Yeruldelgger – Ian Manook

Par Raymond Pédoussaut

yeruldelggerDate de publication originale : 2013 (Albin Michel) manook
Genres : Enquête, polar ethnologique
Personnage principal : Yeruldelgger commissaire de police à Oulan-Bator (capitale de la Mongolie)

Dans la steppe, des nomades ont découvert le corps d’une petite fille enterrée avec son tricycle. Simultanément éclate une autre affaire : dans une usine chinoise, on a retrouvé les corps de trois cadres chinois, exécutés et émasculés, et deux prostituées pendues en possession des attributs virils manquant aux hommes assassinés. Yeruldelgger, commissaire de police à Oulan-Bator, est en charge de ces deux affaires qui n’ont apparemment aucun lien entre elles. Ce n’est pas facile pour lui : les Chinois, arrogants, bénéficient d’appuis auprès des responsables politiques et de la hiérarchie policière. Ils veulent le tenir à l’écart des évènements qui se sont déroulés dans leur usine. Sa grande fille, qui lui voue une haine tenace, est compromise avec un membre d’un groupuscule de nazillons qui serait impliqué dans la mort de la petite fille au tricycle. Ses enquêtes vont le conduire vers son beau père, un homme riche et puissant. Un passé douloureux va ressurgir et compliquer encore plus ses investigations.

Dans ce livre, à côté de réelles qualités, on trouve de notables défauts. Il est intéressant par son cadre original pour un polar : la Mongolie. On sent que l’auteur aime ce pays, il sait le décrire et nous faire aimer ses traditions. Le personnage principal, le commissaire Yeruldelgger, est attachant. Il respecte les traditions mongoles et les fait respecter. C’est un homme qui traine un passé douloureux : sa fille a été enlevée et assassinée pour faire pression et lui faire lâcher une enquête. En plus de sa douleur, il a été l’objet de l’opprobre général en étant accusé d’avoir sacrifié sa fille pour faire aboutir une enquête. C’est un héros du genre hardboiled, comme le qualifieraient les Américains, un dur à cuire, qui ne s’en laisse pas compter. Il ne craint pas d’affronter les puissants et n’hésite pas à braquer son révolver sur la tête de son chef qu’il méprise.

Concernant les défauts que je trouve à ce livre, les plus importants sont des invraisemblances criardes et un certain mélange des genres que je juge malheureux. Comment admettre qu’un gamin des rues, vivant dans les canalisations des égouts de la ville se révèle être un sauveur et un petit chef capable de donner des ordres à une bande de motards nazillons très excités par l’alcool ? Ce super Gavroche est aussi un détective hors pair, plus futé que les professionnels. À un moment donné le polar bascule dans le surnaturel : un vieux nomade, un chamane, arrive pour apporter de bonnes nouvelles parce qu’il a été appelé mentalement par l’esprit de l’amie de Yeruldelgger qui, elle, n’en savait rien. Ce type est aussi capable de lire dans les pensées et il prescrit des remèdes ancestraux à base de graisse d’ours et de toiles d’araignées. À un autre moment, nous tombons dans le genre Arts Martiaux avec un vieux moine combattant, totalement insaisissable. Les moines du Sixième Shaolin, sont des combattants invulnérables, des surhommes, qui se transforment en gardes du corps, très sécurisants. On ne peut s’empêcher de penser aux films à la mode au début des années 2000 (Tigres et dragons ou Le secret des poignards volants). Il a quand même de la chance Yeruldelgger d’avoir des amis comme ces moines. En plus de le protéger et de le sortir de situations difficiles, ils lui fournissent toutes les solutions à ses enquêtes dans une séance collective d’interprétation des rêves. Pas besoin d’une enquête méticuleuse, il suffit d’exploiter ses rêves ! C’est quand même tomber dans la facilité, d’utiliser ce genre de procédé. Et dernier point négatif pour moi : l’histoire ne se finit pas vraiment. La conclusion laisse la porte ouverte à une suite qui ne manquera pas de venir. Espérons que l’auteur voudra bien s’en tenir à deux livres, qu’il n’étalera pas l’histoire sur de nombreux volumes, comme dans les romans feuilletons.

J’ai lu que l’auteur a essayé de faire un « vrai roman » et pas « seulement » un polar. Effectivement son roman n’a pas la rigueur et la sobriété d’un bon polar. Par contre, je doute qu’il soit supérieur à bien des polars qui sont aussi des vrais romans. Nous l’avons vu dernièrement le polar peut mener un auteur jusqu’au prix Goncourt, à condition d’en sortir, ajouteront certains. Je rappelle  que Pierre Lemaitre a obtenu le prix Goncourt 2013 et qu’auparavant il a écrit sept excellents polars, dont cinq sont chroniqués sur ce blog.

Je suis peut être trop sévère pour ce premier roman d’un auteur qui me parait sympathique. Ce livre a la chance d’avoir reçu un accueil favorable avec beaucoup d’éloges. Mais, à mon humble avis, ce n’est pas le livre formidable décrit par un certain nombre de chroniqueurs peu exigeants. C’est un polar, (ou vrai roman ?) intéressant mais qui ne me paraît pas encore être à la hauteur de ce qui se fait de mieux dans le genre. C’est un début encourageant, ce qui n’est déjà pas si mal.

Extrait :
Mickey n’eut pas le temps de finir sa phrase. Yeruldelgger se jeta sur lui et le plaqua contre le mur, la main accrochée au revers de son veston d’alpaga et son avant-bras en étranglement. De l’autre main il sortit son arme et força le canon contre la joue de son supérieur.

– Ne prononce plus jamais le nom de ma petite fille devant moi, tu m’entends ? Plus jamais ! Et arrête de me faire chier dans mes enquêtes. C’est clair, ça aussi ?

Ma note : 3.5 out of 5 stars (3,5 / 5) Yerulgelgger-amb

 

 

Ce contenu a été publié dans Enquête, Ethnique, Français, Moyen, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Yeruldelgger – Ian Manook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.