Le village – Dan Smith

Par Raymond Pédoussaut

levillageDate de publication originale : 2012 (The Child Thief)Smith_Dan
Date de publication française : 2014 (Le cherche midi)
Genres : Thriller, historique
Personnage principal : Luka Mikhaïlovich ancien soldat

1930 en Ukraine. Staline est arrivé au pouvoir, il vient de décider la collectivisation forcée des terres. À Vyriv, petit village de la steppe ukrainienne, on craint l’arrivée des activistes de l’armée rouge qui confisquent les biens et déportent les gens. Vyriv est un petit village, les habitants espèrent qu’il passera inaperçu pour les mercenaires de l’armée rouge. Ce n’est pas les soldats de Staline qui arrivent mais un étranger, en piteux état, tirant un traîneau sur lequel il y a deux enfants morts, dont l’un est mutilé. Luka Mikhaïlovich recueille l’homme mais quand les habitants découvrent le contenu du traîneau, ils prennent peur et s’affolent. L’étranger est pris pour un tueur d’enfant. Malgré la protection de Luka, les villageois s’en prennent à l’étranger. Tout de suite après, comme un signe de la justice immanente, la fille du principal instigateur de la violence disparaît. Les traces dans la neige montrent qu’elle a été enlevée.levillage-amb2 Luka, ancien soldat, retrouve ses réflexes de pisteur et de tireur d’élite. Il part sur les traces de la fille et de son ravisseur, en compagnie de ses deux fils. La traque sera difficile et dangereuse. Pendant ce temps les redoutés soldats de l’armée rouge arrivent apportant leur lot de malheurs pour les pauvres habitants des villages.

L’intrigue se développe sur deux volets qui s’imbriquent : la traque du ravisseur avec sa proie et les exactions des soldats de l’armée russe. Dans un contexte historique bien défini, l’auteur réussit parfaitement à créer une ambiance très rude et dangereuse. La steppe et les forêts enneigées constituent un décor magnifique et dépouillé où le danger est omniprésent. Danger naturel : le froid, la neige, le gel. Danger provoqué par les hommes : sniper ou militaires hostiles.

La partie historique du roman décrit la façon dont était réalisée la mise en commun des terres agricoles. Les maigres biens des paysans pauvres, qui avaient à peine de quoi échapper à la famine, étaient purement et simplement confisqués. Ceux qui ne collaboraient pas avec les soldats occupants étaient des koulaks, qui voulaient garder leur richesse pour eux en refusant de participer à l’effort de la nation. Ils étaient pourchassés, leurs biens confisqués, il n’y avait alors que trois issues : la mort, la déportation ou le camp de travail. La police politique, la Guépéou, se chargeait d’éliminer les paysans rebelles, elle terrorisait les populations. Les églises étaient vandalisées, démolies. Leurs carillons jetés du haut des clochers.

Dans cette adversité, Luka, le personnage principal, est un homme fort mais qui s’interroge souvent sur les conséquences de ses actions. Il possède un grand sens des responsabilités. Il est intègre et courageux. C’est lui qui prend les choses en mains quand il faut décider et agir. Ses deux fils, âgés de 17 ans, le secondent et se montrent à la hauteur de leur père. Les femmes ont un rôle secondaire mais elles sont décrites de façon positive : résistantes, fières, énergiques et pleines de bons sens.

Pas de manichéisme dans ce roman : même les hommes bien peuvent faire le mal et inversement même les hommes méchants peuvent faire le bien. C’est très bien démontré dans ce livre.

Le village est un excellent roman, âpre et dur, à la fois thriller décrivant la traque d’un voleur d’enfant et roman historique sur les débuts du stalinisme.

Extrait :
Tu pourrais être le diable en personne, ça ne me ferait ni chaud ni froid. Je ne suis pas ici pour enquêter sur tes crimes. Je suis ici pour m’assurer que les paysans rejoignent les kolkhozes et qu’on règle la question des koulaks. En tant qu’officier de la Guépéou, je me fiche complètement de ce que tu as pu faire : je ne suis pas ce genre de policier. Même si tu avais découpé cent enfants, ce ne serait pas mon affaire. Mon travail consiste à alimenter les camps et à forcer les maudits Ukrainiens de ton espèce à obéir aux ordres.

Ma note : (4,5 / 5) levillage-amb1

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Américain, Historique, Remarquable, Thriller géographique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le village – Dan Smith

  1. Satrape dit :

    Je ne méconnais cette période de l’histoire, mais par l’intrigue ça peut m’emporter, donc je le rajoute sur ma liste qui n’en finit pas de grandir. Merci pour ta chronique.

    • Ray dit :

      Je te conseille vivement de rajouter ce livre à ta liste déjà longue. C’est un excellent roman, dur mais passionnant. Si ça peut te convaincre davantage, Cannibal a aussi dit tout le bien qu’elle pense de ce livre dans une excellente chronique, sur son blog.
      Merci Carole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*