Un bon écrivain est un écrivain mort – Guillaume Chérel

Par Raymond Pédoussaut

Date de publication originale : 2016 (Microbole)
Genres : Pamphlet, humour
Personnages principaux : Dix célèbres écrivains français

Ils sont dix, la fine fleur de la littérature française. Dix grands écrivains français à succès, dans la liste des meilleures ventes de l’année, a être invités à une rencontre littéraire, durant un week-end, dans le cadre magnifique du monastère de Saorge dans les Alpes-Maritimes. On a toutefois soigneusement évité les deux meilleurs vendeurs, Marc Levide et Guillaume Muzo, jugés trop populaires. La rencontre s’annonçait parfaitement bien : nul doute que le public serait ravi, conquis d’avance par cette réunion d’écrivains de haut vol, ceux-ci devraient passer un week-end tranquille, chouchoutés, traités en stars, tous frais payés dans un décor somptueux, amis en apparence, en réalité rivaux se détestant parfois et se jalousant toujours. Un petit mystère concernant l’hôte les émoustille tous : ils vont enfin pouvoir faire connaissance avec Un Cognito, le nouveau propriétaire du monastère, qui a lancé les invitations. Un week-end exceptionnel s’annonçait. Il le sera effectivement, pas dans le sens prévu.

L’intrigue ne s’embarrasse pas avec la vraisemblance. Elle n’est qu’un prétexte à développer un pamphlet au vitriol sur les stars actuelles de la littérature française. Et là l’auteur n’y va pas avec le dos de la cuillère : ça flingue à tout va, un vrai jeu de massacre ! Les victimes, c’est vraiment le mot qui convient, sont désignées par leur vrai prénom, leur nom dans le roman étant déformé mais si proche du vrai qu’elles sont facilement identifiables :Frédéric Belvédère – Amélie Latombe – David Mikonos – Christine Légo – Michel Ousbek – Yann Moite – Jean de Moisson – Delphine Végane – Tatiana de Roseray – Kathy Podcol. Toute ressemblance, n’est surtout pas une coïncidence, annonce en préambule l’auteur. Les personnages ne sont donc pas fictifs ce sont nos écrivains producteurs de best-sellers vivants … pour l’instant. Car Guillaume Chérel les flingue deux fois : une fois en faisant leur portrait et une seconde fois dans un scénario pastiche des Dix petits nègres. À moins d’être fan idolâtre d’un ou plusieurs écrivains du panel choisi, on se marre franchement, c’est d’une telle vacherie tonique ! Reste à savoir comment les auteurs concernés ont reçu l’hommage car c’en est un si l’on en croit Chérel : « c’est bien une sorte d’hommage que je leur rends ici. » Certains auraient sûrement préféré un hommage plus traditionnel. Mais difficile de prendre ombrage d’une farce qui parle d’eux et c’est bien là l’essentiel quand on est une star de la littérature. Il paraît que depuis un certain temps, on peut observer un phénomène étrange : lors des moments de promotion de leur dernier ouvrage ou lors des séances de dédicaces dans les salons ou librairies, à côté de ceux qui sont ravis d’approcher les auteurs à succès, on remarque un certain nombre de personnes qui abordent un air goguenard. Ce sont ceux qui ont lu le livre de Guillaume Chérel.

Ce roman est un pamphlet plein d’énergie sur le gratin contemporain de la littérature française. Il ne manquera pas de provoquer chez le lecteur une certaine jubilation devant tant de rosserie envers des gens habituellement adulés.

Extrait :
Francesco avait découvert que la jalousie entre écrivains était le pire fléau de ce microcosme condescendant, étriqué, auto-satisfait, imbu de lui-même, où tout le monde se connaissait et se cooptait sans se lire et en faisant semblant de s’apprécier. C’était la conjuration des hypocrites.
On le savait d’ailleurs depuis Hemingway et Faulkner, qui se détestaient cordialement tout en respectant le travail de l’autre en secret : tout écrivain digne de ce nom se pense meilleur que les autres. Et souhaite inconsciemment leur mort.
Or, un bon écrivain est un écrivain mort.

Monastère de Saorge

Ma note : 4.25 Stars (4.25 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Français, Humour, Remarquable, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*