La lune rouge – Jean Lemieux

Par Michel Dufour

Date de publication : 1991 (Québec Amérique) et 2009 (La courte échelle) 
Genre : Enquête – Thriller
Personnages principaux : François Robidoux, Médecin – Cyril Moreau, sergent à la Sureté du Québec

Quand ce roman a été publié la première fois, il est plutôt passé inaperçu du grand public, même si plusieurs critiques lui avaient été favorables et qu’il avait été traduit en anglais en 94. Pour ma part, je m’y suis intéressé après avoir été séduit par On finit toujours par payer et en projetant un voyage aux Iles de la Madeleine où se situe l’action. Plus précisément, l’enquête se déroule sur l’Ile d’Entrée, seule île isolée des autres, à une heure de traversée, qui fait le parcours deux fois par jour…quand le temps le permet. Dans La lune rouge, le temps ne le permet justement pas, la tempête fait rage; deux cadavres de femme sont découverts au bas d’une falaise deux jours de suite, peut-être des suicides, plus probablement des meurtres, et personne parmi la centaine d’habitants de l’Ile ne peut quitter les lieux. Il s’agit donc d’une sorte de huis-clos où le nombre de suspects est réduit. Étrangement, l’enquêteur malgré lui, le docteur Robidoux, semble être le principal suspect.

Les remontées dans le temps m’énervent un peu car elles s’apparentent souvent à un vieux truc pour compliquer le déroulement de l’action autrement simpliste. Dans ce cas-ci, c’est une façon pertinente de donner de l’épaisseur aux principaux personnages et de livrer quelques indices au lecteur sur lesquels le sergent Moreau et Robidoux finiront par mettre la main. Plusieurs insulaires ont des motifs, un peu minces il est vrai, pour tuer l’une ou l’autre des deux femmes, et rien ne semble d’ailleurs relier les deux meurtres (si meurtres il y a). Les fausses pistes ne manquent pas. Le maladroit docteur Robidoux aimerait bien oublier tout ça mais, comme tout l’accuse, il doit se démener pour comprendre le sens des événements et, surtout, le démontrer.

C’est bien écrit et ça se lit bien. Le cadre est moins propre aux Iles de la Madeleine que dans On finit toujours par payer : l’Ile d’Entrée se résume à une falaise, un boisé, quelques maisons, et la pluie qui n’en finit plus et banalise le paysage. Ma principale réserve porte sur le double dénouement : un acte excessif plutôt inattendu; puis, l’apparition d’une sorte de deus ex machina donnant lieu à une révélation qui met fin abruptement à l’enquête.

Bref, une bonne histoire qui ne se termine pas en queue de poisson; plutôt en oreilles de lapin surgies d’un chapeau.

Ma note :  4 / 5   4 Stars (4 / 5) 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Québécois, Remarquable, Thriller, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à La lune rouge – Jean Lemieux

  1. Franck dit :

    Félicitations pour votre site il est agréable et clair. Cependant je trouve dommage le déséquilibre qu'on peut observer sur le choix des auteurs. Sur les 20 derniers articles, 11 pour les québécois, 4 pour les anglais (un effet Jeux Olympiques ?), 3 pour les américains et seulement 2 pour les français! Pour un site franco-québécois, il est surtout québécois et peu franco. Autre remarque les québécois me semblent notés de façon assez généreuse. Je ne mets pas en cause votre impartialité mais il me semble que les auteurs du Québec sont lus avec des yeux de Chimène, à quelques exceptions près. Je comprends qu'on mette en avant les produits de son pays mais alors il ne faut pas proclamer que sur votre site il n'y aucune chronique de complaisance. Si vous n’aviez pas autant insisté, je ne vous aurais pas fait ce reproche. Ne prenez pas mes remarques pour une critique, c’est simplement une observation. J’aime bien votre site quand même mais il serait encore mieux plus équilibré 😉

    • Ray dit :

      Vous n’avez pas tord lorsque vous insistez sur le déséquilibre actuel entre les auteurs québécois et les autres. C’est provisoire et il y a une raison : J’ai commencé le blog seul et un peu plus tard mes 2 collègues québécois m’ont rejoint. Nous avons convenu de faire un blog franco-québécois. Pour cela il fallait intégrer un certain nombre d’articles d'auteurs québécois. Le blog ne comptait à ce moment là que 3 chroniques consacrées aux Québécois. Ces articles étaient déjà présents sur le site Les Polarophiles Québécois. Nous les avons intégrés à notre blog pour avoir un certain quota d’auteurs du Québec. Cette période d’intégration se termine, nous allons retrouver un certain équilibre entre les nationalités. Si nous regardons par nationalités, sur l'ensemble du blog, (voir les catégories) : les américains sont les plus nombreux (37) suivi des français (27) et des québécois (14). Ce n’est pas si mal comme équilibre. Concernant les notes, je laisse mon ami Michel vous répondre. C’est lui l’auteur de la grosse majorité des chroniques québécoises.

  2. michel dufour dit :

    Sur la complaisance: je plaide être victime des apparences. Quand Raymond a souhaité intégrer des comptes rendus québécois, je ne lui ai envoyé que les plus haut cotés. Mais faites un tour sur Polarophiles et vous verrez que je n'hésite pas à mettre des 2.5 à des romans québécois. Inversement des 4.5 à Lenormand et deux 5 de suite à JC Parot. J'achète mes livres et ne dois rien à personne. Et je ne sacrifierais pas ma réputation à mon beau pays.
    Sur la générosité des notes: nous n'avons que 5 catégories; il faut qu'elles servent. Ayant fait mes études à Stanislas, je sais bien qu'un 16/20 français équivaut à un 90 ou 95% québécois, nord-américain ou italien. La traduction se faisait automatiquement quand on passait du collège à l'université. Mais la note chiffrée n'est qu'un résumé schématique pour les gens pressés. Notre évaluation qualitative est plus signifiante.
    Ceci dit, vos observations sont bien pertinentes et je suis d'accord sur le fond:
    pas les yeux de Chimène: plutôt ceux d'un stoïque aux yeux secs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*