Mécanique de la chute – Seth Greenland

Par Raymond Pédoussaut

Date de publication originale : 2018 (The Hazards of Good Fortune)
Date de publication française : 2019 – Liana Levy
Traduction : Jean Esch
Genre : Roman sociologique
Personnages principaux : Jay Gladstone, riche promoteur immobilier

Tout va bien pour Jay Gladstone. Ce quinquagénaire, riche promoteur immobilier, possède plusieurs immeubles dans New York et six maisons personnelles. Il développe un vaste projet en Afrique du Sud et, avec un architecte de renom, il a soumis à la commission d’urbanisme un audacieux projet dans Brooklyn : un ensemble moderne de verre et d’acier qui attirera immédiatement le regard. Il est aussi propriétaire d’une équipe de basket professionnelle qui participe au championnat NBA. La politique l’intéresse, il a fait des dons importants au parti démocrate, il a joué au golf avec Barack Obama et plus tard il se voit bien ambassadeur en Allemagne. Bien sûr il a quelques soucis avec sa femme, sa fille et le joueur star de son équipe de basket. Mais ce n’est rien en comparaison de la série d’événements qui vont s’enchaîner inexorablement pour mettre en péril sa situation qui, finalement, n’est pas aussi solide qu’elle le paraissait.

C’est le roman de la chute d’un homme à la tête d’un empire financier que rien ne semblait pouvoir ébranler. Tout commence avec un fait divers qui n’a rien à voir avec Jay Gladstone : un policier blanc tue un homme noir. Les tensions raciales s’exacerbent alors. Dans ce climat tendu, un accident se produit : Jay Gladstone envoie son joueur vedette, noir, à l’hôpital entre la vie et la mort. Une procureuse ambitieuse qui a des visées politiques y voit une occasion de se mettre en avant. Pour montrer que la justice s’applique à tous, noirs ou blancs, de la même façon elle doit faire un exemple qui la rendra populaire. Il lui faut la tête d’un blanc célèbre pour obtenir le vote des noirs et ainsi être élue au poste de gouverneur.

L’intrigue est complexe et met en scène un nombre important de personnages. Elle montre que lorsque tout s’acharne sur un homme, même immensément riche, c’est la chute inéluctable. Les amis disparaissent, la famille se déchire, les appuis politiques se volatilisent et les médias, toujours en quête de sensationnel, mènent la curée. Pourtant Jay Gladstone n’est pas un mauvais homme. Il est ouvert, compréhensif et généreux. Il distribue une partie de son argent aux partis politiques, aux associations. Il participe à des œuvres caritatives. Mais au moment où les choses se gâtent pour lui, ses bonnes actions ne joueront nullement en sa faveur. L’auteur démontre avec habileté l’effet laminage d’une machine sociale impitoyable qui s’emballe. Quoi que fasse Jay Gladstone, le monde le tiendra responsable de ce qui ne va pas bien. Il lui faut un coupable pour assouvir un défoulement collectif.

À travers le parcours de trois personnages : un promoteur riche, une procureuse arriviste et un joueur de basket célèbre, Greeland montre comment les ambitions les plus élevées peuvent se fracasser beaucoup plus rapidement qu’elles ont mis du temps à s’établir. Fragilité du pouvoir et de la gloire !

Mécanique de la chute est de la même veine que Le Bûcher des Vanités de Tom Wolfe, aussi grinçant et percutant, sur un thème approchant. Un bon, gros (660 pages) et puissant roman.

Extrait :
Si Dag va un peu mieux, les médecins ont laissé entendre qu’il ne retrouverait peut-être pas toutes ses capacités, et Jay sait que cela le hantera toute sa vie. Par ailleurs, bien que ce ne soit pas comparable à ce que lui inspirent les dégâts qu’il a causés, il a peur de perdre sa franchise de la NBA et de ne pas avoir l’autorisation de construire le Saphir. Deux activités qui représentent une part importante de son avenir. Mais dominant tout cela, projetant sur toutes ces choses une ombre aussi grosse que le monde lui-même, il y a la mort. Non pas qu’il redoute le néant, même si cette idée le terrorise. Ce qui l’inquiète, c’est de mourir maintenant, alors que sa réputation dégringole en chute libre. Et combien de temps va-t-il survivre si un simple coup de stress l’envoie à l’hôpital ? Assez longtemps pour sauver sa réputation et éviter l’ignominie de mourir déshonoré ?

Niveau de satisfaction :
4.3 out of 5 stars (4,3 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Américain, Remarquable, Sociologique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Mécanique de la chute – Seth Greenland

  1. Ingannmic dit :

    J’avais déjà noté ce titre suite à un avis fort élogieux aussi… et « grinçant et percutant », cela retient forcément mon attention. Je note aussi Le bûcher des vanités, que je n’ai jamais lu.

    • Ray dit :

      Certains ont reproché à Seth Greenland d’avoir plagié Tom Wolfe. Pour moi la lecture du Bûcher des vanités est si lointaine que je ne peux pas me prononcer sur la question. En tout cas j’ai beaucoup apprécié Mécanique de la chute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.