Les hommes ont peur de la lumière – Douglas Kennedy

Par Raymond Pédoussaut

Date de publication originale : 2021 (Afraid of the Light)
Date de publication française : 2022 – Belfond
Traduction (anglais États-Unis) :

Chloé Royer
Genres :
Roman noir, thriller sociétal
Personnages principaux :
Brendan, chauffeur Uber – Élise aide bénévole pour les femmes qui veulent avorter – Klara, fille de Brendan, milite dans un centre d’aide aux femmes battues

Brendan, chauffeur Uber, a l’habitude de transporter des passagers irascibles qui le méprisent. Un jour il charge Élise, une dame gentille et respectueuse qu’il dépose devant un immeuble muni d’une porte blindée et d’un digicode. Quelques minutes plus tard, un motard lance une bombe incendiaire à l’intérieur du bâtiment où Brendan vient de déposer sa cliente. L’incendie qui se propage fait une victime. Le lieu attaqué est un centre IVG. Élise est une « doula », une bénévole qui soutient les femmes seules sur le point d’avorter. Brendan va être pris malgré lui dans la guerre qui oppose ceux qui aident les femmes qui ont choisi d’avorter aux fanatiques religieux anti-IVG.

Ce livre se situe en pleine actualité américaine au moment où la Cour suprême des États-Unis s’apprête à annuler l’arrêt Roe vs Wade, qui a ouvert le droit à l’avortement aux États-Unis en 1973. Le pauvre Brendan qui s’est toujours efforcé de faire plaisir à tout le monde et d’être le plus discret possible se trouve pris au milieu de forces antagonistes. D’un côté il y a son épouse qui a intégré un groupe d’illuminés qui milite violemment contre l’avortement en attaquant les centres qui pratiquent légalement l’IVG. En outre elle l’accuse d’être à l’origine de la mort de leur enfant (fausse couche au bout de dix semaines) à cause de son manque de foi. Du même côté se trouve le très médiatique et très ambitieux père Todor, prêtre et ami d’enfance de Brendan, qui multiplie les initiatives antiavortement tout en gardant un discours d’apparence modéré et raisonnable qui plaît beaucoup aux médias. Il y a aussi le richissime bienfaiteur qui distribue l’argent aux bonnes œuvres, mais qui cache une face sombre. Côté opposé, se trouve Élise qui impressionne par sa compassion, son dévouement, sa générosité et aussi par son calme et sa maîtrise. Mais surtout il y a Klara, la fille adorée de Brendan, 24 ans, une jeune femme qui n’a peur de rien, engagée dans la défense des femmes maltraitées. Tous vont se retrouver pris dans une tourmente qui va les dépasser.

Douglas Kennedy aborde dans ce livre les problèmes de la société américaine, notamment le droit à l’avortement et le fanatisme religieux. Il le fait dans la cadre d’une intrigue passionnante qui accroche formidablement bien le lecteur. L’auteur a réussi à mettre dans son œuvre du suspense, de l’action, de la réflexion, mais aussi de l’émotion. Si on ajoute l’ironie mordante, l’humour discret, une écriture et une traduction  claires et précises, on obtient ce roman en tout point remarquable.

Douglas Kennedy revient avec bonheur à ses premiers amours : le roman noir (voir Cul-de-sac – 1997 chez Gallimard ou Piège nuptial pour la réédition). Les hommes ont peur de la lumière est à la fois un thriller efficace et une chronique sociale grinçante sur une Amérique fracturée dans laquelle l’auteur n’est pas tendre envers ses compatriotes.
C’est vraiment excellent !

Extrait :
Sur le côté de l’autoroute se dressait une église moderne avec un énorme panneau :
Église Victory Cavalry – Nous vous aiderons à voir la lumière !
« Tous les hommes cherchent la lumière, n’est-ce pas ? a soupiré Elise. Comme si, une fois qu’ils l’auront trouvée, toutes les réponses allaient leur apparaître.

— Je ne sais pas grand-chose. Ce dont je suis sûr, c’est qu’il n’y a pas de vraies réponses.
— Pas pour vous, ni pour moi. Mais pour ceux qui pensent avoir trouvé la lumière, il y a une certaine aura de certitude. Et c’est ce halo qui nous rend si méfiants à leur égard.
— Parce que leurs réponses ne sont pas les mêmes que les nôtres ?
— Peut-être parce que les réponses ne laissent que peu de place à la différence. Si l’histoire nous a appris une chose, c’est que ceux qui croient détenir la lumière condamnent souvent les autres à l’obscurité. »

Manifestation anti IVG aux États-Unis

Niveau de satisfaction :
4.6 out of 5 stars (4,6 / 5)
et coup de cœur

Ce contenu a été publié dans Américain, Coup de Cœur, Sociologique, Thriller. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.