En mémoire de la forêt – Charles T. Powers

Date de publication originale : 1997 (In Memory of the Forest)
Date de publication française : 2011 (Sonatine)
Genres : Roman noir / Historique
Personnages principaux : Leszek Maleszewski paysan polonais

Cela ne démarre pas sur les chapeaux de roues : la vie d’un paysan, au fin fond de la Pologne, son amourette avec une femme mariée, c’est pas vraiment les ingrédients d’un thriller haletant ! Pourtant les choses commencent à s’animer quand on découvre dans la forêt le cadavre d’un jeune homme, voisin du narrateur nommé Leszek. Le jeune homme a été assassiné, ça ne fait aucun doute. Il ne faut pas compter sur le policier local pour mener une enquête sérieuse, aussi Leszek décide, par curiosité, de se renseigner sur la vie du défunt. Depuis ce meurtre il se passe des choses étranges dans le village de Jadowia : quelques pierres ont été descellées dans les fondations d’une grange, la même chose se reproduit dans une autre maison, puis le phénomène se propage à tout le village. Un animal qui aurait creusé ? Un voleur ? Pourquoi se donner tant de peine alors que les portes sont ouvertes et que rien n’a disparu ? Il est probable que quelqu’un cherche quelque chose. Qui cherche quoi ?

Dans une ambiance de changement de pouvoir de cette période suivant la chute de communisme, c’est le moment des règlements de comptes. Un jeune prêtre catholique, se positionnant en chevalier blanc, rêve de traîner les anciens représentants du parti communiste devant les tribunaux et de connaître ainsi la gloire. Mais l’ancien responsable local est coriace et il a des arguments de poids. Dans ce climat de luttes intestines, l’histoire récente du village remonte à la surface dévoilant une réalité sordide. Les secrets de la dernière guerre que l’on avait soigneusement enfoui refont surface. La mauvaise conscience des habitants est réveillée.

Le livre démarre lentement puis l’intérêt de la lecture augmente en même temps qu’on avance dans l’histoire. Ce n’est pas un thriller, contrairement à ce qui est annoncé en quatrième de couverture, je ne sais même pas si c’est un polar bien qu’il soit positionné comme tel par l’éditeur. C’est un roman noir historique où il est question du passé que tout le monde cherche à oublier. C’est aussi un roman sur la culpabilité, la lâcheté et la corruption.

L’écriture est empreinte de poésie et de nostalgie. Les agissements et les motivations des personnages sont décrits avec finesse et un humour décapant. C’est un très bon livre. R.J. Ellory, particulièrement impressionné a déclaré : «  Un roman d’une rare intensité, d’une puissance ahurissante … C’est un chef-d’œuvre, de ceux qui marquent à jamais l’esprit de leurs lecteurs. »

Charles T Powers (1943-1996) est né dans le Missouri. Il a dirigé, de Varsovie, le Département Europe de L’Est pour le compte du Los Angeles Times. En mémoire de la forêt est son seul roman. Il est mort peu de temps après l’avoir terminé. Les Editions Sonatine ont eu une excellente idée de l’avoir traduit et réédité en 2011. Ce livre mérite une large diffusion.

Ma note :  5 / 5

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Américain, Coup de Cœur, Historique, Roman noir, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*