Parmi les loups et les bandits – Atticus Lish

Par Raymond Pédoussaut

parmilesloupsDate de publication originale : 2014 (Preparation for the nextlish-atticus life)
Date de publication française : 2016 chez Buchet Chastel
Genre : Roman noir
Personnages principaux : Zou Lei, immigrée clandestine chinoise –  Brad Skinner, vétéran de la guerre d’IrakJimmy Turner, délinquant récidiviste

Zou Lei est une immigrée clandestine chinoise. De petits boulots en petits boulots elle essaie de gagner sa vie pour se nourrir et se loger. Mais dans le New York post 11 septembre, soumis au Patriot Act, ce n’est pas facile, mais elle ne se décourage jamais. Ce n’est pas évident non plus pour Brad Skinner, de retour de la guerre d’Irak, de se réintégrer. Il est traumatisé par ce qu’il a vécu là bas. Il est victime de crises d’angoisse. Il est soutenu par des neuroleptiques, des somnifères et des tranquillisants pour tenir le coup. Quant à Jimmy Turner, c’est un délinquant récidiviste qui vient de purger une peine de prison. Retrouver la vie civile n’est pas aisé. La détention n’a rien arrangé. Tous les trois vont se croiser dans le même quartier de New York, le Queens.

Les trois personnages principaux sont des marginaux, chacun pour des raisons différentes des autres. La clandestine Zou Lei est une fille courageuse et déterminée. Rien ne la rebute, elle recherche et accepte tous les boulots. Elle est prête à renverser les montagnes pour s’intégrer à la société américaine. Le vétéran Skinner est encore sous le choc des événements horribles qu’il a vécu en Irak. Il est cyclothymique, irritable et instable. La prise de médicaments et sa consommation d’alcool compliquent encore plus les choses. Il lutte en permanence contre ses démons intérieurs. Le délinquant Jimmy est né d’un père inconnu, il a été élevé par un beau-père irlandais qui l’écrasait par sa puissance et sa forte personnalité. Il a commis quelques délits et a fini en taule. Libéré mais oisif et sans boulot, il n’est pas sur le chemin de la rédemption. Il est totalement asocial.

L’intrigue est simple : l’auteur montre la galère quotidienne des protagonistes. Une grande partie de l’histoire est consacrée à la recherche d’un boulot et aux conditions de travail. C’est surtout à travers le cas de la clandestine Zou Lei que l’auteur montre la précarité de ces gens, exploités dans des emplois au jour le jour, sous payés, sans protection sociale. Quant il est difficile de se nourrir, de se loger, aimer n’est pas le plus facile. Pourtant Zou Lei a un grand cœur, elle pense avoir trouvé un peu de douceur et de sécurité auprès du vétéran Skinner qui lui-même en a grand besoin. Mais là aussi ce sera compliqué.

Le style de l’auteur, efficace et assez percutant, donne au récit puissance et souffle, il installe une certaine distance vis à vis des personnages et des événements. Le rythme est lent, les descriptions nombreuses.

Parmi les loups et les bandits n’est pas une lecture distrayante, c’est un roman sombre et âpre. Par son réaliste, par sa noirceur, par sa tragédie, ce livre secoue, interpelle et dérange parfois. Bref, ce n’est pas la gentille bluette courante vite avalée, c’est une œuvre forte qu’il faut digérer lentement.

Atticus Lish est né en 1972 aux États-Unis. Il a abandonné ses études à Harvard pour enchaîner des petits boulots puis a servi dans les Marines. A aussi soutenu un mémoire sur le théorème d’Ascoli, pratiqué les arts martiaux à haut niveau, puis est devenu traducteur de mandarin avant de se consacrer à l’écriture.

Extrait : 
Le plus évident serait que Zou Lei et Skinner cherchent ensemble une solution, dit-elle. Ils devaient combiner leurs forces pour s’aider à régler leurs problèmes respectifs.
Elle parvint à le faire parler de manière constructive des actions qu’ils devraient entreprendre. Surtout, il ne fallait pas s’appesantir sur les souvenirs tristes du passé. Ce fut la première d’une longue liste de discussions similaires durant laquelle ils formèrent des projets pour l’avenir. Le bon côté, dit-elle, c’était qu’elle l’avait rencontré et qu’ils pouvaient constituer leur propre armée, une unité de deux personnes qui mènerait ces combats difficiles que représentaient la guérison de Skinner et la régularisation de Zou Lei.

Interview d’Atticus Lish sur Diacritik

parmilesloups-amb

New York – Chinatown

Ma note : (4,5 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Américain, Remarquable, Roman noir, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*