La conjonction dorée – Benoît Sagaro

Par Raymond Pédoussaut

Date de publication originale : 2020 – Les Nouveaux Auteurs
Genres : Aventures, thriller ésotérique
Personnage principal : Christina Dimitrios, astronaute gréco-américaine

Une astrophysicienne a loué le très grand télescope (VLT Very Large Telescope) du Chili pour observer la lune, elle attend qu’un événement s’y produise. Elle est assassinée. À Athènes un professeur d’archéologie, spécialiste des appareils antiques, fait une découverte stupéfiante en étudiant le Mécanisme d’Anticythère, le premier calculateur antique permettant de mesurer des positions astronomiques. Lui aussi est assassiné. En Russie, à la Cité des étoiles, Christina Dimitrios s’entraîne pour le prochain vol spatial qui doit rejoindre la station spatiale internationale. Quand elle apprend que sa tante a été assassinée, elle demande d’interrompre son entraînement pour aller voir son oncle à Athènes qui doit en savoir plus sur les recherches menées par l’astrophysicienne. Elle ne sait pas que lui aussi a été abattu. Elle rencontre un drôle d’assistant du professeur avec qui elle va se lancer dans une enquête échevelée qui les mènera d’Athènes à Florence puis à Paris. Mais une puissante organisation secrète veille à ce qu’ils échouent afin de préserver un secret millénaire.

L’auteur développe une intrigue complètement extravagante. C’est du grand spectacle, totalement invraisemblable. On en prend plein les yeux sans que l’auteur ne s’impose la moindre contrainte de crédibilité. On est plus proche d’un scénario de bande dessinée ou d’un jeu vidéo que d’une intrigue de roman. Tout est permis, les seules limites sont celles de l’imagination de l’auteur. Le rythme est effréné, on est tantôt dans le genre James Bond, tantôt dans Indiana Jones, le tout relevé d’un zeste de Da Vinci Code.

Les personnages, en accord avec l’intrigue, sont caricaturaux. Ils savent tout faire, se sortent de toutes les situations. Ils sont aussi capables de résoudre en quelques minutes les mystères cachés depuis des millénaires, en dénichant sans coup férir les indices soigneusement cachés dans des œuvres de la Renaissance, comme la sphère armillaire de Santucci (1588) ou les globes de Coronelli (1683). Les méchants sont à la tête d’une très puissante organisation qui voit tout ce qui se passe dans le monde entier, sur terre et dans l’espace. Ils sont capables de prendre le contrôle de n’importe quel engin, de la caméra de surveillance à la navette spatiale. Je ne suis pas un fanatique de la vraisemblance à tout prix dans un roman, mais ici tout est tellement outrancier que j’ai dû me forcer à continuer la lecture jusqu’au bout.

Quant au fameux secret qui traverse tout le roman, connu uniquement de quelques initiés, dont certains célèbres, on se demande comment il a pu rester secret et surtout pourquoi fallait-il le garder caché au reste de l’humanité, si ce n’est par pure cachotterie mal placée de la part de cinglés qui se prennent pour les maîtres du monde.

La conjonction dorée a obtenu le Prix du roman Femme Actuelle. Preuve que le lecteur, autant que l’écrivain, participe à la fabrication d’une œuvre que certains trouveront mièvre et d’autres captivante. Je suis dans la première catégorie mais ils sont plus nombreux dans la seconde.

Extrait :
Tout avait été très vite durant cette dernière heure. Le seul homme dont il disposait à Paris était celui en provenance du Chili. Un des meilleurs de l’unité, malgré un raté lors de sa dernière mission ; sa cible avait pu envoyer un message avant d’être liquidée.
Vingt minutes auparavant, et depuis son bureau sécurisé de la NSA, Bennett avait pris possession, avec l’aide de Lewis, des caméras de surveillance de la Bibliothèque nationale de France. Il avait suivi en détail la progression et les recherches de l’astronaute et de l’agent français sur le grand globe céleste. Il les avait laissés faire en les surveillant attentivement. Ce qu’ils cherchaient, il devait le découvrir et surtout le récupérer.
« Ne laisser aucun élément démontrant ou faisant supposer l’existence de ce qui doit être caché à l’humanité ! » C’était le maître mot de leur cellule de sauvegarde depuis plus de quarante-cinq ans.
Le nombre d’historiens et de chercheurs qu’ils avaient dû éliminer ! Tous trop près de la vérité…

Niveau de satisfaction :
2.5 out of 5 stars (2,5 / 5)

 

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Aventure, Belge, Passable, Thriller. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.