L’Oracle et le révolver – Guillaume Morrissette

Par Michel Dufour

Date de publication originale : 2018
(Éd Guy Saint-Jean)
Genres : Dystopie, enquête, thriller
Personnage principal : Joseph (ou l’Amiral), la Voix

Morrissette nous a habitués aux enquêtes de l’inspecteur Héroux dans la région de Trois-Rivières; j’ai rendu compte des quatre dernières aventures de Héroux. L’Oracle et le revolver nous entraîne ailleurs, et quel ailleurs ! Dans un petit village perdu au milieu de nulle part, une centaine d’habitants sont soumis aux impératifs d’un étrange personnage appelé la Voix. Cet étonnant androgyne aurait le pouvoir de tuer simplement en désignant du doigt sa victime. Est passible du châtiment toute personne qui cherche à fuir le village, qui boit de l’alcool, qui enfante après l’âge de 25 ans, qui manque de respect au dictateur. Les exécutions se multiplient et la peur règne; c’est le prix qu’il faut payer pour vivre dans une société stable.

C’est ici que se réveille, un beau matin, le dénommé Joseph, que tous appelleront bientôt l’Amiral ou Maître (pour les intimes). Joseph ne reconnaît personne et se demande ce qu’il fait là, et comment il y est arrivé. On lui dit qu’une prophétie avait prévu son arrivée. Et on le prend pour un sauveur.

L’Amiral refuse de jouer le jeu de la Voix et de condamner à mort des habitants responsables de peccadilles. La situation dégénère et le conflit entre les deux maîtres devient inévitable. Quelques-uns aspirent à une certaine liberté et tentent de convaincre Joseph de soutenir leur cause. Mais que peut Joseph, qui ne sait même pas sur qui il peut vraiment compter, et qui dispose d’un revolver et d’une seule balle, qui lui est d’ailleurs volée, et de deux bouteilles de scotch ?

Ce thriller angoissant rappelle le climat de La Servante écarlate de Margaret Atwood (compte rendu en février 2018) et s’inscrit dans la lignée des grandes dystopies de Huxley (Le meilleur des mondes) et d’Orwell (1984) : récits imaginaires où cherchent à survivre les membres d’une société totalitaire qui a sacrifié la liberté individuelle au profit d’une stabilité à toute épreuve; pour soutenir cet objectif, un dictateur aux pouvoirs apparemment illimités manipule les gens par la peur et la violence. Lors d’une entrevue au Nouvelliste (Kim Alarie), Morrissette confiait : « C’est une allégorie sur comment le changement peut être perçu par les gens comme quelque chose de néfaste alors que, pour moi, c’est ressourçant ».

Morrissette a l’audace, l’imagination et l’intelligence nécessaires pour se lancer dans une telle aventure. Rendre crédibles des personnages improbables et angoissante une histoire impossible n’est pas une tâche facile. Le pari est gagné.

Par ailleurs, plus que dans les enquêtes de l’inspecteur Héroux, Morrissette peut ici se laisser aller à des considérations morales et philosophiques : d’un côté, il définit la vie comme une série de choix, allusion à peine voilée à la philosophie sartrienne; d’un autre côté, il va jusqu’à poser les principes d’une réelle démocratie, sans alourdir un récit qu’on peut à peine délaisser : comment finira l’affrontement entre la Voix et l’Amiral, comment Joseph est arrivé dans ce village et comment le quittera-t-il ? Notre sommeil dépend des réponses à ces questions.

Enfin, remercions Morrissette de rendre hommage au scotch, qui apparaît ici comme une arme de dissuasion massive.

Extrait :
Le Barde pivota sur lui-même et affronta les yeux qui l’observaient. Malgré le silence de la foule, il était clair qu’il n’avait pas l’avantage. Il parla haut et fort, s’assurant que tout un chacun entendait ce qu’il clamait :
Oh oui je saurais le dire ! Je suis coupable d’avoir voulu partir de cet endroit, Amiral ! déclara-t-il en revenant vers lui. De vouloir franchir la forêt et de jouer ma musique dans d’autres lieux ! De faire connaître mon vécu à ceux qui existent ailleurs !
Les gens retenaient leur souffle. Une tension s’installait.
Et en quoi cela est-il un crime, Barde ?
Vous savez très bien quelles sont les lois de ce village, Barde ! interrompit la Voix en s’avançant.
Il avait une voix stridente et agressante. Joseph se déplaça et mit les mains sur les hanches. Il eut l’impression que la suite allait être intéressante. L’Oracle sortit un petit calepin et défit l’élastique qui l’entourait (…)
– Loi quatorzième, importance capitale : « Nul ne doit quitter le village ni en démontrer l’intention ». Ça me semble pertinent en ce moment. Vous demandez justice ? s’enquit la Voix.
Je…oui, je demande justice, cria le Barde sans retenue.
Il regardait vers Joseph avec confiance. La Voix, qui était maintenant tout près, ferma son petit carnet, replaça l’élastique et pointa la main vers le condamné.
Alors, que justice soit faite, dit-il doucement en bougeant les doigts.
L’Amiral toisa le drôle de personnage. Il commença à prendre la défense du jeune homme.
C’est ridicule… il veut seulement voyager…
Mais lorsqu’il regarda vers le Barde, il était déjà trop tard. Ce dernier gisait par terre, inanimé.

Niveau de satisfaction :
4.5 out of 5 stars (4,5 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Enquête, Québécois, Remarquable, Science-fiction, Thriller, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.