Le Roman policier en Amérique française-3 – Norbert Spehner

Par Michel Dufour

Date de publication originale : 2022 (Alire)
Genre :
Essai critique et guide de lecture analytique

Norbert Spehner est le mentor incontesté de tous les commentateurs de polars au Québec. Il y a plus de cinquante ans, alors que les polars québécois n’étaient pas pris en charge par des maisons d’édition solides (Alire ne verra le jour qu’en 1996) et que les lecteurs dévoraient les fascicules d’IXE-13, d’Albert Brien et de Guy Verchères, nous avions accueilli avec reconnaissance le petit livre de Boileau-Narcejac, Le roman policier (Petite Bibliothèque Payot, 1964). Pas un mot là-dedans, cependant, sur le polar québécois. Depuis le début du siècle, toutefois, les polars d’ici se sont multipliés et les maisons d’édition ont suivi. C’est devenu indispensable d’avoir des guides.

Spehner s’intéresse à la littérature policière en général et à la littérature policière québécoise en particulier. Dans la première catégorie, il a publié une somme extraordinaire, Le Détectionnaire (Alire, 2016), où sont classés et commentés les personnages principaux de la littérature policière et d’espionnage. En 2007, déjà, il avait publié Scènes de crimes, Enquêtes sur le roman policier contemporain, (Alire, 2007), où une cinquantaine de pages étaient consacrées au polar québécois d’hier et surtout d’aujourd’hui. Dans la deuxième catégorie, trois tomes d’essais critiques et de guide de lecture analytique ont comblé le lecteur : Le roman policier en Amérique française (Alire, 2000, 2011, 2022). Avec l’acharnement d’un jésuite et la patience d’un bénédictin, Spehner a couvert trois périodes historiques : des origines à l’an 2000 (tome 1), de 2000 à 2010 (tome 2) et de 2011 à 2020 (tome 3).

Ce tome 3 comprend une introduction sur la fécondité de cette période (publication de près de 1000 romans de 2000 à 2018, et apparition d’une vingtaine de maisons d’édition); puis, la plus grande partie constitue une bibliographie commentée des romans policiers pour adultes (et non pour ados); s’ajoute un chapitre sur les marges du genre, selon la définition plus ou moins large qu’on se donne du polar; un quatrième chapitre porte sur les romans policiers, les récits d’enquête, de mystère et de suspense pour ados et jeunes lecteurs; suivent une dizaine de pages sur les bandes dessinées noires et policières; le chapitre 6 dresse une liste des monographies, thèses et bibliographies sur le roman policier en Amérique française; puis, on élargit un peu les contenants : thrillers, films noirs et policiers, séries télévisées; enfin, deux chapitres importants sur le polar canadien-anglais (traduit); le dernier chapitre dresse une liste des Prix et Distinctions obtenus par nos auteurs. Pour compléter le tout, deux annexes intéressantes : un choix des principales séries policières québécoises contemporaines (écrites et non télévisées), présentées en ordre alphabétique d’auteur, avec le nom du protagoniste et le sous-genre du récit; et, pour finir, retour aux origines du polar québécois : le tome 1 avait déjà déblayé un peu le terrain; dans ce cas-ci, assisté par les recherches bibliographiques et biographiques de Moïra Rendace, Spehner développe davantage le territoire.

La table des matières donne une bonne idée du travail titanesque qu’il a fallu réaliser pour parfaire un tel ouvrage. Je m’intéresse au polar depuis une cinquantaine d’années et les écrits de Spehner n’ont jamais fini de me faire connaître un nouvel auteur, de nouveaux romans, des détectives insoupçonnés. Même si son travail est effectué avec le sérieux d’une thèse de doctorat, Spehner s’adresse, en réalité, à tout le monde qui a un tant soit peu d’intérêt pour le polar. Son langage est simple et clair, les informations sont précises, les commentaires concis et pertinents. Chacun trouvera ce qu’il cherche et découvrira bien davantage.

Il s’agit donc d’une œuvre unique absolument indispensable.

Si Spehner n’existait pas, il faudrait l’inventer.

Extrait :
Ce livre s’adresse à tous les amateurs de littérature policière, ainsi qu’aux chercheurs, universitaires ou pas, aux journalistes, aux critiques et, de façon générale, à toute personne désireuse de s’informer sur le genre. Notre objectif étant de le rendre accessible à tous, nous avons donc soigneusement évité tout jargon spécialisé. Ce n’est donc pas un ouvrage académique, au sens habituel du terme, même si la recherche est aussi exhaustive que possible. Du moins, nous le souhaitons… Quoique surtout descriptive, cette bibliographie est aussi partiellement critique. Quand nous n’avons pas lu un ouvrage répertorié, nous citons d’autres commentaires s’ils sont disponibles. Sauf avis unanime, pour atténuer le caractère trop subjectif de certaines de nos prises de position, que ce soit dans le cas d’une appréciation positive, négative ou mitigée d’un ouvrage, nous avons souvent modulé l’évaluation avec des avis contraires ou différents. Par ailleurs, nous partons du principe qu’une bibliographie peut être « lisible », et pas seulement une simple liste de volumes à consulter pour les besoins d’une recherche ou d’un travail académique. N’en déplaise aux puristes, une bibliographique dynamique n’exclut ni les coups de gueule, ni l’humour. À ce chapitre, nous avons fait preuve d’une certaine retenue, sans toutefois les exclure totalement. Les lecteurs jugeront…

Niveau de satisfaction :
5 out of 5 stars (5 / 5)
Coup de cœur

Ce contenu a été publié dans Coup de Cœur, Québécois. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.