Adolphus – Hervé Gagnon

Par Michel Dufour

Date de publication originale : 2018 (Libre expression)
Genres : Enquête, historique
Personnage principal : Joseph Laflamme, journaliste

Ça fait plaisir de retrouver le cercle d’amis : le journaliste et enquêteur Joseph Laflamme, sa sœur Emma, sa fiancée Mary, et le futur conjoint de sa sœur et ex-policier de Scotland Yard, George McCreary, qui est venu à bout de Jack L’Éventreur (Londres, 1888). Nous sommes en 1893 à Montréal et, après une belle journée où nos quatre amis se sont détendus au parc Sohmer (cirque, musique, bouffe, soleil d’octobre et vue sur le fleuve), un couple est trouvé mort près du chapiteau. La femme a été charcutée, éventrée, et son visage enfoncé dans la boîte crânienne : une exécution qui ressemble beaucoup au meurtre à coups de hache d’Euphrasine Martineau commis soixante ans auparavant par Adolphus Dewey. Le deuxième cadavre paraissait dormir paisiblement à côté de son épouse. Joseph et McCreary suivent une piste et livrent deux sérieux suspects à la police : Monsieur Paul, l’homme fort du cirque, et Mademoiselle Sophie, la cavalière. Peu reconnaissants, les agents de la paix les arrêtent et les mettent en prison; au cours de la nuit, Joseph subira une violente raclée, signe que l’animosité entre les forces de l’ordre et le journaliste, qui sévit depuis quelques années, est loin d’être terminée. Et Joseph ne peut plus compter sur l’inspecteur Arcand, qui se remet de ses aventures précédentes, pour le protéger contre les abus de l’inspecteur Lafontaine.

Une deuxième femme est sauvagement assassinée, malgré l’arrestation des deux suspects des meurtres du parc Sohmer. Puis, ces suspects parviennent à s’évader et une troisième femme, enceinte comme la première, est assassinée et éventrée : le fœtus est encore disparu. Malgré les harcèlements policiers, Joseph enquête. McCreary aussi mais, comme il prépare son mariage avec Emma, il est ralenti pas l’étude abrutissante du petit catéchisme. Joseph cherche un moyen pour neutraliser Lafontaine et pour obtenir de l’abbé Trépanier, un autre vieil ennemi, qu’il accepte de célébrer les mariages d’Emma et George et de Mary et lui, en oubliant l’examen du catéchisme que l’anglican McCreary devrait normalement passer pour se convertir au catholicisme.

Puis, il retrouve Monsieur Paul et Mademoiselle Sophie et croit que l’affaire est enfin close. Mais, au grand plaisir de Lafontaine, un autre meurtre est commis : Joseph admet son erreur. Une étonnante intuition lui permettra enfin d’élucider cette série de crimes.

L’accent est mis sur les relations entre nos quatre amis, une joyeuse animosité entre George et Joseph, la tendresse d’Emma pour son amant, l’affection entre Emma et Mary. Le décor est principalement celui du Parc Sohmer et l’action tourne autour des forains qui travaillent au cirque. Une grande place est accordée à la rivalité entre La Patrie et La Gazette, et à la haine des policiers pour Joseph. Et Joseph a beaucoup de chance de trouver un moyen pour se concilier les faveurs de Lafontaine et de Trépanier. L’importance de l’enquête est réduite. Les motifs de l’assassin relèvent de la psychiatrie.

Extrait :
– Comme vous pouvez le constater, dit le docteur Hébert en montrant du doigt les blessures comme si elles n’étaient pas déjà assez visibles, elle a été éventrée, égorgée et dévisagée.
– Sans blague, fanfaronna Joseph d’une voix incertaine.
– Dans cet ordre, comme Émilie Durand et Berthe Trudeau. Le visage a vraisemblablement été détruit à coups de hache. Et elle était enceinte de quelques mois, laissa tomber le médecin pendant qu’une ombre passait dans ses yeux.
Incrédule, Joseph le fixa, puis se tourna vers Lafontaine.
– Mais… mais c’est impossible, bredouilla-t-il. Les Baillargeon sont en prison depuis hier.
– C’est ce que nous nous disions aussi, répliqua Lafontaine avec le sourire reptilien de celui qui est conscient de son avantage. Et pourtant, Molly Flanagan est bien là, étendue sur cette table, dans le même état que les deux autres. Ai-je besoin de préciser qu’une fois encore le fœtus n’a pas été retrouvé ? Et tout cela se produit alors que vous êtes convaincu d’avoir résolu l’affaire. Je parie que votre maudit article est déjà écrit et que vous êtes impatient de vous pavaner en faisant passer tout le Département pour une bande de pauvres d’esprit.
Pour une rare fois, Joseph demeura bouche bée.
– Demain matin, vous aurez l’air de l’abruti que vous êtes vraiment, Laflamme, persista Lafontaine. Dès l’aube, je vais courir acheter une copie de La Patrie et, si vous tendez bien l’oreille, vous m’entendrez rire aux larmes.
– Un peu plus et je croirais que vous avez-vous-même assassiné cette femme pour me donner l’air fou, grinça Joseph en retrouvant sa langue.
– Ce n’est pas nécessaire. Vous y arrivez très bien tout seul.

Parc Sohmer

Niveau de satisfaction :
(3,8 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Enquête, Historique, Moyen, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.