Le piège de Vernon – Roger Smith

Par Raymond Pédoussaut

lepiegedeverdonDate de publication originale : 2012 (Capture) Smith
Date de publication française : 2014 (Calmann-Lévy)
Genre : Roman noir
Personnages principaux : Vernon Saul, agent de sécurité et ancien policier – Nick Exley, père d’une petite fille qui s’est noyée – Dawn Cupido, strip teaseuse

Vernon Saul, assiste à la noyade d’une petite fille pendant que son père fume des joints avec un copain et que sa mère se fait sauter par son amant. Il simule ensuite une tentative de sauvetage sachant très bien que la gamine est déjà morte. Pourquoi ce simulacre ? Parce que Vernon aime plus que tout dominer les autres. Son désir de puissance le pousse à manipuler les gens, à imposer sa volonté. Maintenant les circonstances lui procurent l’occasion d’exercer une emprise sur un blanc, riche. C’est ce dont il a toujours rêvé. Il devient donc l’ami indispensable de Nick Exley, le père de la jeune noyée. Mais ses magouilles prennent un tour dramatique. Les cadavres s’accumulent et les évènements deviennent incontrôlables.

Les personnages sont suffisamment complexes pour être très crédibles. Il y ceux qui sont rongés par le remord et la culpabilité, comme le père de la petite fille, Nick Exley, et son épouse. À l’opposé Vernon Saul est habité par une volonté de domination et de contrôle des gens. Au milieu Dawn se bat pour vivre et élever sa fille en la tenant éloignée des sévices qu’elle-même a dû endurer. Vernon est un colosse noir avec une jambe atrophiée depuis qu’il s’est fait tirer dessus quand il était flic. Ce n’est pas uniquement un monstre. Il est le résultat de ce qu’étant petit garçon il a subi. S’il est d’une grande perversité et d’un cynisme glaçant, il peut aussi se montrer protecteur lorsqu’il reconnaît quelqu’un qui a supporté les mêmes outrages que lui. Exley est un gringalet blanc. C’est est un champion de la captation et de la numérisation des mouvements. Après la mort de sa fille il va se raccrocher à ses ordinateurs et ses logiciels pour tenter de recréer une image animée réaliste de sa fille. De la réanimer en quelque sorte. Il est petit et mince, dans le genre Peter Pan, mais il est sexuellement bien monté, ce qui va l’aider à retrouver goût à la vie. Dawn, la belle métisse, se déshabille sur scène dans un bouge rempli de mâles en rut mais elle refuse la suite normale de sa prestation qui est le passage en chambre avec les clients. Sa fille est son trésor. Elle devient une tigresse si elle la sent menacée.

lepiegedeverdon-amb-2Le cadre du roman est la ville du Cap dans toute sa diversité, avec ses populations blanches, noires ou métis. D’un côté les quartiers pauvres, les Flats : une étendue sans fin de modestes maisons et de barres d’immeubles vétustes. De l’autre les quartiers huppés avec leurs maisons sécurisées, les restaurants chics et les grands centres commerciaux pleins de magasins de luxe. L’apartheid est officiellement aboli mais chacun reste chez soi. Vernon et Dawn vivent dans les Flats alors qu’Exley loge dans une belle demeure avec plage privée et gardiennage assuré par une société dans laquelle travaille Vernon . La soif de revanche et de domination de Verdon est exacerbée par cette situation.

L’écriture de Roger Smith est dynamique et bien rythmée. Les phrases sont souvent courtes et font mouche. Les dialogues sont percutants et incisifs.

En cherchant la petite bête, le seul reproche que je pourrais faire c’est qu’en fin de récit l’auteur introduit un dernier suspense un peu artificiel et pas vraiment indispensable.

Le piège de Verdon confirme la qualité des romans de Roger Smith, un auteur désormais incontournable de la littérature noire.

Extrait :
Cette vie-là, il n’en voudrait pas. Non, ce n’est pas pour lui tous ces trucs de luxe, mais il aimerait consolider sa relation avec Nick – en manœuvrant habilement – pour pouvoir passer le voir, comme un ami, pour boire un verre et discuter. Ça serait bien.
Dans les Flats, il a l’habitude de contrôler les autres. Des gens que la pauvreté a rendus vulnérables. Ou qui veulent à tout prix éviter d’être punis pour leurs crimes. C’est trop facile. Là, il y a quelque chose dont il a toujours rêvé : exercer son emprise sur un type friqué. Un type qui porte sa fortune comme une armure. Et t cette armure, Vernon l’a percée.

Il s’allume une clope et attend. Tony Orlando chante Tie a Yellow Ribbon en boucle dans sa tête jusqu’à ce qu’il mette un CD des Temptations – Papa Was a Rolling Stone – pour faire taire l’enfoiré.

The Temptations – Papa Was a Rolling Stone

Ma note : (4,5 / 5) lepiegedeverdon-amb

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Remarquable, Roman noir, Sud-africain, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le piège de Vernon – Roger Smith

  1. belette2911 dit :

    Salut Poulette !

    Je possède ce roman dans mon Himalaya À Lire et je verrai bien ce que j’en penserai à ma lecture… vu le temps que ça va mettre, j’aurai oublié ta grosse nique, ainsi, pas d’esprit conditionné avant ma lecture 😉

    Je note que tu as super bien aimé tout de même 😆

    • Ray dit :

      Salut Belette,
      Tu peux le placer en 169ème position de ta PAL. J’ai apprécié ce bouquin autant que le précédent de Smith « Le sable était brûlant ». Un auteur à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*