Eva – Arturo Perez-Reverte

Par Michel Dufour

Date de publication originale : 2017 (Eva)
Date de publication française : 2019 (Seuil)
Traduction (espagnol) :
Gabriel Iaculli
Genre :
Espionnage
Personnage principal :
Lorenzo Falco, espion

J’avais été complètement séduit par Le Tableau du maître flamand (1993) : sensible à l’histoire (particulièrement l’histoire de l’art), féru de littérature et amateur de jeux intellectuels, Perez-Reverte avait tout pour me fasciner. Puis, je l’ai perdu de vue : la série de cape et d’épée ne m’intéressait guère, les traductions sont rares et la distribution très inégale. Je suis tombé par hasard sur ce deuxième ouvrage de la série des Aventures de Lorenzo Falco, Eva, et j’ai hésité à m’y engager (même si chacun des trois romans a son autonomie propre). Falco est un espion franquiste; les espions au centre d’un roman sont habituellement des bons (James Bond, par exemple); et, dans la vie, les franquistes sont des méchants. On peut être fasciné par Fantômas ou par Hannibal Lecter mais, quand on est plutôt à gauche, c’est quasiment impossible de passer quelques heures à s’enthousiasmer pour un franquiste, même dans un roman.

Avec tous les risques que ça implique, j’ai tenté d’étudier l’histoire de la République espagnole de 1931 à 1936. Pas facile ! Avant que n’éclate la Guerre Civile, la République espagnole passe d’une certaine gauche (Azana, 1931) à un certain conservatisme (Lerroux, 1933), qui se heurte à une insurrection révolutionnaire en 34, suivie d’une rupture de plus en plus brutale entre la gauche et la droite et du verrouillage contre-révolutionnaire opéré par Franco, nommé chef d’État-major en 35. Les élections de 36 entraînent une réelle confusion. Après l’assassinat de Jose Calvo Sotelo (leader de la droite nationaliste et critique du gouvernement républicain du Front populaire), Franco et les militaires  se soulèvent.

Deux remarques : d’abord, les têtes dirigeantes changent, mais les administrations, en gros, demeurent. Les services secrets travaillent d’abord pour les différentes formes de République et restent en place après le soulèvement de 1936. Falco est un fonctionnaire qui travaille pour son patron, qui est toujours en place quel que soit le gouvernement. Deuxio, Falco n’est partisan ni des franquistes ni des Rouges. Il n’hésitera pas à liquider des tortionnaires des services secrets nationaux pour l’Afrique du Nord (Queralt) pour sauver une communiste russe torturée et violée. Selon lui, d’un côté comme de l’autre, on s’entretue et on torture. D’où un certain rapprochement avec Bond : officiellement, il travaille pour la Grande Bretagne mais, officieusement, il obéit à ses propres principes, dont un soupçon d’humanisme surtout quand il s’agit des femmes.

En 1937, la République espagnole, à laquelle les 2/3 du pays sont encore fidèles et alors que l’armée et la Garde civile sont divisées, expédie par prudence plusieurs tonnes d’or de la Banque d’Espagne vers la Russie. Bloqué par la flotte nationaliste, le cargo Mount Castle doit se réfugier au port international de Tanger (cf. pour l’atmosphère, le film Casablanca). Si ce cargo républicain s’efforce de reprendre la route, il sera détruit par un destroyer franquiste, accosté au même quai.

La mission de Falco consiste à convaincre le capitaine du Mount Castle de changer de camp. Falco compte sur quelques contacts à Tanger, mais une ville libre c’est  aussi une ville où chacun est prêt à trahir n’importe qui pour faire de l’argent ou pour monter en grade. Falco est continuellement suivi, souvent attaqué, et ceux de ses amis qui ne sont pas tués risquent d’être ceux qui le trahiront. Son amie ambigüe, la plus que jamais communiste Eva, appartient à ce groupe de gens dont il doit se méfier, il le sait et elle sait qu’il le sait. Jusqu’à la fin, on ignore ce qu’il adviendra du Mount Castle, et on sait encore moins comment se terminera (du moins si elle se termine) la relation équivoque entre la farouche Eva et l’imprévisible Falco.

Ça se lit facilement comme un roman d’aventures, même si beaucoup de personnages interviennent et qu’on ne sait pas vraiment qui est avec qui. Il faut suivre le rythme sans trop se poser de question. Les rebondissements ne manquent pas, mais on sait bien que Falco finira toujours par retomber sur ses pattes. Quel beau scénario pour un film d’action!

Extrait :
– De combien d’or parlons-nous ? demanda Falco.
Ferriol regarda ses ongles, indifférent.
D’après nos calculs, entre six cents et sept cents tonnes, au bas mot.
Ce qui équivaut, au cours actuel de l’or ?
Plus de deux milliards de pesetas.
Fichtre, lança Falco, admiratif. Avec ça, je ne crois pas que Staline manque de quoi s’offrir de la vodka.
Ferriol se tourna vers l’Amiral. Son sourire était si froid qu’il ne ressemblait en rien à un sourire.
Est-il toujours d’une telle insolence ?
Il a des qualités qui la compensent.
Rassurez-moi. Nommez-m’en au moins une.
L’Amiral réfléchit un instant.
La séduction est sa seconde nature.
Et quelle est la première ?
La loyauté.
Envers qui ?
Envers lui-même. Et envers moi.
Dans cet ordre ?
Dans celui-ci, oui… Mais avec assez d’envergure pour l’une et pour l’autre.

Le café de Paris

Niveau de satisfaction :
4.2 out of 5 stars (4,2 / 5)

 

 

Ce contenu a été publié dans Espagnol, Espionnage, Remarquable. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.