Cinq secondes – Jacques Savoie

Date de publication originale : 2010 (Libre Expression)
Genre : Policier
Personnages principaux : Jérôme Marceau enquêteur à Montréal

Brigitte Leclerc est convoquée au tribunal pour être inculpée d’un délit mineur. Profitant d’une inattention d’un agent de sécurité, elle lui substitue son arme et fait un véritable carton : avec la régularité d’un métronome, elle tire quatre balles, une toute les quatre secondes, bien en rythme : d’abord sur le garde lui-même, sur le juge ensuite, sur l’avocat et enfin sur le témoin. Quatre morts en quelques secondes ! Pas une balle de perdue ! Elle tourne ensuite l’arme contre elle, mais se brûle la bouche avec le canon chaud, elle perd la cadence, se rate mais réussit à se blesser gravement, elle vit ensuite une expérience de mort imminente avant de plonger dans un profond coma.

C’est Jérôme Marceau, un métis handicapé d’un bras, qui est chargé de l’enquête et ce n’est pas un cadeau pour lui. Son chef, une femme hommasse, crainte par son équipe, est en voyage de noces, et c’est à lui que revient provisoirement la direction du service. Ses partenaires de la police n’apprécient guère cette nomination et ils sont plus souvent dans une compétition avec lui que dans une collaboration dévouée, ils le surnomment cruellement Aileron à cause de son bras inerte. Jérôme a la lourde tâche de mener à bien l’enquête et de s’imposer comme chef de service par intérim. L’affaire est très étrange : comment la criminelle en est-elle arrivée à perpétrer un tel geste désespéré pour une condamnation bénigne ? Dans une ville de Montréal paralysée par une tempête de neige, Jérôme se déplace par le réseau souterrain de la ville et il fait avancer l’enquête par son intuition et aussi par les indices matériels que son équipe découvre. Peu à peu les liens entre les protagonistes de cette affaire sont découverts, et cela ne plait pas à tout le monde. Certains préfèreraient accuser totalement et seulement la jeune femme, encore dans le coma, sans chercher plus loin.

L’histoire est assez originale : le but de l’enquête n’est pas de savoir qui à tué mais pourquoi. La disproportion entre la bénignité de l’accusation et la gravité du geste de désespoir de la criminelle interpelle d’entrée. L’auteur dévide petit à petit les fils de la pelote pour reconstituer les évènements qui ont amené cet acte insensé. On va s’apercevoir alors que les victimes sont pires que la meurtrière. La personnalité du personnage principal est aussi intéressante. Jérôme Marceau, est sombre de peau et il a un bras atrophié, séquelle de la thalidomide, un somnifère pris par sa mère au cours de sa grossesse. A cause de ces deux handicaps et de son manque d’assurance il n’a pas d’épouse, ni de petite amie pas plus que des amis. Sa mère, rongée par la culpabilité, le sollicite souvent. Mais Jérôme a su faire son trou au Service de police de la ville de Montréal, suffisamment pour assurer l’intérim de la direction du service. Cette affaire va lui permettre de s’affirmer : non seulement il fera un chef de service crédible qui va faire toute la lumière sur cette affaire étonnante mais il réussira aussi à obtenir pour Brigitte Leclerc ce qu’elle voulait tant avant le drame, malgré l’avis de sa hiérarchie et de certains notables de la justice.

Excellent polar québécois, original et captivant, de Jacques Savoie, dont l’intérêt de la lecture ne faiblit pas durant ses 311 pages.

Ma note :  4,5 / 5

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Enquête, Québécois, Remarquable, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*