Ne lâche pas ma main – Michel Bussi

Par Raymond Pédoussaut

nelachepasmamainDate de publication originale : 2013 (Presses de la Cité) Bussi
Genres : Suspense, thriller
Personnages principaux : Martial Bellion et sa fille Sopha (6 ans)

Île de la Réunion. Des vacances de rêve dans un hôtel de luxe, avec le soleil, la mer, les palmiers pour le couple Liane et Martial Bellion avec leur fille de 6 ans Sofa. Mais voilà que Liane disparaît après avoir quitté la piscine pour se changer. Dans sa chambre vide on ne retrouve que des traces de sang. La capitaine de police Aja Purvi est appelée sur les lieux pour mener une enquête discrète. Ne surtout pas faire fuir les touristes ! Le mari de la disparue, Martial Bellion, paraît d’abord affolé puis il devient incohérent dans ses explications. Des témoignages l’accusent et il est dorénavant le principal suspect. D’autant plus qu’il s’enfuit en emmenant sa fille Sopha. Le plan Papangue est déclenché : les routes, les ports, les aéroports sont bloqués pour éviter toute fuite. Bien que personne ne doute de la culpabilité de Martial, celui-ci se comporte comme un père attentif et prévenant envers sa fille et non comme un ravisseur. Un déploiement de forces de police considérable se met en place pour capturer le fuyard qui semble suivre un plan mystérieux. Les apparences ne sont peut être pas la réalité ?

L’intrigue est bien élaborée, comme d’habitude chez Michel Bussi. L’auteur fait planer en permanence un certain nombre d’interrogations qui laissent supposer que derrière les apparences se cache une autre réalité moins visible. Bon nombre de chapitres se terminent par un suspense. L’intérêt de la lecture est astucieusement maintenu en permanence, sans temps morts. Le dénouement apporte une explication logique aux évènements. La fin n’est pas tragique et il y a quelques interventions divines pour sauver les gentils et faire que tout se termine bien. Les adeptes du roman noir trouveront qu’il y a un peu trop d’eau de rose dans la recette. Le cadre de l’Île de la Réunion apporte au roman une note exotique. Sa population, d’origines très variées, est un laboratoire de l’humanité où Zoreilles, Zarabes, Câfres et Malbars cohabitent. L’auteur nous informe des aspects sociaux, économiques et géographiques de l’île où tout n’est pas si paradisiaque pour ses habitants, tout en donnant au lecteur l’envie de la visiter.

Les personnages sont bien campés. Le père, Martial Bellion, reste mystérieux jusqu’au bout, concernant ses motivations et son plan. Dans sa fuite, il se montre malin, astucieux et plein de ressources. La petite Sopha, est une enfant gâtée qui est, en temps normal, une petite peste, mais elle est capable de devenir une petite fille courageuse et obéissante quand les situations sont difficiles. Les personnages secondaires ne sont pas négligés, certains font preuve d’une grande humanité.

Le style clair et fluide permet une lecture agréable et facile.

C’est un roman plaisant qui ne révolutionne pas le genre. Sans autre prétention que de raconter une belle histoire bien construite, ce livre procure d’agréables moments de lecture.

Extrait :
Aja a beau se souvenir des trois meurtres commis par Bellion, elle ne peut s’empêcher de trouver pathétique la fuite de cet homme et de sa fille : deux gazelles à bout de forces cernées par des fauves qui ont eu l’intelligence de les rabattre sur un terrain nu et de bloquer toutes les issues. Les fuyards sont encore à plusieurs centaines de mètres des premières landes arborées où ils pourraient se dissimuler ; un barrage de vingt flics, tous armés de fusils longue portée, leur bloque le passage. Un seul ordre de Laroche suffirait pour que la cavale désespérée s’achève.

Ma note : (4 / 5)nelachepasmamain-amb

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Français, Remarquable, Suspense, Thriller, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*