Le Germe – François Guérin

Par Michel Dufour

Date de publication originale : 1999 (JCL)
Genre : psychosociologique
Personnage principal : Gabriel Sénart, fils de vigneron

En perçant la cloison du mur d’un édifice parisien, des ouvriers découvrent derrière un faux mur une caisse de Tokay qui aurait été envoyée à Louis XIV par le prince Rakoczy de Hongrie. Valeur inestimable d’un point de vue gastronomique et pécuniaire. On décide de la vendre aux enchères et, le soir même de cet événement, la caisse de vin est volée. Difficile de comprendre pourquoi, parce que ce vin est trop célèbre pour être mis en vente publiquement; un collectionneur ne risquerait pas non plus de l’exposer à tout venant; et boire ces 6 bouteilles n’est certainement pas désagréable, mais irions-nous jusqu’à presque tuer quelqu’un pour nous emparer de cette caisse ? Le jeune encanteur Gabriel Sénart, exilé à Paris depuis quelques années, mais fils d’un vigneron du Bordelais, et qui n’avait même pas eu le temps de présenter la caisse de Tokay, aurait tout intérêt à ce qu’on réponde à ces questions, puisqu’il est relevé de ses fonctions, sans salaire, tant que l’enquête n’aura pas abouti.

S’ensuivent plusieurs chapitres qui n’ont pas tellement de rapport avec l’enquête : un chapitre résume une journée du roi Louis XIV à Versailles. Puis, en route vers la demeure familiale, Gabriel arrête pour choisir quelques bonnes bouteilles chez monsieur Gaston; il roule ensuite jusque chez son ami japonais Koji et sa femme Mie; flashback sur la mort de son frère Guillaume, il y a huit ans, et le départ de Gabriel pour Paris; retrouvailles entre Gabriel, son père et sa mère; souper avec son amie Annie; vol au Château Latourie; la mort du père; on apprend que le Château Noyanac produit certains vins qui sentent le malt, et les propriétaires possèdent un chromatographe; visite au Château Noyanac.

La plus grande partie de l’histoire ressemble à un manuel d’initiation au vin, au travail du vigneron et à l’art de la dégustation. À cela s’ajoute une longue introspection de Gabriel sur les choix malheureux qu’il a faits, lui qui n’aime pas choisir : abandonner sa mère et Annie, se brouiller avec son père, laisser tomber le vignoble, et la conclusion à tirer de tout ça, à savoir qu’il est un narcissique impénitent. C’est la partie la plus personnelle du récit.

Et la caisse de Tokay? Plusieurs beaux hasards pousseront Gabriel au Château Noyanac où un vigneron mégalomane recherche l’équivalent de la pierre philosophale : l’élément subtil qui permet à un vin de vieillir en se bonifiant.

On se doute bien que cette aventure se terminera dans le bonheur total.

Extrait :
En effet, Gabriel, j’étais à Paris le soir du vol des bouteilles de Tokay.
– …

Crois-moi, je voulais sincèrement aller te rencontrer, mais c’était trop risqué.
Trop risqué ? Qu’est-ce que cela signifiait ? En quoi venir me saluer pouvait-il constituer un risque ? Il craignait que je l’assomme, ou quoi ? Tout de même, je sais vivre. Après toutes ces années, il devrait comprendre que je n’en suis plus là (…)
J’ai décidé d’en profiter pour venir te demander ce que tu pouvais bien foutre dans une vente aux enchères. Je n’irais pas jusqu’à prétendre que tu y es pour quelque chose dans le vol, mais la coïncidence est particulièrement dérangeante, tu ne crois pas ?
Je n’ai rien à voir dans ce coup.
Pourquoi as-tu dit que c’était trop risqué de venir me parler ?
Mon père a pris une longue respiration. Ses méninges fonctionnaient à fond. C’est tout juste si la vapeur ne lui sortait pas du cuir chevelu.
Écoute, Gabriel. J’ai de très sérieux ennuis en ce moment. Le plus loin que je puisse aller, c’est te dire que ma vie même est en danger. Ne me demande pas davantage d’explications. Je dois éviter de compromettre mes proches dans cette histoire. C’est pourquoi je ne peux absolument rien te dire de plus.

Niveau de satisfaction :
3 out of 5 stars (3 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Canadien, Moyen, Psychologique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.