Que les ombres passent aux aveux – Cedric Lalaury

Par Raymond Pédoussaut

Date de publication originale : 2019 (Prélude)
Genres : Enquête journalistique, roman noir
Personnage principal : Jessie Belcher, journaliste et écrivaine

Jessie Belcher est revenue vivre chez son grand-père à la suite d’un drame familial. Après la mort du vieil homme, un matin, elle retrouve dans sa boîte aux lettres une grande enveloppe, adressée à son grand-père. Elle contient des coupures de journaux accompagnées d’un petit texte sibyllin. Les extraits de journaux relatent l’agression d’une vieille dame. Dans son témoignage elle dit avoir été attaquée par l’Enfant perdu d’Eden Woods. Cette information laisse perplexe Jessie mais suscite sa curiosité : ce pourrait être un bon sujet pour son prochain livre. Après une petite enquête elle découvre que les articles contenus dans l’enveloppe font référence à un drame qui s’est déroulé dans un manoir situé dans Eden Woods, la forêt qui encercle Keowe, petite ville de Caroline du Sud. Trente ans auparavant on avait retiré des décombres du manoir incendié les corps des parents et de leur petite fille mais manquait le petit dernier. Celui-ci n’a jamais été retrouvé. Cette histoire captive complètement Jessie, d’autant plus que ses racines familiales se trouvent dans cet endroit. Elle convainc son employeur de l’envoyer enquêter sur place. Elle, qui ne pensait ne trouver là qu’un sujet de roman, sera bien plus concernée par cette affaire qu’elle n’aurait pu le penser.

L’auteur nous décrit le cadre impressionnant d’une petite cité où les gens ont un comportement étrange et déstabilisant pour une étrangère. Jessie, qui est arrivée dans Keowe comme une observatrice extérieure, se trouve happée par l’ambiance étrange et envoûtante qui règne dans la ville et ses environs. Un endroit particulier est marqué par une aura maléfique : Eden Woods où le drame du manoir a eu lieu. Des événements et des témoignages insolites ne font qu’accentuer l’impression d’un endroit mystérieux où s’exercent des pouvoirs secrets.

Les personnages, nombreux, sont souvent volontairement ambigus. On ne sait pas vraiment de quel côté les situer par rapport à Jessie : sont-ils francs et honnêtes ou hypocrites et manipulateurs ? Beaucoup de mensonges, de non-dits et de secrets aussi. On n’est jamais sûr de rien. Dans ce domaine l’intrigue nous réserve quelques belles surprises. L’héroïne, Jessie, est elle-même un mélange de gros défauts, tels son alcoolisme qui a déjà causé un drame et de belles qualités comme la ténacité et la persévérance.

L’intrigue est complexe et touffue. Elle se déploie dans de multiples directions avant de bifurquer vers d’autres voies. Les nombreux personnages ne font qu’augmenter cette impression de densité. Il faut être vigilant et concentré pour suivre le déroulement de l’enquête. Mais quand on ne se laisse pas larguer par les nombreuses péripéties et par les incessants retournements de situation, on ne peut qu’apprécier le montage astucieux d’un scénario qui arrive à maintenir le suspense tout le long de cette histoire jusqu’à l’apothéose finale. C’est superbement ficelé !

Que les ombres passent aux aveux est un bon polar, avec notamment une intrigue bien élaborée et une ambiance presque gothique, à la limite du fantastique, du meilleur effet.

Extrait :
Durant ma convalescence, l’enquête concernant mon frère n’apporta que peu d’informations supplémentaires quant à ses motivations. Personne ne comprenait pourquoi il avait agi ainsi ni dans quel but. Pour ma part, je savais bien ce qui l’avait poussé à mettre en branle ce plan macabre : un sentiment d’injustice, profond, sombre, incurable. La terreur d’un petit garçon hanté par une mère dont il était persuadé qu’elle ne l’avait mis au monde que pour remplacer un autre bébé mort au sein d’une famille qui n’était pas la sienne avant d’être confié à des inconnus qui avait accru son malheur au lieu de lui apporter amour et sécurité. Et la seule façon dont cet enfant avait pu se débarrasser de la peur, c’était de la dispenser à son tour tout au long d’une existence conclue dans un univers de meurtres et de chaos, avec la vengeance pour seul repère.

Manoir après l’incendie

Niveau de satisfaction :
4.1 out of 5 stars (4,1 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Enquête, Français, Remarquable, Roman noir, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.