L’heure du loup – Pierric Guittaut

Par Raymond Pédoussaut

Date de publication originale : 2021 – Les Arènes
Genre :
Roman noir
Personnage principal :
Major de gendarmerie Fabrice Remangeon

Le major Fabrice Remangeon est de retour au pays natal. C’est pour des motifs disciplinaires qu’il a été renvoyé dans cette petite ville de Sologne. Il doit traiter l’affaire de la jeune Maëva dont le corps a demi dévoré a été retrouvé en forêt. Les loups sont revenus, ce sont les premiers accusés. Remangeon n’est pas aussi affirmatif, il se borne à constater que les morsures sont d’un grand canidé, ce pourrait être un chien. Une battue est organisée pour abattre les trois loups dont la présence est attestée par des pièges photographiques. Elle se finira de façon aussi sauvage qu’inattendue.

L’intrigue, relativement simple, montre l’effervescence qui s’empare d’une ville de Sologne quand le cadavre d’une jeune fille de 14 ans est retrouvé mutilé. Les loups ! Ce seraient donc eux puisqu’on sait qu’ils sont de retour. Les peurs ancestrales et les fantasmes liés à ces animaux mythiques ressurgissent. Et quand une battue est organisée, la tension monte d’un cran entre les chasseurs et les défenseurs des animaux sauvages. Au passage l’auteur dénonce l’hypocrisie de certains écologistes qui se trouvent être aussi les pires pollueurs par l’intermédiaire des méthaniseurs, ces unités de fabrication de biogaz à partir de déchets agricoles, qui leur permettent de toucher de bonnes subventions. Le Major Remangeon doit gérer la situation et mener l’enquête.

C’est un drôle de bonhomme ce major. Imposant physiquement, grand, costaud, le crâne rasé, il est surnommé Loup-garou à cause de son caractère taciturne et ses dons de rebouteux et de coupeur de sort. Il a une fâcheuse tendance à se prendre pour le mâle alpha : il entretient une relation torride avec sa maîtresse, une bombe d’origine gitane. Sa femme connaît l’infidélité de son mari mais celui-ci ne se sent pas tenu de s’expliquer. Et comme si ça ne lui suffisait pas, au détour d’une constatation d’une deuxième attaque de loups, il baise aussi deux sœurs, des relations de jeunesse. Plus tard, blessé et humilié, les femmes qu’il n’a pas su aimer lui feront payer le prix de son arrogance. Il s’apercevra, un peu tard, que ce ne sont pas des louves soumises.

Dans la deuxième partie du livre, on découvre une évolution importante des personnages par rapport à la première partie : la femme de Remangeon n’est ni dépendante ni résignée; la maîtresse n’est ni amoureuse ni sexuellement accro; et le chômeur, pilier de bistrot, est finalement plein de bonnes intentions. Quant au major Fabrice Remangeon, il est plus fragile qu’il ne le pensait. Une belle leçon de vie salutaire. La fin des illusions et le retour à la réalité.

On notera également un rapport viscéral à la nature. Une nature plus menaçante qu’amicale. Dans un état de conscience modifié Remangeon ressent toute l’hostilité de la forêt primitive qui le rejette, lui et tous les hommes. Des considérations politiques sur les écologistes, l’autosuffisance alimentaire, les voitures électriques ou les métaux rares peuvent agacer ou satisfaire, suivant les opinions de chacun.

Il y a dans ce livre une dimension quasi mystique typique de cet auteur. Un bon roman noir.

Extrait :
Remangeon réfléchit quelques instants. Sa dernière expérience en forêt chez les sœurs Leleu ne cesse de le hanter depuis plusieurs jours. Jusqu’ici, le militaire s’est montré assez peu enclin à formaliser ou analyser les états de conscience modifiée qu’il lui arrive de traverser, allant même jusqu’à se réfugier dans une forme de déni à ce sujet. Cette fois, le Solognot se dit qu’un cap a été franchi. Un cap potentiellement dangereux. En saisissant le guidon de sa machine au moment de saluer Marie et Gisèle d’un air absent, Fabrice avait pris conscience que la forêt venait de tenter de lui dérober quelque chose. De lui arracher une part de lui-même. Il n’était plus question de source réjuvénatrice, d’énergie positive, de retraite sereine, de lieu de calme et de réflexion, de retour à la nature. Une forme d’hostilité assumée s’était manifestée à son encontre. La vieille forêt s’était dévoilée pour quelques instants dans son essence la plus primitive et la plus authentique, celle où il n’est plus question de romantisme sylvestre mais où s’affrontent d’antiques puissances telluriques par-delà le Bien et le Mal, une lutte à mort physique et métaphysique où forces et faiblesses définissent votre place et votre rôle dans la chaîne cosmique.

Niveau de satisfaction :
4.1 out of 5 stars (4,1 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Français, Remarquable, Roman noir. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.