Manhattan Freud – Luc Bossi

Date de Publication : 2009 (Albin Michel) et 2011 (Le livre de Poche)
Genres : Policier
Personnages principaux : Freud psychanalyste, Jung psychanalyste, Reynolds Kahn policier new-yorkais

Nous sommes en 1909, c’est l’époque où beaucoup de gratte-ciel se construisent à New York. Freud et son disciple Young sont invités par une grande université new-yorkaise pour donner une série de conférences. A peine arrivé, Freud est sollicité pour essayer de guérir une jeune femme dont le père vient d’être assassiné. Elle souffre d’amnésie et Freud va tenter d’en trouver l’origine. En se rendant à la tour Singer, lieu évoqué par sa patiente dans sa psychanalyse, Freud accompagné de Jung, découvre un nouveau cadavre dans les cuves d’alimentation en eau. A côté du macchabée ils trouvent aussi un curieux insigne ésotérique gravé sur une plaque de cuivre qui aurait été laissé là par le meurtrier. Puis il y a un troisième mort et un presque quatrième, ce dernier étant retrouvé agonisant mais encore vivant. Ces meurtres semblent présenter des points communs : les victimes sont toutes membres d’une société secrète, le Club des Architectes et les corps sont retrouvés dans des gratte-ciel, dont certains sont encore en construction.

Le mélange des genres entre psychanalyse et enquête policière ne m’a pas vraiment convaincu. Les séances de psychanalyse décrites me semblent utiliser beaucoup de poncifs et manquer singulièrement de finesse et de subtilité. Quant à la partie enquête, elle est un peu légère car les avancées sont essentiellement dues aux intuitions étonnantes d’un Freud transformé pour l’occasion en limier au flair phénoménal. C’est plus par instinct que par analyse qu’il progresse dans l’enquête. On a un peu de mal à y croire ! L’écriture est simple, le style impersonnel. Cela n’arrive pas à créer une quelconque ambiance ni à donner aux personnages un peu de complexité et d’épaisseur. Quant à l’humour dont parle Jean-Christophe Grangé (un copain ?) en quatrième de couverture, je le cherche encore alors que j’ai atteint la fin du bouquin. Une bonne dose de psychanalyse, une portion de crimes, un zeste d’alchimie, mélangez le tout, ça donne un polar, mais pas forcément un bon roman. On peut toutefois s’intéresser à cette histoire surtout si on éprouve de la curiosité pour la psychanalyse. L’autre intérêt est de nous faire visiter quelques gratte-ciel célèbres de New York.
Ma note : 3 / 5

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Enquête, Français, Moyen, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*