute logique finir dans un bureau, sous-fifre exécutante d’un gradé. Mais voilà, j’étais la meilleure au tir, la plus précise sur cible rapprochée, la moins imprécise à longue distance. Un vrai emmerdement.

Springsteen avait joué mes préférées, Fire, Stolen Car, Point Blank et Candy’s Room à la suite, comme un cadeau, comme s’il était au courant. Je n’en revenais pas. C’est un signe, lâcha mon jules.

Bruce Springteen – Fire

Niveau de satisfaction :
4 out of 5 stars (4 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Français, Remarquable, Roman noir, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.