Madame Courage – Serge Quadruppani

Par Raymond Pédoussaut

Date de publication originale : 2012 (Le Masque)
Genres : roman noir – politique fiction
Personnages principaux : Simona Tavianello commissaire anti-mafia, Francesco Maronne policier sicilien

La commissaire anti-mafia Simona Tavianello interpellée lors d’une manifestation interdite, donne sa démission et décide d’aller passer quelques jours à Paris, avec son mari. Francesco Maronne est un flic de Palerme assez spécial : il trouve les solutions aux affaires dont il a la charge en dormant. Il rêve et à son réveil, la solution lui apparaît ! Moncef Bouloud est un jeune tunisien devenu homme de main du commandant Nabil qui est à la fois un contrebandier trafiquant avec Al Quaeda et un colonel des services secrets algériens. Tout ce petit monde se retrouve à Paris, dans un restaurant de coucous chic, Chez Yasmina, où une main tranchée apparaît, posée sur la semoule, lorsque la serveuse découvre le plat de tajine. On suppose que la main en question est celle de Maria Loriano, fille d’un homme d’affaire qui a été assassiné, elle était venue demander de l’aide au policier Francesco Maronne. Les services de renseignements, les polices française et italienne vont intervenir parallèlement en s’opposant plutôt qu’en collaborant.

Serge Quadruppani, considéré comme un auteur engagé, se sert du roman noir pour aborder de grandes questions de société. Il a beaucoup voyagé et étudié les connexions mafia – milieux d’affaires, les circuits de blanchiment de l’argent sale, les magouilles des services secrets et la manipulation des groupes salafistes. Même si l’auteur prend lui-même la précaution de préciser : « Le monde décrit ici n’existe pas. Tous les personnages sont imaginaires. », on sent que son imagination a été nourrie par l’observation et que ce n’est pas si éloigné de la réalité. Toute cette complexité apparaît dans ce polar, mais pour le lecteur moins informé que lui, l’intrigue peut paraître un peu trop touffue et il peut avoir du mal à s’y retrouver.

Le titre est trompeur : bien qu’une des héroïnes soit une commissaire anti-mafia qui n’a peur de rien, le titre ne fait pas référence à elle, mais à une drogue qui s’est répandue dans le quartier de Barbés à Paris. Elle provoque désinhibition et sentiment de puissance chez les consommateurs, elle donne un courage artificiel, d’où son nom.

Quadruppani dénonce ici les réseaux souterrains de l’argent, la corruption et la manipulation. C’est un roman intéressant et informatif, surtout si vous êtes curieux de découvrir le dessous des cartes des équilibres géopolitiques, sinon le livre peut paraître trop dense et touffu.

Extrait :

Son rire tonitruant attira les regards de six PDG à parachute doré, de quatre hyper-riches d’économies émergentes, de deux marchands de gaz russes avec leurs sérieux subordonnés allemands, de quatre délinquants de la bande du Fouquet’s avec leurs consortes, d’un scheik saoudien rigoriste attendant la livraison de quatre putes, de six escort girls attendant un dirigeant du FMI, d’un despote africain, et d’une demi-douzaine d’éditorialistes heureux d’être là, mais tout le monde constata que le rire si bruyant et paisiblement vulgaire venait d’un homme au teint foncé, vraisemblablement un Oriental, et l’on accepta sans mal cette différence culturelle.
 

Ma note : (4 / 5) 

 
 
Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Français, Remarquable, Roman noir, Thriller politique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Madame Courage – Serge Quadruppani

  1. Sergio Calamaï dit :

    Je n’ai pas lu ce livre mais le suivant « Saturne » qui traite à peu près de la même chose. Ce que je voulais ajouter, c’est que Serge Quadruppani est le traducteur attitré des livres du maître Andréa Camilleri et qu’il le fait apparaître dans son roman « Saturne ».
    Il n’est pas étranger au succès des versions françaises du célèbre commissaire Montalbano.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*