Nécrologie – Paul Cleave

Par Raymond Pédoussaut

necrologieDate de publication originale : 2008 (Cemetery Lake) Cleave
Date de publication française : 2013 (Sonatine)
Genres : Enquête, roman noir
Personnage principal : Théodore Tate, détective privé et ancien policier

Théodore Tate, détective privé, est mandaté par la police pour assister à l’exhumation d’un corps dans un cimetière de Christchurch situé près d’un lac. Pendant qu’il surveille le travail de l’opérateur de pelleteuse, il aperçoit trois cadavres faire surface dans le lac voisin. Autre élément déroutant : dans le cercueil exhumé il n’y a pas le bon cadavre : à la place de celui d’un ex-directeur de banque se trouve celui d’une jeune fille. Après identification des corps retrouvés dans le lac et exhumation des cercueils correspondants, la police constate que dans chaque cercueil les corps des personnes enterrées ont été remplacés par la dépouille de jeunes filles portées disparues. Elle en déduit que quelqu’un enlève et assassine des filles et les enterre à la place des personnes fraichement ensevelies. Les cadavres des occupants initiaux ont été jetés dans le lac. Théodore Tate éprouve beaucoup de compassion pour les jeunes victimes, il décide de retrouver leur assassin et peut être de sauver celles qui seraient encore menacées. Il en fait une affaire personnelle, il va entrer en conflit avec ses anciens partenaires de la police qui vont lui reprocher de cacher des indices et de perturber leur enquête. Les recherches de Tate vont le ramener souvent vers le cimetière et l’église catholique proche dans laquelle officie un prêtre spécial qui cache sous le secret de la confession, d’autres secrets inavouables.

Le personnage principal, le détective Tate est assez atypique. Il est absolument seul depuis que sa femme est sa fille ont été renversées par un chauffard multi récidiviste de la conduite en état d’ivresse. Sa fille n’a pas survécu à cet accident et sa femme est devenue catatonique, ne parlant plus, ne reconnaissant personne, passant son temps à observer, muette et immobile, le même paysage à travers la fenêtre de sa chambre d’hôpital. Tous les jours Tate lui amène des fleurs et lui raconte sa journée. Elle ne semble pas le voir ni l’entendre. Tate, lui, a réglé le cas du chauffard de façon qu’il ne puisse récidiver une fois de plus. Il a été soupçonné mais aucune preuve n’a pu être retenue contre lui. Ses partenaires policiers n’ont pas beaucoup insisté pour en trouver. Depuis Tate a dû quitter la police. Il s’est reconverti en détective privé. Dans cette enquête, Tate se montre tenace et même obsédé par les meurtres des filles. Il se met souvent dans des situations difficiles et compliquées qui lui valent des inculpations et la réprobation de ses anciens équipiers, mais il ne lâche jamais l’affaire. C’est un enquêteur border line, à la limite de la légalité et même assez souvent hors limite mais qui garde toujours une longueur d’avance sur ses anciens collègues policiers. Il sombre parfois dans l’alcoolisme et la déchéance, mais il arrive tout de même à remonter la pente pour continuer inlassablement ses investigations.

Dans ce roman il est souvent question de cimetière, de morts, de tombes et de cercueils mais l’ambiance du livre n’est pas sinistre. La belle écriture de Paul Cleave crée plutôt un climat de poésie macabre, presque gothique. Dans cette histoire, les secrets sont lourds, les vivants sont tourmentés et même les morts ne sont pas en paix.

Nécrologie est un excellent polar avec une intrigue solide et originale, qui se déroule dans un univers particulier avec ambiance noire très bien installée par l’auteur.

Extrait :
Les choses ont une progression naturelle. Une évolution. Tout d’abord vient le fantasme. Le fantasme appartient à quelque raté sadique, un type qui mange, respire et rêve avec pour seul désir de tuer. Puis vient la réalité. Une victime tombe dans sa toile, il s’en sert, et bien souvent la réalité n’est pas à la hauteur du fantasme. Alors il y a d’autres victimes. Le désir s’intensifie. Au début il survient une fois par an, puis deux ou trois fois, puis c’est tous les deux mois. Ou chaque mois. Des corps font surface. La police s’en mêle. Elle fait appel à des médecins et des pathologistes et des techniciens qui peuvent analyser les fibres et les échantillons de sang et les empreintes digitales. Ils créent un profil qui aidera à capturer l’assassin. C’est ensuite au tour des médias. Les médias transforment les fantasmes du tueur en or. La mort est une industrie qui rapporte. Les croque-morts, les vendeurs de cercueils, les liseurs de boules de cristal et de lignes de la main, puis finalement les opérateurs de pelleteuse et les détectives privés : nous sommes l’étape suivante de cette progression, debout sous la pluie à regarder tandis qu’une parodie de justice laisse place à une autre.

Ma note : (4 / 5) necrologie-amb

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Enquête, Néo-zélandais, Remarquable, Roman noir, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Nécrologie – Paul Cleave

  1. Hello,

    Il est dans ma pile à lire de toute urgence qui doit faire dans les cent ouvrages… De lui, j’avais lu « Un employé modèle » et j’avais bien ri de suivre le serial-killer qui avait plus des airs de ressemblances avec Forrest Gump que Hannibal Lecter. Enfin, pour les autres, il jouait la comédie. Jouissif !!

    • Ray dit :

      Il te va falloir arrêter de lire des chroniques positives, puis d’acheter les livres sinon tu va te ruiner. Effectivement les ouvrages précédents de Paul Cleave, que je n’ai pas lu, sont aussi très bons si j’en crois les critiques.

  2. Fabe dit :

    À lire ! du noir je veux !!!
    Merci pour cet avis bien disséqué. Je n’en ai pas encore lu de cet auteur, je ne peux hélas aller plus vite dans mes lectures. Quelle boulimie !!!

    • Ray dit :

      Oui, c’est du noir, un peu macabre, mais quelle belle écriture ! Et l’ambiance tout à fait spéciale du bouquin : un polar qui se déroule, en partie, dans un cimetière et une église, ce n’est pas ordinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*