15e Anniversaire de la Société du roman policier de Saint-Pacôme

st_pacome_fontispicePar Michel Dufour

La Société du roman policier de Saint-Pacôme a le vent dans les voiles : pour la deuxième année consécutive, les membres du jury ont dû apprécier plus de quarante romans.

labatailledepavieLe Grand Prix (3 500$) a été attribué à André Jacques (Druide)Jacques-Andre pour La Bataille de Pavie, un roman qui nous fait voyager en Italie de la Sicile à Rome, et qui met en scène les motards québécois et la mafia italienne. Notre antiquaire et ex-major Alexandre Jobin n’a pas le choix de sortir de sa déprime pour retrouver une tueuse qui pourrait bien être sa fille. C’est le cinquième roman de Jacques; depuis qu’il est retraité, l’auteur se consacre à l’écriture et élabore des romans de haute qualité. Son prix est bien mérité.

laffaireCelineLes deux autres prix (500$) ont été accordés à Jean-Louis Fleury pourfleury-jl L’Affaire Céline (Alire) et à Richard Ste-Marie pour Le blues des sacrifiés (Alire). Fleury m’a séduit avec un polar qui intègre un fragment de la vie québécoise de Céline à la mort mystérieuse d’un professeur de la Sorbonne apparemment inoffensif, venu au Québec pour effectuer des recherches sur ce passage de Céline dans notre province. (La citation du président du jury, Charles Milliard, reproduite dans le communiqué de lebluespresse, porte sur cette histoire de Ste-MarieFleury et non sur celle de Jacques). J’étais en train de lire Le blues des sacrifiés de Ste-Marie quand j’ai appris qu’il s’était classé dans les trois premiers, honneur bien mérité également. Son policier-philosophe Francis Pagliaro sympathique et énergique, est aux prises avec des meurtres mystérieux dont il devra trouver la clé. Tous les romans de Ste-Marie ont pris l’habitude de gagner des prix.

Les trois membres du jury étaient : Charles Milliard, Frances Caissie et Daniel Marois.

Ste-Marie a aussi gagné le prix Coup de cœur décerné par le club de lecture de la Bibliothèque Mathilde-Massée.

redlightLe prix du meilleur premier polar (500$), appelé maintenant prixBourassa Jacques Meyer (fondateur de la Société du roman policier de Saint-Pacôme, décédé l’an passé), a été accordé à Marie-Ève Bourassa pour son roman Red Light (VLB), qui se situe vers 1920 à Montréal, qui est devenue la capitale de tous les plaisirs à cette époque peu soumise à la censure; excellent terroir pour les crimes de toutes sortes, dont un enlèvement de bébé, signe avant-coureur d’un commerce morbide et rentable.

Prix polar pour la jeunesse (10 à 16 ans) (500$) : Le canal de la peur (HMH) du sympathique Laurent Chabin, dont on connaît les romans corsés pour adultes.

Prix de la Rivière Ouelle de la meilleure nouvelle policière : Caroline Émond, Conduite dangereuse (300$), et Frédéric Laflamme, Non réclamé (200$).

Prix Saint-Pacôme international du roman policier : remis à Jo Nesbo pour Le fils (Gallimard); ce prix est décerné par les Libraires indépendants du Québec.

Le financement de cet événement est assuré par :

  • L’Entente de développement culturel de la MRC de Kamouraska

  • Ministère de la culture et des communications du Québec

  • Dynaco, groupe coopératif

  • Commission scolaire Kamouraska/Rivière-du-Loup

  • Municipalité de Saint-Pacôme

  • Société de développement des entreprises culturelles du Québec

  • Les librairies indépendantes du Québec (LIQ)

  • Caisse Desjardins de l’Anse de La Pocatière

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*