Opération Iskra – Lionel Noël

Par Michel Dufour

Date de publication originale : 1999 & 2004 (Alire)
Genres : Thriller d’espionnage historique
Personnages principaux : Egan O’Shea (espion irlando-américain), Anne Doucet (espionne)
Entrevue avec Stanley Péan :
http://www.lelibraire.org/article.asp?cat=10&id=1240

Ça m’a fait un bizarre d’effet de me replonger dans ces ambiances fiévreuses qui caractérisent les années de guerre même au Québec. Aujourd’hui, nous sommes émus quand un de nos jeunes revient d’Afghanistan où il a sauté sur une bombe artisanale. En 1943, nombreuses étaient les familles dont un membre était parti combattre. Même si nous étions géographiquement éloignés des différents fronts, la guerre ne passait pas inaperçue, surtout après la conscription obligatoire. C’est au cours de ces années que s’est forgé l’esprit qui déterminera la Révolution tranquille des années 60 : l’industrie bat son plein et les femmes y travaillent en masse; les échanges commerciaux et culturels avec nos voisins du Sud façonnent notre américanisation, tandis que ceux qui reviennent d’Europe bouleversent notre conception de l’homme et des valeurs. Même si Lionel Noël qualifie son polar d’espionnage plutôt que d’historique, il parvient habilement à nous faire sentir la vie quotidienne québécoise de cette époque. Les rapports ambigus entre Roosevelt, Churchill et King reflètent les relations équivoques entre, d’une part, les Québécois francophones et, d’autre part, les Américains, les Anglais et les québécois anglophones.

La trame d’espionnage proprement dite ne manque pas de piquant : Staline, ayant eu vent d’un complot pour assassiner les chefs d’État sur le point de se réunir au Château Frontenac, refuse de participer à la Conférence de Québec, mais charge ses spécialistes d’empêcher la réalisation du projet allemand. A Montréal et à Québec, l’agent du Bureau américain des affaires stratégiques (l’OSS, ancêtre de la CIA), l’enfant terrible O’Shea, forme une équipe surréaliste avec la jolie espionne québécoise Anne Doucet. Difficile pour eux de savoir d’où vient la menace et quelle forme elle empruntera.

Écriture aisée, courts chapitres, quelques épisodes spectaculaires, le roman se lit bien. Beaucoup de personnages, cependant, et c’est inévitable que certains d’entre eux ne soient qu’ébauchés. Contrairement à un polar d’enquête, ici les informations sur le carnage du Marché Jean-Talon, l’incendie de l’église, le meurtre des membres de la GRC, bref sur les étapes que franchit le commando allemand pour accomplir sa mission, ne sont ni développées ni acheminées au bon endroit, de sorte qu’il est frustrant que nos héros ne puissent suivre une piste; mais c’est le prix à payer pour ressentir l’impuissance des agents chargés de la protection de Roosevelt et Churchill. Même en temps de paix, on peut constater comment les différents services de sécurité manquent parfois de coordination. Une fois la partie terminée, Donovan, le chef de l’OSS, résume en deux pages ce qu’il est advenu de ces enquêtes. Pour ma part, j’aurais inséré ces fragments d’investigations dans le récit en lieu et place de plusieurs scènes redondantes qui se passent à l’Hôtel Clarendon; le suspense y aurait gagné. J’aurais aimé aussi que les cinq méchantes soient mieux définies individuellement, au moins autant que Churchill et Roosevelt. Nous nous serions plus attachés à elles, pour mieux les haïr ou mieux les disculper partiellement.

Bon, je ne veux pas écrire un autre roman. Et je souhaiterais que la toile de fond historique soit toujours aussi bien reconstituée. Mais j’y verrais en plus : une pincée de complexité à la Nesbo, un zest de rythme à la Pelletier (la brièveté des chapitres n’y suffit pas) et une petite dose de mystère supplémentaire. Le bonheur serait total. Mais je suis loin de bouder celui que j’ai éprouvé.

NB. L’auteur a obtenu le Prix Arthur Ellis 2000 pour son roman Louna

Ma note : (4 / 5)

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Espionnage, Historique, Québécois, Remarquable, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

11 réponses à Opération Iskra – Lionel Noël

  1. Chris dit :

    Merci de nous faire connaître tous ces auteurs francophones peu connus en France.
    Et le site quel look d'enfer!

    • michel dufour dit :

      Pour le look d'enfer, chapeau à Ray.
      Tellement de blogs français nous ont fait connaître de bons auteurs français et belges, souvent peu connus ici, que j'ai du plaisir à vous renvoyer la balle. Soyez un peu prudent sur les titres: parfois, en franchissant l'Atlantique, le roman change de titre, comme l'a montré Ray dans son compte rendu de Les âmes traquées (Martin Michaud) qui s'appelle ici Il ne faut pas parler dans l'ascenseur!

