Black-out – Demain il sera trop tard – Marc Elsberg

Par Raymond Pédoussaut

Black-outDate de publication originale : 2011 Elsberg
(Blackout. Morgen ist es zu spä)
Date de publication française : 2015 (Piranha)
Genres : Techno-polar, polar scientifique
Personnage principal : Piero Manzano, analyste-programmeur, ex hacker

Que deviendrait notre monde s’il n’y avait plus d’électricité ? C’est à cette question que répond Marc Elsberg dans Black-out.

Dans différents pays européens, les réseaux électriques ont des défaillances en série. Ces incidents se font de plus en plus graves et nombreux au fil des jours. Les pannes se propagent rapidement dans toute l’Europe, telles des chutes de dominos. Bientôt c’est le black-out complet : plus d’électricité sauf en de rares endroits stratégiques et hyper-sécurisés. Les États-Unis sont atteints à leur tour. Le monde occidental est plongé dans le noir et le froid. Quelle est l’origine de cette catastrophe : problème technique ou attaque terroriste ?

Partant de l’hypothèse de base : la disparition de l’électricité, l’auteur développe un scénario effrayant mais réaliste qui passe en revue à la fois les causes possibles, les conséquences qui en résultent et les questions soulevées par un tel désastre. Le grand mérite de Marc Elsberg c’est d’avoir développé un roman catastrophe mais en s’appuyant sur une situation bien réelle concernant les réseaux de distribution d’électricité et les technologies de l’information : l’informatique et téléphonie. L’auteur s’est documenté, il n’y à rien de farfelu, il n’y a que des hypothèses possibles poussées jusqu’au bout de leur logique. Bien sûr ça reste une fiction qui fait appel à l’imagination car personne ne peut prédire ce qui se passerait en de telles circonstances. Ici n’est présenté qu’un scénario envisageable, d’autres possibilités existent. Cependant ce roman fait réfléchir sur la fragilité de notre civilisation dont les besoins vitaux reposent sur l’alimentation électrique, sous contrôle de l’informatique. Tout est inter-connecté, tout pourrait s’effondrer en même temps en cas de pénurie d’électricité suffisamment longue. Nous nous croyons en sécurité alors que nous ne le sommes pas. La réalité a déjà rattrapé en partie la fiction : le roman a été écrit avant l’accident de Fukushima et l’attaque des réseaux nucléaires iraniens par le virus américano-israélien Stuxnet.

Black-out nous fait prendre conscience que si tout va bien pour l’instant, les choses pourraient se dégrader très rapidement en cas de panne d’électricité prolongée et basculer dans un état totalement incontrôlable qui nous ramènerait des siècles en arrière. Selon le mot d’un journaliste allemand : « Ce livre, c’est comme l’amour : on remarque souvent ce qu’on a lorsqu’on ne l’a plus. »

Le roman est écrit et traduit de façon claire sans recherche stylistique, l’objectif visé n’est pas la qualité littéraire. Les différentes techniques évoquées sont expliquées de façon intelligible même pour les non scientifiques. Son côté lanceur d’alerte fait réfléchir, surtout parce que l’auteur a su développer un scénario catastrophe documenté et réaliste bien qu’effrayant.

Extrait : 
Ça signifie que nombre de nos partenaires les plus importants feront défaut et ne se remettront que lentement, si toutefois ils y arrivent, de leurs séquelles. Mais ce n’est qu’un début. À moyen terme, les marchés européens et américains ne pourront plus acheter aux pays émergents, tout du moins pas dans les quantités habituelles. C’est-à-dire que la Chine, l’Inde, le Brésil et d’autres seront amenés à composer bientôt avec une hausse du chômage engendrant des conflits sociaux ainsi qu’une instabilité politique. L’économie émergente de ces pays va alors s’effondrer ; un cercle vicieux. Chez nous aussi, sans programme d’aide, les taux de chômage vont augmenter de manière considérable. Les conséquences sociales ne sont pas encore prévisibles. Quelques chercheurs en économie nous prédisent la situation de l’Amérique latine : une petite classe sociale riche, des classes moyennes qui disparaîtront et la majeure partie de la population ayant des conditions de vie misérables et incertaines.

Ma note : (4,5 / 5) Blackout-amb

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Allemand, Remarquable, Scientifique, Techno-polar, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Black-out – Demain il sera trop tard – Marc Elsberg

  1. Ping : « Les crises, commença-t-il, réveillent souvent le meilleur de chaque être humain.  | Cunéipage «

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*