La mort s’invite à Pemberley – P.D. James

Par Michel Dufour

Date de publication originale : 2011 (Faber and Faber, Londres)
Date de publication française : 2012 (Fayard)
Genres : enquête, historique, littéraire
Personnages principaux : les sœurs Bennett et leurs conjoins

Ce n’est pas indispensable d’avoir lu Orgueil et Préjugés (Pride and Prejudice) de Jane Austen[1] avant de se lancer dans ce nouveau monde de PD James. Mais, c’est certain que ceux et celles qui ont connu les existences précédentes de la famille Bennett, des Darcy et de leurs amis et parents se retrouveront dans un univers moins déconcertant. On se sent, pourtant, moins dépaysé dans le Paris/Versailles de Lenormand et de Parot, alors que l’époque est antérieure et que la Cour du Roi joue un rôle considérable. Mais, par rapport à l’Angleterre du début XIXe siècle, la différence culturelle semble plus profonde : il faut au moins avoir vu Maîtres et Valets, Mansfield Park ou Gosford Park (le film de Altman), même si ça se passe plus récemment, pour se faire une petite idée de ce monde de riches propriétaires terriens aux habitudes et au mode de vie si différents des nôtres. Il s’agit donc, d’abord, d’un roman historique exigeant : à ne pas lire dans une gare. Il finit bien par y avoir un meurtre, une enquête et un procès, donc c’est aussi un polar d’enquête, mais ça donne l’impression d’être un peu secondaire : ç’aurait pu être un énorme feu de forêt, une inondation dévastatrice, un tremblement de terre de forte magnitude. Je veux dire : un événement qui trouble la vie quotidienne et familiale de quelques grands bourgeois et ébranle leurs relations pendant un temps. Avant tout, enfin, c’est un roman de PD James, donc une œuvre où la façon de composer et d’écrire est aussi importante que le sujet du livre.

 Sauf que, dans ce cas-ci, James s’est payé la traite en recréant le monde de Jane Austen (1775-1817) qu’elle aime beaucoup. Elle s’excuse d’ailleurs auprès de la grande romancière d’avoir prolongé la vie de ses personnages et surtout d’avoir orienté leur destin dans une direction qu’elle n’aurait sans doute pas appréciée ; soumettre Elisabeth Bennett-Darcy à l’épreuve d’un meurtre et d’une enquête qui touche de près un de ses proches requérait certainement un certain toupet. Mais qui pourrait reprocher à PD James les caprices pervers de son imagination?

Toujours est-il qu’en allant conduire son épouse Lydia à Pemberley pour le bal de Lady Anne, la mère de Darcy aujourd’hui décédée, Georges Wickham et le capitaine Denny ont soudain quitté leur cabriolet et disparu dans les bois. Puis, on retrouve Wickham ensanglanté penché sur le cadavre du capitaine. Époux de la sœur d’Elisabeth, ami d’enfance de Darcy, connu de tous pour ses manigances et ses frasques, Wickham est rapidement soupçonné, trouvé coupable et, alors qu’il attend la sentence, quelques rebondissements viennent mêler les cartes.

Imaginons Jane Austen écrivant une suite à son livre-culte, dans laquelle un meurtre se produirait. Contexte social  décrit avec finesse, atmosphère bien rendue, enquête, procès, relations psychologiques bien tissées entre les principaux personnages, tout cela serait très bien fait et nous aurions grand plaisir à  lire ce roman. Et bien, c’est exactement ça : un roman exigeant mais construit avec intelligence, sensibilité et érudition. Les amateurs de polars qui carburent à l’adrénaline pourront se sentir un peu frustrés surtout si la grande littérature et la culture en général les laissent froids. Mais si on est sensible au plaisir de lire un grand auteur et qu’on part avec l’idée de lire un roman d’un autre âge dans lequel, comme par hasard, un crime est commis, alors on passera plusieurs heures réconfortantes à se laisser conduire lentement dans cet univers insolite.


[1]http://fr.wikipedia.org/wiki/Orgueil_et_Pr%C3%A9jug%C3%A9s

Ma note :  (4,5 / 5)

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Britannique, Enquête, Historique, Remarquable, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*