  2. Lionel Noël a publié en octobre 2013, son dernier roman Brouillard d’automne. Il est maintenant disponible au Québec, en Belgique le pays d’origine de l’auteur et en France…

    • michel dufour dit :

      Les éditions Alire sont parmi les plus dynamiques au Québec et nous leur devons un grand nombre de nos meilleurs écrivains.
      Je me suis ennuyé de Lionel Noël et ce Brouillard d’automne ne tombera pas dans l’oreille d’un sourd…

  3. Après Opération Iskra, dont le succès demeure après les années, si je me fie à mes recherches sur les blog spécialisés, après la lecture de Brouillard d’automne, le troisième roman de Lionel Noël mérite le détour. Il restera probablement le meilleur roman de genre publié au Québec en 2013. N’en déplaise au jury des prix Arthur Ellis et Ténébris. Il est vrai que ces dernières années le roman de procédure judiciaire a pris toute l’attention des critiques au détriment des romans d’espionnage et de guerre, dont je ne crois même pas que nous puissions les classer dans la catégorie des polars ! Avis aux spécialistes donc !

  4. Marie B dit :

    Il y a bien des années, j’ai dévoré Louna, le premier roman de Lionel Noël qui nous déballait l’histoire d’un attentat contre une Première-Ministre du Québec en pleine campagne d’un troisième référendum au Québec. Le livre était distribué par Michel Meyer, un éditeur de Verviers. Je me suis procuré Opération Iskra à la foire du livre de Bruxelles. Les vendeurs au kiosque m’ont affirmé que ce roman dont je n’avais jamais entendu parler, faisait son petit bout de chemin depuis sa parution en 2004. Après la lecture de ce roman d’espionnage bien divertissant, je me suis intéressé à cette Conférence de Québec, si mal connue. Suite à ma recherche, j’ai découvert Brouillard d’automne du même auteur, qui reprend plusieurs personnages d’Opération Iskra. Le contexte est bien différent, car on retrouve Egan O’Shea plongé au coeur de la bataille des Ardennes en 1944. C’est d’une recherche mais aussi d’une violence incroyable. Et que nous pouvons comparer aux plus grands ouvrages de ce genre. À bientôt donc, Lionel Noël, c’est un souhait que je formule au nom de tous les lecteurs à qui j’ai prêté ce roman.

  5. michel dufour dit :

    Votre rappel de Brouillard d’automne tombe à point: nous fêtons aujourd’hui le Jour du souvenir en mémoire des Canadiens qui sont tombés au combat au cours des deux guerres mondiales. J’avais bien aimé Opération Iskra et, même si Brouillard d’automne n’appartient pas vraiment à la catégorie polar, il est possible que je traverse bientôt ce brouillard, puisque Ray a l’esprit large.

  6. François Massicote dit :

    Lionel Noël se trouvait au dernier salon du livre de Montréal au kiosque des éditions Alire. Pas loin en fait de la file qui attendait Patrick Sénécal dont le succès se conforte au fil de l’horreur. Après la lecture de Brouillard d’automne où j’ai découvert cet auteur d’origine belge, j’ai saisi l’occasion de faire signer mon exemplaire, son premier ouvrage chez les éditions Alire : Opération Iskra. Il ne restait que quelques exemplaires sur les tablettes et l’auteur semblait radieux des ventes de ce roman, paru en 2004. Déjà ! Et dont le succès ne se dément pas. J’ai encaissé en quelques jours cette histoire d’attentat contre Churchill et Roosevelt à Québec en 43. Passionnant et efficace. À quand le prochain Lionel Noël ? Vite, je l’espère.

  7. À la foire du livre de Bruxelles, où le Québec était à l’honneur en ce mois de février 2015, nous avons noté le retour de Lionel Noël. Ce sympathique ambassadeur des éditions Alire est revenu pour une seconde année consécutive dans sa Belgique natale, afin de promouvoir son roman Brouillard d’automne, lancé au Québec en octobre 2013. Nous avons eu la joie de constater que son roman Opération Iskra, publié aux éditions Alire en 2005, est en train de tracer son chemin parmi les lecteurs belges passionnés de roman historique et d’espionnage.

  8. MCG dit :

    Après Brouillard d’automne, qui a suscité un intérêt certain en Belgique et en France, les éditions Alire annoncent la publication d’un autre roman d’espionnage pour l’année 2017 : Halifax Express, dont l’intrigue se situe entre l’Allemagne de 1945 et le port d’Halifax en 1940. En 2016, Lionel Noël a d’ailleurs fait le saut dans la narration classique avec un livre publié dans la maison d’édition montréalaise Tête première. L’Ordre du méchoui. Entre les broches des méchouis d’agneau et d’autres viandes savoureuses, ces mémoires d’un chef cuisinier s’inscrivent en lettre de feu et de fumée dans l’Histoire du XXème siècle. À suivre…

    • michel dufour dit :

      Merci pour ces informations: c’est certain que je commence à m’ennuyer de Lionel Noël. C’est donc avec plaisir que je monterai dans cet Halifax Express.
      Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*