Né pour être sauvage – Alexis Aubenque

Par Raymond Pédoussaut

NepouretresauvageDate de publication originale : 2014 (Calmann-Lévy)Aubenque
Genres : Enquête, Thriller
Personnages principaux : Ryan Bonfire, membre des Hells Angels – Mike Logan, capitaine de police à Seattle – Dean Nelson, lieutenant de police – Angelina Rivera, lieutenant de police

Ryan Bonfire est de retour à Seattle après 15 ans d’absence. Il a quitté la ville quand tous les autres membres de son groupe de rock ont été anéantis dans un terrible accident de voiture. Lui en a réchappé, au moment de l’accident il était cloué au lit pendant deux jours, ça l’a sauvé. Il s’est passé beaucoup de choses depuis, notamment pour lui : une parenthèse douloureuse de 10 ans l’a éloigné de la vie civile. À Seattle, il retrouve ses anciennes connaissances mais il ne revient pas seulement par nostalgie, il a une mission à accomplir.
Le capitaine Mike Logan de la police de Seattle est auréolé de son récent succès : son équipe vient de procéder à l’arrestation de l’ennemi public. Cependant le cours des affaires reprend aussitôt : une jeune femme vient d’être sauvagement agressée. Cet évènement est d’autant plus sensible que la fille est la petite amie d’un policier de l’équipe de Logan. Serait-ce un avertissement pour le policier ?

Pendant plus de la moitié du livre les aventures de Ryan Bonfire et l’enquête de la police sont deux histoires complètement indépendantes. Bien sûr elles finissent par converger. C’est à partir de ce moment que l’action, un peu poussive, s’accélère et que l’intrigue devient bien plus intéressante. La partie finale tourne au thriller, tendu et efficace.

Au niveau des personnages, c’est assez tranché : il y a les bons ou plutôt les normaux, d’un côté et les méchants ou plutôt les pervers de l’autre. Mais attention ! Ne vous fiez pas aux apparences. Les Hells Angels, sur leurs grosses motos, épais, crânes rasés, tatoués, ayant un fort penchant pour la boisson, sont des gentils alors que les riches aristos, raffinés et cultivés, sont des méchants. Seul Ryan Bonfire est un peu plus nuancé, il possède à la fois un côté sombre et une face lumineuse. Parfois ange exterminateur, parfois parrain protecteur de la fille de son copain d’enfance, parfois dépressif et suicidaire aussi.

L’écriture est simple et ordinaire, elle permet de suivre facilement l’action mais ne plonge pas le lecteur dans une ambiance particulière, que ce soit celle des Hells Angels, celle des flics ou celle des pervers sexuels.

Pas inoubliable mais un honnête polar qui permet de passer un agréable moment de détente, si on n’est pas trop exigeant.

Extrait :
Ryan sourit de sa gêne et se laissa emporter par la musique. Il était fin bourré et adorait ça. L’esprit léger, incapable de se poser sur une seule pensée pertinente. Juste le plaisir de la musique qui lui traversait les oreilles s’attardant sur chacune des synapses de son misérable cerveau. Il était bien.
Des morceaux plus flamboyants s’ensuivirent jusqu’au final. Ryan, qui avait avalé quelques scotchs de plus, était quasiment affalé sur le zinc.
– Ah non, pas celle-là ! marmonna-t-il les yeux mi-clos.
Lynyrd Skynyrd, « Simple Plan ». Les larmes coulèrent toutes seules sans qu’il puisse les arrêter.
Sa crise de larmes et la douleur qui lui déchirait le cœur le tétanisèrent. Il avait envie de mourir, de tout oublier. Il n’aurait jamais dû revenir ici. Le tatouage de Laureen lui brûlait l’épaule. Il avait envie de s’arracher la peau, de fuir ce corps qui emprisonnait son âme. Rejoindre les étoiles.
Il sentit le doux contact d’une main sur ses joues mouillées.
– Putain, Ryan, merde, pleure pas, fit une voix émue.
Il réussit à ouvrir un œil. C’était Shandi, penchée sur lui.
Puis il sentit des bras virils le porter. Il était incapable de mettre un pied devant l’autre. Il était tel un petit oiseau, alors que deux Hells Angels le portaient en suivant les indications de Shandi.

On trouve dans ce roman de nombreuses références musicales. Simple Man[1] de Lynyrd Skynyrd fait pleurer Ryan Bonfire.

[1] Simple Man et non Simple Plan comme il est écrit dans le livre.
 

Lynyrd Skynyrd – Simple Man

Ma note : (3,5 / 5) nepouretresauvage-amb

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Enquête, Français, Moyen, Thriller, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*