Vanda – Marion Brunet

Par Raymond Pédoussaut

Date de publication originale : 2020 – Albin Michel
Genre : Roman noir
Personnage principal : Vanda, mère célibataire

Vanda, mère célibataire, tire le diable par la queue. Elle vivote de petits boulots, habite dans une cabane de plage avec son fils de six ans, Noé. Dans un bar musical qu’elle fréquente régulièrement elle reconnaît Simon, un ancien amant. Leur relation avait duré quelques mois et puis le gars est parti il y a sept ans, on ne l’a plus revu depuis. C’est le père de son fils. Il ne le sait pas, il est venu pour l’enterrement de sa mère mais Vanda pense que c’est pour voir son enfant et sans le vouloir elle lui apprend qu’il est père. La stupéfaction passée, Simon sent un instinct paternel s’éveiller en lui et veut offrir à son fils de meilleures conditions de vie. Mais Vanda considère que le garçon est à elle seule, elle s’est passée du père pendant six ans et elle a la ferme intention de continuer ainsi. Elle ne supporte pas que quelqu’un d’autre puisse avoir des droits sur sa seule richesse : son fils.

C’est le roman d’une femme à la dérive qui s’accroche. Une jeune femme partagée entre son envie de vivre, de profiter de sa jeunesse et les contraintes imposées par sa situation précaire. Parfois elle se laisse aller à picoler un peu trop, parfois elle s’autorise des rapports sexuels sans lendemain. Il faut bien que le corps exulte comme dirait Brel. Mais toujours elle protège son fils, son trésor, sa bouée de sauvetage. Pour lui elle se bat, cherche du travail, gagne sa vie avec des boulots merdiques, chaparde à l’occasion, continue de faire des plans d’avenir. Tant bien que mal elle arrive à survivre avec son gamin. Cette mère célibataire ne supporte pas que le père si longtemps absent, se sente maintenant concerné par le gosse. Elle sort les griffes.

À travers les pérégrinations de Vanda, Marion Brunet nous offre une description réaliste de certains aspects de notre société : exploitation cynique des travailleurs, emplois précaires et mal payés, absence de totale de droits, employés jetables. On assiste même à une manifestation qui se termine par une répression sauvage. Le roman est bien ancré dans l’actualité.

Les personnages sont saisissants de vérité, que ce soit Vanda en mère louve, Simon en père tourmenté ou encore Chloé, la petite amie de Simon, en bobo égoïste et lucide. Ils ne sont ni bons ni mauvais, simplement ordinaires, chacun se débat dans ses problèmes et vit dans un équilibre fragile susceptible de basculer dans le drame quand il est rompu.

Comme dans L’été circulaire Marion Brunet réussit la performance de créer un roman noir intense avec un cadre et des personnages que chacun pourrait rencontrer dans la vie courante. Vanda est un roman engagé, parfois enragé, simple et puissant.

Extrait :
– Il faut que tu partes.
La voix est menaçante, les mots sont une supplique. Simon regarde Noé comme s’il attendait que la solution vienne de l’enfant, mais l’enfant reste suspendu à sa mère, primate chevelu au regard ambigu. Une satisfaction dans la prunelle, une excuse en demi-sourire.
– Je vais revenir, Vanda, que tu le veuilles ou non.
Vanda ne bouge pas, ne le regarde pas. On ne sait pas si elle a entendu ou si le ressac a couvert la voix de l’homme qui la toise, mais il se fourre le doigt dans l’œil s’il croit qu’il s’agit d’un simple bras de fer.
– Ne fais pas ça.
Simon ouvre son sac nerveusement, en sort un album coloré. Sur la couverture, un tricératops charge en relief, vernis argenté sur les cornes. Il le pose dans le sable, ne s’adresse qu’à Noé :
– C’est pour toi.
D’un mouvement des hanches, elle soustrait l’enfant au regard de Simon. Sa lèvre tremble mais elle ne pleure pas.
– Tu sais pas ce dont je suis capable.

« Ça coûte moins cher qu’un deux-pièces au centre-ville. Et puis il y a la mer. »

Niveau de satisfaction :
4.3 out of 5 stars (4,3 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Français, Remarquable, Roman noir. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.