Blood Hollow – W. Kent Krueger

Par Raymond Pédoussaut

BloodhollowDate de publication originale : 2004 (Blood Hollow) Krueger
Date de publication française : 2012 (Le cherche midi) et 2013 (Pocket)
Genres : Roman des grands espaces, enquête policière
Personnage principal : Corcoran O’Connor (Cork), ex-shérif maintenant restaurateur

Corcoran O’Connor que tout le monde appelle Cork était le Shérif d’Aurora dans le Minnesota, il est maintenant restaurateur (voir Aurora, Minnesota). Bien qu’il n’ait plus de rôle officiel, Cork ne peut s’empêcher d’enquêter quand des évènements insolites se produisent dans sa ville. La disparition d’une jeune fille va encore lui fournir l’occasion de montrer ses talents d’enquêteur. Malgré les recherches la jeune Charlotte n’a pas été retrouvée, en ce mois de janvier. Il y a peu d’espoir qu’elle le soit maintenant qu’un blizzard a recouvert la région d’une épaisse couche de neige. Le printemps et la fonte des neiges confirment les craintes : le cadavre de Charlotte est découvert. Ce n’est pas un accident ou une fugue qui aurait mal tourné, elle a été assassinée. Les soupçons se portent aussitôt sur un jeune indien, Solemn, qui a été son petit ami pendant un moment. Ce jeune homme a mauvaise réputation, il a un passé de petit délinquant. Mais Cork, lui, ne croit pas en sa culpabilité. Alors il va se livrer à une investigation minutieuse et suivre des pistes occultées jusqu’ici.

W. K. Krueger a l’habitude de placer les aventures de Cork dans une nature grandiose. Il a beaucoup de descriptions de paysages. Les éléments naturels : la neige, le vent, le soleil, la pluie, nous immergent dans ce monde rude mais superbe. Si le décor a une grande importance, l’enquête n’en est pas pour autant négligée. Des rebondissements et de nombreuses fausses pistes maintiennent le suspense jusqu’au bout. Mais il me semble que ce qui distingue ce roman c’est son côté mystique. En effet voilà un polar où se manifeste un spectre bienveillant qui ramène Cork vers sa motoneige, lui sauvant la vie, alors qu’il était perdu en plein blizzard sans aucun repère. Le jeune Solemn, soupçonné de meurtre, à cause de son passé de petit voyou se trouve totalement transformé pendant le rite indien du passage du stade de garçon à celui d’homme chez les indiens Anishinaabegs. Jésus lui est apparu et lui a parlé alors il est devenu un adulte d’une grande sagesse. Un beau matin, la tombe de Charlotte, la jeune fille assassinée, est recouverte d’une épaisse couche de pétales de roses rouges et l’ange qui surplombe sépulture pleure des larmes de sang. Les gens commencent à penser au miracle, ils se rassemblent devant la prison. Et le miracle a même lieu : un aveugle retrouve la vue et une femme clouée dans un fauteuil roulant s’est levée et a marché. Et puis il y a l’étrange histoire du mangeur de péchés : quelqu’un mange et boit près des cadavres dans le but de consommer leurs péchés, pour les libérer afin qu’ils se présentent purifié devant Dieu. Tous ces évènements, associés à un environnement majestueux, donnent à cette histoire une note mystique sans toutefois basculer dans le surnaturel. Cela pourrait prêter à sourire dans un polar, mais ce n’est pas le cas. L’auteur réussit à créer une atmosphère mystérieuse tout à fait réussie. Par la suite, il prend la peine d’expliquer rationnellement un certain nombre de faits bizarres, mais pas tous.

Dans Blood Hollow, W. K. Krueger mêle avec talent, une enquête bien ficelée, des personnages crédibles et pleins d’humanité, une magnifique description de la nature et une ambiance étrange dans un roman de plus de 500 pages qui se lit avec beaucoup de plaisir et que l’on referme à regret.

Extrait :
Quelque chose avait surgi juste devant lui, une vague forme grise, rien de plus. Pourquoi avait-il pensé que c’était la jeune fille ? Il s’était rendu compte que si c’était Charlotte Kane, il n’avait pas eu assez de temps pour braquer avant de la heurter, et pourtant il n’avait pas senti le moindre impact. Est-ce que le blizzard lui avait seulement joué un très mauvais tour ?
Il n’avait pas la moindre idée de l’endroit où se trouvait la Polaris et, devenu presque aveugle dans le blanc environnant, il commença à chercher à tâtons autour de lui.

Ma note : (4,5 / 5) bloodhollow-amb-3

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Américain, Enquête, Grands espaces, Remarquable, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Blood Hollow – W. Kent Krueger

  1. Fabe dit :

    Une bien belle histoire que tu nous chronique là ! Et un très bel avis !
    Tu me donne fortement envie de lire ce bouquin.

  2. Ray dit :

    J’aime beaucoup W.K. Krueger pour ses histoires pleine d’humanité et ses décors grandioses. Dommage qu’il soit si peu connu par les francophones.

  3. Jeanmi dit :

    Si la note est de 4.5/5 on frise la perfection, pissais-je un jour en arriver là avec mes propres polars…

    • Ray dit :

      La perfection ? Je ne sais pas. La note est purement suggestive. Elle signifie que le chroniqueur a beaucoup apprécié le livre dans ce cas. Elle ne signifie pas autre chose. Les chroniqueurs ne prétendent pas affirmer qu’un livre est proche de la perfection ou de mauvaise qualité. Ils expriment simplement un ressenti personnel. Je vous souhaite d’avoir plein de lecteurs qui apprécient vos livres et qui le disent.

  4. belette2911 dit :

    4,5/5 ??? mince, alors, ça, c’est du bon !! Zut, je vais encore devoir faire augmenter ma wish-list… 👿

    J’avais pensé qu’avec tout ces trucs mystiques tu allais descendre le livre, ou que je ne serais pas intéressée, mais si tu nous dit que c’est bien écrit et bien foutu, alors, je vote pour ! 😉

    Merci ma Poulette !

    • Ray dit :

      Oui 4,5/5 ! Ces temps-ci je suis généreux mais je ne me force pas. J’ai la main heureuse dans mes choix, pourvu que ça dure ! Tu as raison : les trucs mystiques dans un polar avaient beaucoup de chances de me faire ricaner, mais ça n’a pas été le cas. On y croit, c’est ça le talent de l’auteur. Bon, je précise que la note n’est pas un gage de qualité, elle signifie simplement que le chroniqueur (moi, dans ce cas) a bien apprécié le bouquin. C’est pour que les gens pressés puissent identifier d’un simple coup d’œil comment le livre a été ressenti. Mais pour les gens comme toi, c’est ce qui est dit dans la chronique qui compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*