La Sentinelle – Roz Nay

Par Michel Dufour

Date de publication originale : 2020 (Hurry Home)
Date de publication française : 2020 (Hugo Thriller)
Traduction (anglais) : Vincent Guilluy
Genre : Thriller
Personnages principaux :
Alexandra et Ruth

Moses River, petite ville du Colorado dominée par les Rocheuses. Alexandra Van Ness aime son travail auprès des services de protection de l’enfance et mène une vie tranquille avec son ami Chase qui possède un loft spacieux. L’arrivée de sa sœur Ruth, plus âgée de sept ans, qu’elle n’a pas vue depuis 10 ans, risque de brouiller les cartes : ex-droguée qui multipliait les mauvaises fréquentations, Ruth a besoin d’aide : elle s’est sauvée de son dernier chum qui la battait, est apparemment sans le sou, et est enceinte. Alexandra et Chase l’accueillent même si la cadette (25 ans) confie à Chase que Ruth sème la pagaille partout où elle va. La vie à trois se déroule tant bien que mal.

Arrive dans le décor Éli, l’ex de Ruth qui, en se sauvant, lui a dérobé une boîte contenant de la cocaïne et du fric. Ruth met au courant Alex et Chase, sauf qu’elle a égaré la boîte en question. Bien qu’elle leur dise qu’elle n’a puisé ni dans la coke ni dans l’argent, sa présence commence à gêner sérieusement ses hôtes. Alex, dont l’enfance a été marquée par un drame, est obsédée par l’idée de sauver les enfants aux prises avec des parents qui ne les méritent pas. Elle noircit la réputation de Ruth et entreprend de l’isoler en dressant contre elle son ami Chase, Morris, le directeur des services de protection de l’enfance, et le policier Sully : Ruth vit-elle une situation qui lui permet d’élever son enfant ?

Le récit alterne les points de vue d’Alex et de Ruth. Les autres personnages sont vraiment secondaires. Le point de vue de chacune exprime ce qui se passe, ce qu’elle fait et ce qu’elle pense. L’auteure évite le piège de l’introspection complaisante, même si chacune a tendance à se donner le beau rôle. Le suspense consiste à savoir ce qui va se passer, même si on devine assez aisément le déroulement final. Pour nous compliquer un peu la vie, Roz Nay, qui sait bien qu’on prend pour acquis que les filles nous racontent ce qu’elles font, omet une petite scène capitale. Ce qui est difficilement pardonnable.

Certains lecteurs, amateurs de portraits psychologiques, se satisferont peut-être de la description minutieuse de quelqu’un qui met beaucoup d’énergie à se mentir à soi-même. Mais l’amateur de thriller reste sur sa faim. Ce n’est peut-être pas la faute de l’auteure si son histoire tragique d’une famille éprouvée s’est retrouvée dans la catégorie des thrillers.

Extrait :
Alex est froide, distante, détachée. Alors pourquoi prend-elle la peine de m’aider, de m’héberger chez elle ? Peut-être que les soeurs, même furieuses l’une contre l’autre, s’aiment toujours… Mais les repas sont tendus et elle prend soin d’être déjà partie le matin quand je me lève. Chase, lui, est toujours là, comme un chien fidèle. Mais il y a une forme de méfiance dans son attitude envers moi. Quand il se surprend à sourire à quelque chose que je viens de dire, un instant de panique se lit dans son regard, comme s’il venait juste de se rappeler qu’il n’est pas censé m’apprécier. Il ne me fait plus de smoothies.

Village au pied des Rocheuses

Niveau de satisfaction :
3 out of 5 stars (3 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Britannique, Moyen, Thriller. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.