Verity – Colleen Hoover

Par Michel Dufour

Date de publication originale : 2018 (Verity)
Date de publication française : 2020 (Hugo Thriller)
Traduction (anglais) :
Pauline Vidal
Genres :
romantic suspense ou thriller domestique
Personnage principal :
Lowen Ashleigh, écrivaine

L’écrivaine Verity Crawford a été gravement blessée quand son automobile a foncé dans un arbre. Elle ne peut pas terminer la série qu’elle avait commencée et son éditeur engage la jeune Lowen Ashleigh pour prendre le relai. Fauchée, évincée par son proprio et encouragée par Jeremy, le mari de Verity, elle s’installe dans leur splendide maison du Vermont pour se familiariser avec l’œuvre de Verity.

Les relations de Lowen se limitent pratiquement à Jeremy, puisque le jeune fils du couple, Crew, ne fait que passer, et que Verity est clouée sur son lit dans sa chambre. Déchirée entre son désir de Jeremy et sa culpabilité du fait qu’il n’est pas encore veuf, Lowen se sent de plus en plus mal à l’aise jusqu’à ce qu’elle découvre dans le bureau de Verity des textes qui lui laissent croire que la grande écrivaine est une femme perverse et dangereuse.

Lowen parviendra-t-elle à assumer la relève de l’œuvre de Verity et l’avenir de Jeremy ?

Pour appeler ce roman  thriller, il faut avoir une conception assez large de ce qu’est un thriller, du genre : une histoire qui a un avenir qu’on ignore. Je préfère l’appellation anglaise romantic suspense, ou thriller domestique. Dans ce cas-ci, on a affaire à un trio à peu près classique où une fille en manque d’affection et un gars qui souhaite avoir des enfants et une famille poursuivent une relation ambigüe, puisque le gars est marié, mais avec une femme déficiente, qu’il entreprend d’ailleurs de placer dans une maison spécialisée. L’originalité, c’est que, selon les fouilles de Lowen dans le bureau de Verity, il est possible que cette femme soit bien différente de l’apparence qu’elle donne. Ou alors, Lowen a plus d’imagination, et de mauvaise conscience qu’elle le croit.

Ce roman a obtenu le deuxième prix du Goodreads Choice Awards, pour lequel votent des lecteurs à partir d’une liste qui leur est offerte.

Extrait :
J’ai mangé avec lui sur la véranda, installée sur une chaise longue pour mieux contempler le ciel. Au début, il n’y avait pas trop de météores mais, maintenant,  on en voit au moins une[1] toutes les minutes.
Et puis, j’ai fini par m’allonger dans l’herbe, bientôt rejointe par Jeremy.
– J’avais oublié que le ciel pouvait être si beau, dis-je doucement. Voilà trop longtemps que je vis à Manhattan.
–  C’est pour ça que j’ai quitté New York, répond Jeremy en désignant la queue d’une étoile filante.
–  Quand est-ce que vous avez acheté cette maison, avec Verity ?
–  Quand les filles avaient trois ans. Les deux premiers livres de Verity venaient de sortir et ça marchait bien, alors on s’est lancés.
– Pourquoi le Vermont ? L’un de vous a de la famille ici?
– Non, j’étais encore ado à la mort de mon père. Ma mère est décédée il y a trois ans. Mais j’ai grandi dans l’État de New York, dans une ferme d’alpagas, figurez-vous (…)
Si on était amis, je ferais quelque chose pour le réconforter. Peut-être lui prendre la main. Cependant, j’ai bien trop envie d’être autre chose qu’une amie, alors autant renoncer tout de suite (…)
Et comme il est marié… Je garde la main sur ma poitrine, sans le toucher.

[1]  Sic.

Les Green Mountains (Vermont)

Niveau de satisfaction :
3 out of 5 stars (3 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Britannique, Moyen, Thriller. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.