Les 39 Marches – John Buchan

Par Michel Dufour

Date de publication originale : 1915 (The Thirty-Nine Steps)
Date de publication française : 2022 (Archipoche)
Traduction (écossais) :
Théo Varlet
Genres :
Thriller, espionnage
Personnage principal :
Richard Hannay, espion malgré lui

Nous avons presque tous entendu parler du roman Les 39 Marches de John Buchan à cause du film qu’en a tiré Hitchcock en 1935. Par contre, Buchan n’est pas très connu et c’est étonnant parce que c’est un auteur énorme : bon nombre de romans d’aventures et d’espionnage (5 romans mettant en scène Richard Hannay qu’il a créé en s’inspirant d’un véritable espion qu’il a côtoyé quand il travaillait pour le Foreign Office en Afrique du Sud après la Guerre des Boers, au début du siècle précédent), biographies de Walter Scott, Cromwell et Jules César, 24 volumes sur la Première Guerre mondiale… Journaliste au Times, avocat, il a été nommé Gouverneur général du Canada (1935-1940) et c’est même lui qui a signé en 1939 l’entrée en guerre du Canada.

Chapeau à la maison d’édition Archipoche qui a tiré de l’oubli quelques auteurs anciens remarquables, dont ce Buchan et Ngaio Marsh !

Richard Hannay, ancien ingénieur des mines, rentre à Londres après avoir passé plusieurs années en Afrique du Sud. Vigoureux, cultivé, dans la trentaine, mais seul, la grande capitale l’ennuie. Ça peut expliquer pourquoi il accepte d’héberger un Américain bizarre qui lui parle d’un complot qui risque de bouleverser l’Europe entière. Un soir, en entrant chez lui, il découvre son nouvel ami assassiné. On avait donc retrouvé sa trace, l’appartement de Richard a été fouillé, et lui-même se sent maintenant en danger. Il décide donc rapidement de prendre la fuite.

C’est le début d’une folle poursuite à travers l’Écosse où il tente d’échapper aux forces de l’ordre (car il est soupçonné d’avoir tué l’Américain) et aux complotistes qui croient qu’il détient des informations relatives au coup qu’ils préparent. Pourchassé à pied, en automobile, en train et même en avion, Hannay n’en admire pas moins la campagne écossaise et se livre à des rencontres étonnantes. Ayant été agent de renseignement au cours de la guerre des Boers, Hannay n’est pas dépourvu de ressources, sauf que, désarmé et ne connaissant même pas ses ennemis, on ne peut pas dire qu’il tient le gros bout du bâton.

Ses aventures le mènent finalement à Londres où il rencontre des autorités apparemment compétentes mais malheureusement infiltrées par des adversaires redoutables. Des secrets militaires sont maintenant entre les mains des ennemis qui les ramèneront dans leur pays pour les livrer à leur gouvernement. Pourront-ils être interceptés ?

Quarante ans avant la parution du premier James Bond d’Ian Fleming, Buchan dresse le portrait d’un héros plutôt solitaire, doté d’une grande énergie et d’une intelligence pratique, et passablement chanceux. On comprend qu’un tel personnage ait pu séduire Hitchcock. Le roman se lit tout seul : on craint, on rit, on admire le paysage, on est bousculé d’un rebondissement à l’autre. Privé de tous les gadgets électroniques qu’utilise 007, Hannay n’en est que plus attachant : c’est plus un homme qu’une machine. Publié au début de la Première Guerre mondiale, ce roman n’est presque pas une fiction.

Extrait :
Peu après le lever du jour, je tentai de me débarbouiller dans un torrent, puis me dirigeai vers une cabane de paysan, car j’avais besoin de nourriture. Le paysan était sorti, et sa femme restait seule, sans voisin un lieu à la ronde. C’était une honnête vieille, et courageuse d’ailleurs, car malgré l’effroi que lui inspirait ma vue, elle s’empara d’une hache, dont elle n’eût pas hésité à se servit contre un malfaiteur.
J’ai fait une chute, lui dis-je, sans donner d’explications.
Et elle vit à mon air que j’étais très mal en point. Sans me poser de questions, cette bonne samaritaine me donna une jatte de lait additionnée d’une rasade de whisky, et m’offrit de me reposer un peu devant l’âtre de la cuisine. Elle voulut panser mon épaule, mais celle-ci me faisait tant de mal que je ne lui permis pas d’y toucher.
 Je ne sais pour quoi elle me prit – un voleur repentant peut-être; car lorsque j’allai pour lui payer le lait, et lui tendis un souverain (je n’avais pas de plus petite monnaie) elle secoua la tête et marmotta que « je ferais mieux de donner ça à ceux à qui ça revenait ».

La campagne écossaise

Niveau de satisfaction :
4.2 out of 5 stars (4,2 / 5)

Ce contenu a été publié dans Britannique, Espionnage, Remarquable, Thriller. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.